> Bonnes feuilles : Elisabet Jökulsdóttir

Bonnes feuilles : Elisabet Jökulsdóttir

Par | 2018-02-24T07:14:21+00:00 5 juillet 2015|Catégories : Essais|

 

Bonnes feuilles PO&PSY 2015

 

 

Si je t’appelais pour avouer ce que je res­sens,
et si tout sor­tait de tra­vers, je ne me rétrac­te­rais pas.

Mon corps, qui pré­tend ne rien savoir, devient omni­scient
quand il voit ton corps et se met à pen­ser.

 

La voix d’Elísabet Jökulsdóttir, tan­tôt naïve et expres­sive, tan­tôt affû­tée comme une lame de rasoir, cherche à nous confier quelque chose de pré­cieux, à nous révé­ler un monde qui s’ouvre, par­fois en grand, par­fois à peine, quand on pousse « la porte à deux bat­tants » et qu’alors « cette nuit qui nous abrite » devient claire « comme une claire nuit de sol­stice ». Dans ces poèmes d’amour, le corps est divin et les pen­sées deviennent aus­si « divi­ne­ment crues ».

 

 

 

*

 

Elísabet Jökulsdóttir, née le 16 avril 1958, vit en Islande et s’implique dans la pro­tec­tion de l’environnement. Elle a publié 20 livres, écrit une ving­taine de courtes pièces, réa­li­sé des hap­pe­nings à la télé et dans la rue, mon­té des expo­si­tions d’art plas­tique et des spec­tacles de danse dont elle est la cho­ré­graphe.

Elle vient de rem­por­ter le prix Fjöruverðlaun, prix lit­té­raire décer­né a une œuvre récente écrite par une femme, pour son der­nier ouvrage, un recueil de poèmes dont le titre signi­fie approxi­ma­ti­ve­ment en fran­çais : "On ne danse pas près du rocher".

 

*

 

 

 

Extraits :

Traduits par Catherine EYJÒLFSSON

***                                                     **

 

Viltu vak­na en ekki opna augun,
og hlus­ta á mig ekki seg­ja neitt.

90

S’il te plaît réveille-toi, mais sans ouvrir les yeux,
et écoute-moi ne rien dire.

 

 

 

 

 

Fingur mínir sefast á öxlum þínum
þegar ég læsi þeim í hol­dið.

91

Mes doigts s’apaisent sur tes épaules  
quand je les enfonce dans ta chair.

 

 

 

 

 

Þegar ég finn hei­tan andar­drát­tinn þinn,
fyl­list ég lot­nin­gu. Fuck.

92

Quand je sens ton souffle brû­lant,
je suis rem­plie de véné­ra­tion. Fuck.

 

 

 

 

 

Eða salt­bragðið af húð þin­ni svo ég öðlist þá trú,
að mér hafi eftir allt saman sko­lað á land.

93

Ou le goût de sel de ta peau, à me faire croire
que la mer m’a enfin dépo­sée sur le rivage.

 

 

 

 

Það er þes­si blos­si sem verður að flæðan­di
ljó­si, má ég svo gæla við hnak­kann á þér.

94

                Cet embra­se­ment se mue en flot de lumière,
                puis-je main­te­nant cares­ser ta nuque.

 

 

 

 

 

Viltu ráða yfir mér svo ég tapi líka­ma­num,
og fin­ni að eit­th­vað ræður yfir líka­ma­num.

95

              S’il te plaît dis­pose de moi, que je perde mon corps
              et sente que quelque chose dis­pose de lui.

 

 

 

 

 

Komdu með mér ofan í gjó­tu, þar sem vaxa
burk­nar og blák­luk­kur og þrös­tu­rinn syn­gur.

96

Viens avec moi dans le creux où poussent
fou­gères et cam­pa­nules et où chante la grive.

 

 

 

 

 

 

Þú ert ein­sog öræ­fi Íslands, vil­l­tur og viðkvæ­mur,
svo ég skal vera í kjól.

97

Tu es comme le désert d’Islande, sau­vage et déli­cat,
je met­trai donc une robe.

 

 

 

 

 

Má ég hor­fa í dök­ku augun þín,
þegar sum­ri hal­lar og syng­ja ljóðin mín.

98

             Laisse-moi regar­der  dans tes yeux sombres,
             quand décline l’été et chan­ter mes poèmes.

 

 

 

 

 

els­ka þig er að ley­fa lífi­nu að ráða,
vil­tu taka í mína hönd.

99

            T’aimer, c’est lais­ser le champ libre à la vie,
           s’il te plaît, prends-moi par la main.

 

 

 

 

 

 

 Ég lif­na við og lan­gar að búa til hunang
 og sleik­ja af fin­grum mínum.

100

            Je revis, j’ai envie de faire du miel,
            de me lécher les doigts.