C’est dans une langue riche, var­iée, issue d’une recherche per­son­nelle tout à fait orig­i­nale que les poèmes de ce recueil s’offrent à notre lec­ture. Il y est ques­tion du monde, de soi, de l’amour, de la fini­tude, du mys­tère de la vie dans une poé­tique emprunte de sen­su­al­ité. Le poète s’étonne, ne proclame rien, partage avec le lecteur cet éton­nement, qu’il soit émer­veille­ment ou décep­tion, ravisse­ment ou dés­espoir, qui con­stitue le socle de sa réflex­ion existentielle. 
La richesse de la langue repose sur des jeux séman­tiques, gram­mat­i­caux, syn­tax­iques d’inspiration sur­réal­iste autant que cat­a­strophiste ou post­mod­erniste. Un ancrage solide dans les tra­di­tions poé­tiques et intel­lectuelles européennes con­tribue à créer une langue poé­tique sin­gulière pro­pre à ren­dre compte de l’expérience du poète, de son rap­port intime et com­plexe au monde. Les métaphores auda­cieuses, non dépourvues d’un sens de la déri­sion en maints poèmes, les com­para­isons sur­prenantes évo­quent les démêlés du poète avec le réel. Lorsqu’il est absent, ce réel, elle l’invoque avec pas­sion pour le faire advenir, et quand il est envahissant, elle le tient à dis­tance grâce à l’ironie ou l’auto-ironie pour faire con­tre­point au trag­ique, à la désespérance.
La soli­tude et la perte, le manque, ce qui dévaste ren­voient par con­traste au désir, aux pos­si­bles. C’est donc dans cet inces­sant mou­ve­ment d’une écri­t­ure de l’inassouvissement que naît et s’accomplit la parole poé­tique chez Ewa Sonnenberg.

 

mm

Isabelle Macor

  Isabelle Macor est née en 1958, en Tunisie. Elle a vécu dans un milieu mul­ti­cul­turel, plurilingue, a voy­agé en Grande-Bre­tagne, URSS, Europe Cen­trale, Israël, Maroc, et notam­ment en Pologne où elle a mené une par­tie de ses recherch­es sur la poésie polon­aise con­tem­po­raine. A suivi des études de lit­téra­ture anglo-améri­caine, de let­tres mod­ernes et lin­guis­tique à l’Université de Nan­terre Paris‑X, puis elle a soutenu une thèse de Doc­tor­at en lit­téra­ture com­parée, à l’Université de la Sor­bonne, en 1993. Cette thèse, inti­t­ulée Poésie polon­aise et poésie française d’après-guerre : deux con­cepts de la réal­ité, autour d’une fig­ure cen­trale, Czesław Miłosz, est parue aux Press­es de l’Université de Lille III. Enseignante de langue et lit­téra­ture français­es et com­parée, elle par­ticipe au Temps des écrivains à l’Université, ani­me des ate­liers d’écriture et sémi­naires de tra­duc­tion, donne des con­férences et des réc­i­tals de poésie, accom­pa­g­née de musi­ciens. Ses travaux et pub­li­ca­tions por­tent essen­tielle­ment sur la poésie française et polon­aise con­tem­po­raine. Tra­duc­trice de lit­téra­ture polon­aise con­tem­po­raine et notam­ment de poésie, elle a pub­lié en français les poètes Ewa Lip­s­ka, Wisława Szym­bors­ka, Hali­na Poświa­tows­ka, Stanisław Gro­chowiak, Harasy­mow­icz, Miron Białoszews­ki, Maciej Niemiec, Urszu­la Kozioł, Krzysztof Siw­czyk, Jakub Korn­hauser, Boże­na Keff, Justy­na Bargiel­s­ka, Ewa Son­nen­berg, Julia Hartwig… Elle pour­suit actuelle­ment ses travaux sur la poésie con­tem­po­raine et traduit égale­ment de la prose, nou­velles, réc­its, romans, du théâtre [La pièce Mon Abbade Tomasz Man, fes­ti­val Les Euro­topiques, dans sa tra­duc­tion française, a obtenu le Grand Prix du fes­ti­val, Juin 2012.]. Elle est aus­si l’auteur de nou­velles, réc­its, poésies inédits ou pub­liés dans des revues en France et à l’étranger. En 1999, elle a obtenu la bourse décou­verte (d’une valeur de 40.000 FF/6600 euros) de tra­duc­tion du Cen­tre Nation­al du Livre. Prix européen Horacede tra­duc­tion poé­tique du Céna­cle fran­coph­o­ne des arts et des let­tres, juin 2015, (http://cenacleeuropeen.eklablog.fr) pour l’ensemble de son œuvre de tra­duc­tion de poésie et pour la tra­duc­tion des poèmes de Krzysztof Siw­czyk, lau­réat 2014 du Prix de poésie Koś­ciel­s­ki(Lau­sanne).