> Hommage à Jean-Pierre Metge (1949-2002)

Hommage à Jean-Pierre Metge (1949-2002)

Par | 2018-05-25T10:47:14+00:00 11 janvier 2013|Catégories : Essais|

 J'ai ren­con­tré pour la pre­mière fois Jean-Pierre Metge au tout début des années 90, à l'occasion d'une réunion de l'association Escalasud (Colloque des poètes du Sud), fon­dée par Michel Cosem en 1989. Ce mou­ve­ment poé­tique était aus­si une forge d'idées. Il s'agissait de ras­sem­bler les poètes du Sud, de langue fran­çaise et occi­tane, mais aus­si des artistes et des intel­lec­tuels, à tra­vers toute l'aire occi­tane, de l'Atlantique à la Méditerranée, afin de mettre en évi­dence un foyer de civi­li­sa­tion ani­mé de pro­blé­ma­tiques et d'énergies sou­vent mar­gi­na­li­sées dans l'ensemble fran­çais.

Dans ce contexte, Jean-Pierre Metge se révé­la comme un mili­tant et un ardent orga­ni­sa­teur. Il se char­gea de rédi­ger le bul­le­tin de l'association, sous forme manus­crite, dans un for­mat A 3 pho­to­co­pié. Il rédi­gea 206 numé­ros de 1990 à 1994. Il y col­lec­tait l'activité poé­tique des dif­fé­rents auteurs, lan­çait des pas­se­relles entre les livres et l'actualité cultu­relle, annon­çait les mani­fes­ta­tions à venir. Il était aus­si un mili­tant de la cause occi­tane pro­pre­ment dite.

 Par la suite, il crée­ra les édi­tions « A che­mise ouverte », puis devien­dra membre fon­da­teur d'une asso­cia­tion basée à Toulouse : « Le Passe-Mots ». En 2000,  il réa­li­se­ra le « Panorama 2001 », une série de fas­ci­cules pré­sen­tant 27 poètes du Midi Toulousain.

                                                            *

Or ce por­trait d'un homme d'action se nuance de mélan­co­lie à la lec­ture de ses poèmes.

 Lorsqu'il a ren­con­tré les poètes d'Escalasud, Jean-Piere Metge souf­frait pro­fon­dé­ment de la soli­tude. A par­tir d' « Etincelles vertes »(1988), et dans le cours d'une dizaine d'années, il a publié huit recueils dont les titres disent assez le décou­ra­ge­ment, voire le déses­poir.

La marque la plus évi­dente de cette poé­sie est le sen­ti­ment du manque et de l'absence :
                                         

                                           « Mes ruis­seaux ne nais­saient
                                             que par inter­mit­tence »

                                                                                   (Etincelles vertes).
 

Le contem­pla­tif, durant son séjour en Quercy (son père était mili­taire dans une base ins­tal­lée près de Gramat), s'est confor­té au temps mythique des cam­pagnes
                                       

                                           « Les faux         jadis affû­tées
                                            aux inusables obsi­diennes »

                                                                            (On ne grimpe plus aux silences).
              

Mais la mala­die s'insinue, limite le rayon d'action du poète, l'empêche de par­cou­rir ce Causse qu'il rejoint par­fois depuis Toulouse, ce Causse de Gramat où il a pas­sé le plus clair de sa jeu­nesse.

Désormais l'hôpital lui fixe de cruels ren­dez-vous :

 

                                          « L'aube passe sa ser­pillière grise
                                             sur les der­niers feux de la nuit
                                             et ce trans­fert d'humidités sales
                                             du sol au cloaque des cieux
                                             m'apaise
                                             et m'écoeure à la fois ».
                                                              

                                                                                          (Horizons du néant, 1992)
               

Mais c'est son antho­lo­gie post­hume : « nos seuls soleils sont des lichens », com­po­sée par les soins de ses amis, et édi­tée par l'Arrière-Pays(2003) qui libère le mieux la parole vive de Jean-Pierre Metge. Jusqu'au bout, il sera ce
                                           

                                                 « pro­me­neur per­du
                                                dans ses années d'enfance ».
                 

Le Quercy, avec son silence et ses murets écrou­lés, était une image inépui­sable de sa propre exis­tence, pas­sion et nos­tal­gie mêlées, le long des

                        « pas­se­relles d'acier/ des week-ends gris ».

Une vive sen­sua­li­té et une grande déli­ca­tesse de sen­ti­ments entourent l'image de la femme :
             

                        « Son corps avait pris feu aux herbes de décembre »

                …………
                ce fut
                comme un bon­heur volé à ses lèvres
                douces roses obs­ti­nées d'un jar­din à l'oubli ».
                   Mais l'espace et le temps sont si grands qu'ils échappent au poète :
               « Automnes je n'ai plus où aller hors sai­son
                  je n'ai plus où m'asseoir dans l'enfance ».
                  ………………………
                  « mes hori­zons sont limi­tés
                    aux silences de la mésange ».

Il reste cepen­dant des impres­sions fortes nées des pierres et des arbres du Causse :
            

                    « …et les bre­bis pas­saient
                      sous les érables nains
                      lais­sant aux pru­nel­liers
                      un peu de leur suint
                      comme un tri­but au vent payé pour la sai­son ».
              

Jean-Pierre Metge a atteint le but de tout poète authen­tique : conqué­rir une voix, une tona­li­té, immé­dia­te­ment recon­nais­sables.
 Il res­te­ra pour nous ce pas­sant du Causse, émer­veillé de nos­tal­gie cruelle, alté­ré à l'extrême de sen­teurs, d'aubes et de cou­chants, non sans avoir recueilli les der­niers gestes des pâtres et des arti­sans, ceux qui gra­vaient dans le marbre de leur quo­ti­dien le sens d'une tra­di­tion.

Sur le fond de la fresque vive qu'il nous lègue, sachons le suivre dans sa sombre quête :

                   « moi/​ voleur de chrysanthèmes/​ aux sources du néant », mais attar­dons-nous aus­si et sur­tout sur ses touches de bon­heur et de vie :
                  « rien n'effacera les roux coque­li­cots de ses che­veux ».

.

 

X