> Dans la bouche du poète 2, Goethe, traduction Elie-Charles et Obéline Flamand

Dans la bouche du poète 2, Goethe, traduction Elie-Charles et Obéline Flamand

Par | 2018-02-19T14:42:09+00:00 8 février 2016|Catégories : Chroniques|

 

                                   Ginkgo bilo­ba

 

                                               Dieses Baums Blatt, der von  Osten

                                               Meinem Garten anver­traut,

                                               Giebt gehei­men Sinn zu kos­ten

                                               Wie’s den Wissenden erbaut.

 

                                               Ist es Ein leben­dig Wesen,

                                               Das sich in sich selbst getrennt,

                                               Sind es zwei, die sich erle­sen,

                                               Dass man sie als Eines kennt.

 

                                               Solche Frage zu erwie­dern

                                               Fand ich wohl den rech­ten Sinn,

                                               Fühlst du nicht an mei­nen Liedern

                                               Dass ich Eins und dop­pelt bin.

 

 

                                               Johann Wolfgang von Goethe

West-öst­li­cher Divan   (Le poème est daté de 1815)

 

 

 

La feuille de cet arbre que l’Orient

A confié à mon jar­din

Permet de savou­rer un sens secret

Fait pour ins­truire l’initié.

 

Est-ce un seul être vivant

Qui a scin­dé sa propre per­sonne ?

Sont-ils deux qui se sont choi­sis

Si par­fai­te­ment qu’ils appa­raissent comme Un ?

 

Pour satis­faire à une pareille ques­tion,

Je pense avoir trou­vé le sens juste :

Ne per­çois-tu pas au tra­vers de mes chants

Que je suis Un et double à la fois ?

 

         Goethe

                                          Divan occi­den­tal-orien­tal, 1819

 

                           (tra­duc­tion  Elie-Charles et Obéline Flamand)

 

 

     Le  Ginkgo bilo­ba est ce grand arbre magni­fique, déco­ra­tif, à feuilles bilo­bées, qui venait, au 18ème siècle, d’être impor­té d’Extrême-Orient où il était consi­dé­ré comme sacré. Ce que Goethe ne pou­vait pas savoir, c’est ce que l’on a décou­vert depuis : véri­table « fos­sile vivant », il exis­tait déjà à l’ère secon­daire. On s’est aper­çu qu’il est résis­tant aux explo­sions ato­miques. Par ailleurs, un médi­ca­ment très actif pour la cir­cu­la­tion san­guine en est extrait.

     Goethe célèbre ici l’unité dans la dua­li­té. Pénétré des doc­trines her­mé­tiques, il pré­cise dans ses  conver­sa­tions avec son ami Eckermann qu’il vou­lait don­ner à cer­taines de ses œuvres deux niveaux de lec­ture, l’un pour l’homme ordi­naire, l’autre pour l’initié capable d’en sai­sir le sens supé­rieur. Il voyait aus­si dans la dicho­to­mie de la feuille de Ginkgo un sym­bole de ses inten­tions.

     Voir la pho­to du manus­crit très esthé­tique du poème de Goethe avec les deux feuilles de Ginkgo col­lées en her­bier.

 

Sommaires