> Hommage à Mark Strand

Hommage à Mark Strand

Par |2018-10-16T07:52:35+00:00 25 décembre 2014|Catégories : Essais|

Mark Strand est né le 11 avril 1934 à Summerside, dans la pro­vince cana­dienne de l’Île-du-Prince-Edward (sa langue mater­nelle est le fran­çais), de parents juifs amé­ri­cains, son père tra­vaillant pour l’entreprise Pepsi et sa mère étant archéo­logue et ins­ti­tu­trice. Les fonc­tions de son père lui valent de pas­ser son enfance et sa jeu­nesse aux États-Unis, à Cuba, en Colombie, au Pérou et au Mexique. Il étu­die ensuite la pein­ture à la Yale School of Art and Literature, puis la poé­sie ita­lienne du dix-neu­vième siècle à Florence, avant d’effectuer un séjour dans le célèbre ate­lier d’écriture de l’Université de l’Iowa, où il décroche un Master of Arts en 1962. S’il avait l’intention d’être peintre, il se découvre une pas­sion pour la poé­sie dont il est un grand lec­teur ; ses pre­miers poèmes paraissent dans le New Yorker. Il enseigne un an au Brésil, où il se lie avec Elizabeth Bishop et accu­mule des docu­ments sur Carlos Drummond de Andrade. De retour aux États-Unis, il pour­suit une car­rière de pro­fes­seur iti­né­rant dans plu­sieurs uni­ver­si­tés amé­ri­caines.

Il épouse en 1961 Antonia Ratensky, une psy­cho­logue dont il a une fille, Jessica, scé­na­riste ; après avoir divor­cé, il épouse en 1976 Julia Rumsey Garretson, dont il a un fils Thomas.

Il est l’auteur d’une quin­zaine de recueils de poèmes, son pre­mier recueil ayant paru il y a cin­quante ans ; ses poé­sies com­plètes ont été réunies en un volume, Almost Invisible, en 2012. Il a éga­le­ment publié une dou­zaine d’ouvrages en prose, dont des mono­gra­phies sur les peintres Edward Hopper et William Bailey, ain­si que trois ouvrages pour enfants. Enfin, il a tra­duit Rafael Alberti, Carlos Drummond de Andrade, Dante et des poèmes que­chuas.

À la fin de sa vie, il renon­ce­ra à l’écriture poé­tique, pré­fé­rant de petites proses, et se consa­cre­ra à une autre expres­sion artis­tique : des col­lages.

Membre de l’Académie amé­ri­caine des Arts et Lettres depuis 1981, il a été Poet Laureate auprès de la Bibliothèque du Congrès de 1990 à 1991, et a reçu plu­sieurs récom­penses pour son œuvre, dont le Prix Bollingen en 1993, le Prix Pulitzer en 1999 et le Prix Wallace Stevens en 2004.

Il est mort le 29 novembre 2014 à Brooklyn.

Un seul livre de Mark Strand a paru en fran­çais : Presque invi­sible, édi­tion bilingue, tra­duc­tion de Fiona Sze-Lorrain, Vif-Éditions, 2012.

 

Sleeping with One Eye Open (1964 – poèmes)
Reasons for Moving (1968 – poèmes)
Darker (1970 – poèmes)
18 Poems from the Quechua (1971 – tra­duc­tion)
The Story of Our Lives (1973 – poèmes)
The Sargentville Notebook, Burning Deck (1973 – poèmes)
Rafael Alberti, The Owl’s Insomnia (1973 – tra­duc­tion)
Carlos Drummond de Andrade, Souvenirs of the Ancient World (1976 – tra­duc­tion)
Elegy for My Father (1978 – poèmes)
The Monument (1978 – prose)
The Late Hour (1978 – poèmes)
Selected Poems (1980 – poèmes)
The Planet of Lost Thing (1982 – livre pour enfants)
The Art of the Real (1983 – cri­tique d’art)
The Night Book (1985 – livre pour enfants)
Mr. and Mrs. Baby and Other Stories (1985 – his­toires brèves)
Rembrandt Takes a Walk (1986 – livre pour enfants)
William Bailey (1987 – cri­tique d’art)
The Continuous Life (1990 – poèmes)
New Poems (1990 – poèmes)
The Monument (1991 – poèmes)
Dark Harbor (1993 – poèmes)
Hopper (1994 – cri­tique d’art)
Blizzard of One (1998 – poèmes)
Chicken, Shadow, Moon & More (1999 – poèmes)
89 Clouds (1999 – poèmes)
The Weather of Words : Poetic Invention (2000 – essais cri­tiques)
Looking for Poetry : Poems by Carlos Drummond de Andrade and Rafael Alberti, with Songs from the Quechua (2002 – tra­duc­tion)
Man and Camel (2006 – poèmes)
New Selected Poems (2007 – poèmes)
Almost Invisible (2012 – poèmes)

 

X