Grégoire Laurent-Huyghues-Beaufond , Chambre avec vues précédé de Arguments pour un graveur (mythographies)

Par |2020-11-26T06:44:03+01:00 26 novembre 2020|Catégories : Critiques, Grégoire Laurent-Huyghues-Beaufond|

« notre impuis­sance et se trou­ver tou­jours coupable » (p.57)

Il y a cet effort, cette ten­sion vers ce qui s’élabore. Un pro­jet de gravures, des planch­es, des sujets, des noms, de grands noms mythiques con­vo­qués, Orphée, Méduse, Mino­tau­re, Antigone, Icare, Thésée, Oreste. Cha­cun de ces per­son­nages en proie aux ténèbres, aux « courants noirs », à la « haute mer » au « labyrinthe », au « sang très noir ». Le lan­gage tech­nique de la gravure : « bercer la matrice », « pointe sèche », « taille-douce » « brunis­soir » « manière noire » « presse » char­rie des con­no­ta­tions mul­ti­ples et très rich­es, le plus sou­vent som­bres mais le « bon de com­mande » et le « pro­gramme » sont très clairs : « le moins pos­si­ble. on évit­era le sen­ti­ment (…) ». Pour­tant, « pitié de Méduse », « soulage­ment d’Orphée », « san­glots de Mino­tau­re » « Antigone (…) la bour­reau de soi-même » (nous soulignons) ? C’est que les actes sont man­qués. « Tou­jours recom­mencer », cette phrase revient sou­vent, com­plainte et devise. C’est que la mer débor­de, le noir et les ténèbres engloutis­sent, la cham­bre chavire, le trag­ique de notre con­di­tion oblige.

La beauté de ce recueil dou­ble tient à cette ten­sion extrême entre ce qui con­tient d’une part : les murs de la cham­bre, les marges de la page, la presse, et ce qui ouvre et peut dis­soudre d’autre part.

G. Lau­rent-Huyghues-Beau­fond, Cham­bre avec vues précédé de Argu­ments pour un graveur (mythogra­phies), CHEYNE.

La mer monte la nuit et sub­merge la cham­bre, on n’y peut rien, image de l’inconscient ou du « Réel » pour par­ler comme Lacan ? Cette marée qui dépasse l’estran n’est pas sans évo­quer celle que décrit Yves Bon­nefoy dans sa sec­tion « La mai­son natale » de son recueil Les Planch­es courbes. Quoi qu’il en soit, il y a d’un côté la pré­ci­sion d’un pro­jet, l’exactitude et la tech­nic­ité d’un geste d’artisan, qu’il soit graveur ou poète et, de l’autre, le désir de « dire cela et ne vouloir écrire que cela, ce qui n’a pas de nom, ne par­le pas (…) » (p.39). Pas de sen­ti­ments explicites, en effet, mais l’approfondissement du trag­ique de notre con­di­tion dans ces con­tra­dic­tions irré­ductibles. Notre iden­tité appelle ce qui la dis­sout. On ne déposera ni plainte ni main courante, on ne bat­tra pas la mer, on appro­fondi­ra « notre impuis­sance » (p.40).

Exi­gence à hau­teur de souf­france et d’angoisse le ton du recueil est « grave » (le terme revient sou­vent dans la mul­ti­plic­ité de ses sens) et, dans sa deux­ième par­tie, comme en écho et symétrique à la pre­mière, s’élabore une autre « mythogra­phie », sans icone ni nom pro­pre cette fois, en sour­dine et de façon tout implicite, une parabole chré­ti­enne, celle de St Christophe le passeur por­tant sur ses épaules et dans sa bar­que cet enfant trop lourd, qui est en même temps le Christ et le monde. Ce seul mythe dis­cret mais bien lis­i­ble s’oppose ain­si à la plu­ral­ité affichée de ceux de la pre­mière par­tie, ces « prête-nom ». Le lecteur se trou­ve « embar­qué » dans cette aven­ture qui dépasse. Mais j’en dis trop déjà, ce mythe n’est que sug­géré et vaut non pas pour ce qu’il des­sine ou représente mais par ce qu’il sug­gère et ce vers quoi il ouvre : peut-être les tragédies actuelles des migrants et de la mer mais, surtout, ce désir et cette crainte de la dis­so­lu­tion poussés ensem­ble à un point tel qu’il n’est, comme issue, que les très hum­bles « MORALES EN ATTENDANT » qui fer­ment le texte. Mais cette écri­t­ure en « acqua alta » de la sec­tion « MARINES », comme un flux et reflux, un ressac per­ma­nent, emporte par sa beauté.

Une hau­teur de ton et de pro­jet qui évoque le St-John Perse d’Amers et le Paul Valéry du Cimetière marin et un goût par­fois pour une « asyn­tax­ie » pou­vant ouvrir sur la ver­bigéra­tion voire la glos­so­lalie, que je me per­me­t­trais d’encourager.

Présentation de l’auteur

Grégoire Laurent-Huyghues-Beaufond

Gré­goire Lau­rent-Huyghues-Beau­­fond est un ancien pro­fesseur de let­tres clas­siques. Domini­cain depuis 2011, il est catéchiste pour une paroisse de Fri­bourg, où il pour­suit sa for­ma­tion en théologie.

 

 

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

mm

Alain Nouvel

1998, pre­mier recueil de poèmes : Trois noms her­maph­ro­dites, puis deux nou­velles : Octave Lamiel, dépuceleur suivi de Edouard et Alfred au val de l’eau. En 1999, suiv­ent His­toires d’ISLES, Con­tre-Voix, Mots ani­més recueil d’aphorismes, et, en 2000, Maux ani­maux, recueil de six nou­velles, aux édi­tions « L’Instant per­pétuel ». En 2001, pub­li­ca­tion aux édi­tions « La Chimère » créées pour l’occasion de D’Etrangère, puis Dames des trois douleurs en 2004, Vari­a­tions sur une femme don­née, et reprise en 2005, Con­tre-voies en 2008 et Nou­velles d’Eurasie en 2009. En 2014, il com­pose avec sa com­pagne des chan­sons qu’ils inter­prè­tent tous deux. Maud Leroy des « Édi­tions des Lisières », pub­lie Au nom du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest, un recueil de sept nou­velles sur les Baron­nies provençales où il vit désor­mais. Une suite à ces sept nou­velles voit ensuite le jour avec pour titre Anton. Sur les bor­ds de l’Empire du milieu (texte sur la Chine où A. Nou­v­el a vécu qua­tre ans, de 1981 à 1985, longtemps resté inédit mais dont cer­tains extraits étaient parus dans la revue « Corps écrit », numéro 25, de mars 1988 : Vues de Chine), paraît pour la fête du Print­emps 2021. Les deux ouvrages aux édi­tions « La Chimère ». Il col­la­bore régulière­ment, désor­mais, à la revue « Recours au poème ». En 2020, les édi­tions « La Cen­tau­rée » à Rennes, ont pub­lié un pre­mier recueil : Pas de rampe à la nuit ? suivi, en 2021 de Comme un chant d’oubliée.
Aller en haut