> Malcolm de Chazal, Humour rose

Malcolm de Chazal, Humour rose

Par |2018-10-20T17:17:57+00:00 15 février 2013|Catégories : Chroniques|

 

AVANT-PROPOS

 

Humour Rose vient por­ter à cinq le nombre de recueils de Malcolm de Chazal et nous le devons au Professeur Irving Weiss de l’Université de New-York. Malcolm de Chazal lui trans­met ce manus­crit en juin 1967 en insis­tant sur le fait qu’il s’agit là du « pro­lon­ge­ment de Sens-Plastique ». Connaissant l’importance accor­dée par Malcolm de Chazal à cette œuvre fon­da­trice et sachant qu’il n’a eu de cesse de rap­pe­ler que « Sens-Plastique a consti­tué de la méta­poé­sie, une poé­sie méta­phy­sique », on peut déduire que nous avons affaire là à un docu­ment pré­cieux sus­cep­tible d’apporter des éclai­rages nou­veaux quant à l’engagement poé­tique et méta­phy­sique cha­za­lien. Mais le degré d’importance de ce texte va plus loin car il n’est pas un acte lit­té­raire iso­lé : il ‘fonc­tionne’ et inter­agit avec deux autres textes écrits qua­si­ment dans le même souffle : les Contes Occultes que Malcolm de Chazal pré­cise être des « contes sens-plas­ti­ciens » et L’Homme et la Connaissance qu’il qua­li­fie de « cos­mo­go­nie poé­tique ».

Tout ne se pas­se­ra pas comme le pré­voit Malcolm de Chazal. L’éditeur Jean-Jacques Pauvert ne publie­ra fina­le­ment pas les Contes Occultes ; il ne sor­ti­ra L’Homme et la Connaissance que 7 ans plus tard, en 1974, la même année que parait à Maurice Sens Unique aux édi­tions Le Chien de Plomb. Et l’Humour Rose subi­ra des modi­fi­ca­tions impor­tantes : selon des cri­tères qui nous sont incon­nus, Jean-Jacques Pauvert ne retien­dra que 53 des 134 poèmes que contient le recueil. À ces 53 poèmes seront ajou­tés 129 autres que Malcolm de Chazal avait pro­ba­ble­ment en réserve et l’ensemble don­ne­ra le recueil Poèmes publié en 1968 soit un an après le cour­rier à Irving Weiss.

Il était impor­tant de res­ti­tuer le texte tel que Chazal l’avait conçu, c’est-à-dire avec ce rythme d’écriture qu’il appe­lait « transe-lucide »… Les poèmes déjà publiés dans Poèmes sont en ita­liques et leur numé­ro­ta­tion dans le recueil de Jean-Jacques Pauvert est signa­lée sous l’abréviation jpp.

Robert FURLONG

Président de la Fondation Malcom de Chazal

 

 

X