Trois voeux

Des faits ne sont-ils pas d’ennuyeux tourments ?
Ne vaudrait-il pas mieux avoir trois voeux
à con­di­tion qu’ils soient tous exaucés ?
Je souhait­erais une vie sans grandes pauses
pen­dant lesquelles les murs sont visés par des projectiles
pas une vie par­cou­rue rapidement
         par des trésoriers.
Je veux écrire des let­tres dans lesquelles
         j’existe à part entière -.
Je veux un livre auquel vous aurez tous accès
         et dont vous pour­rez sor­tir librement.
Et je ne voudrais pas oubli­er qu’il est plus beau de

t’aimer que de ne pas t’aimer.

Nico­las Born (1937 — 1979)
dans: Gedichte P. 103,
Wall­stein Ver­lag, Göt­tin­gen 2004

 

Un con­te de fées, oui, c’est ce qui serait souhaitable, un con­te de fées dans lequel nous pour­rions faire trois voeux vrai­ment sen­sés —  et bien sûr nous tous, tel que le souligne l’auteur… Car c’est ain­si que ça com­mence, per­son­ne ne devrait vivre mieux ou moins bien que l’autre.  Cela déjà serait un con­te de fées, un vrai qui serait l’opposé des „faits“…

Il n’y aurait pas le vide mais la pléni­tude, la vio­lence céderait à la sécu­rité, la con­trainte monot­o­ne-matérielle n’aurait plus lieu d’être et à sa place régn­erait le lien entre les humains, cha­cun dans son écri­t­ure non fal­si­fiée et dans le naturel de la lec­ture qui n’exclut per­son­ne, qui s’ouvre sans que per­son­ne ne soit accaparée.

Nico­las Born esquisse en peu de mots un con­tre-pro­jet à notre société dont le reflet, des décen­nies après la nais­sance du poème,  nous sem­ble encore plus per­ti­nent, bien que l’étau se resserre de plus en plus.

A la fin il nous amène vers une con­science de la valeur fon­da­men­tale du plus grand voeu de l’amour suprême. 

C’est ain­si qu’il passe de „Je“ à „Tu“.                                                             

                                                      Tra­duc­tion: Car­la van de Werf
                                                      — Remer­ciements à Daniel Xhaard -

 

_________________________________________

Drei Wün­sche

Sind Tat­sachen nicht quälend und langweilig?
Ist es nicht bess­er, drei Wün­sche zu haben
unter der Bedin­gung daß sie allen erfüllt werden?
Ich wün­schte ein Leben ohne große Pausen
in denen die Wände von Pro­jek­tilen abge­sucht werden
ein Leben das nicht herun­terge­blät­tert wird
         von Kassierern.
Ich wün­sche Briefe zu schreiben in denen ich
         ganz enthal­ten bin -.
Ich wün­sche ein Buch in das ihr alle vorn hineingehen
         und hin­ten her­auskom­men könnt.
Und ich möchte nicht vergessen daß es schön­er ist
dich zu lieben als dich nicht zu lieben.

Nico­las Born (1937–1979)
in: Gedichte,
S. 103, Wall­stein Ver­lag, Göt­tin­gen 2004

 

Ein Märchen, ja, das wäre uns zu wün­schen, ein Märchen, in dem wir drei Wün­sche wirk­lich sin­nvoll auswählen kön­nten – und zwar wir alle, wie der Autor betont…Denn damit fängt es schon an, kein­er sollte es bess­er oder schlechter haben als der andere. Das bere­its wäre ein Märchen, ein Wirk­lich­es. Und stünde den „Tat­sachen“ entgegen…

Es gäbe keinen Leer­lauf, doch Erfüllt-Sein, Gewalt wiche der Sicher­heit, materiell-monot­o­n­er Zwang wäre abgewen­det, stattdessen Kon­takt mit Men­schen in der eige­nen unver­fälscht­en Hand­schrift, und die Selb­stver­ständlichkeit des Büch­er-Lesens, das nie­man­den auss­chließt, vielmehr jedem offen­ste­ht, ohne ihn zu vereinnahmen.

Nico­las Born skizziert in weni­gen Worten einen Gege­nen­twurf zu unser­er Gesellschaft, deren Abbild nun, Jahrzehnte nach Entste­hung des Gedicht­es und immer been­gen­der­er „Ver­net­zung“, noch umso charak­ter­is­tis­ch­er erscheint. Er führt uns am Ende den größten und allem zugrun­deliegen­den Wun­sch vor Augen, sich der Liebe als höch­stem Wert bewusst zu sein. Und so kommt er fol­gerichtig vom „ich“ zum „du“.

 

                                                                                 Eva-Maria Berg

mm

Eva-Maria Berg

Eva-Maria Berg,née en 1949 à Düs­sel­dorf, a fait des études d´allemand et de françaisà l´université de Fri­bourg. Domi­cil­iée à Wald­kirch (Forêt Noire) elle séjourne sou­vent dans les pays voisins, avant tout en France en tant que par­tic­i­pant à des man­i­fes­ta­tions inter­dis­ci­plinaires et trans­frontal­ières, des fes­ti­vals inter­na­tionaux. Elle elle a été invité à plusieurs repris­es en rési­dence d´ecriture à la Vil­la Tamaris Cen­tre d’Art à La Seyne-sur-Mer. Out­re des livres de poésie, parus en Alle­magne, en France et en Suisse – sou­vent en dia­logue avec des artistes, etdont cer­tains sont pub­liés en édi­tions bilingues ou dans leur tra­duc­tion en trois langues (français, anglais, espag­nol), elle écrit de la prose, des essais, des cri­tiques lit­téraires. Tra­duc­tions mutuelles avec des poètes de langue anglaise et française, en par­ti­c­uli­er Yehu­da Hyman, Max Alhau, Mar­i­lyne Bertonci­ni, Alain Fab­re-Cata­lan. Pub­li­ca­tion dans de nom­breuses revues et antholo­gies inter­na­tionales.

Mem­bre des rédac­tions de: Les Car­nets d´Eucharis, Lev­ure Lit­téraireet Recours au Poème. Mem­bre, entre autres, de l’As­so­ci­a­tion des écrivains alle­mands (VS), de l’As­so­ci­a­tion européenne des auteurs DIE KOGGE, du Cen­tre PEN ger­mano-suisse (DSPZ).

 

Pub­li­ca­tion d´une trentaine de livres / choix après 2011:

FLUX  poèmes all.-frc.-angl., traduit avec Yehu­da Hyman et Max Alhau,Photographies: Sylvie Pes­nel, Les Édi­tions Tran­signum, Paris 2011

UN MASQUE DE PLUSpoèmes all.-frc.-esp., aus­si de Max Alhau, Séri­gra­phies: Eva Largo, Les Édi­tions. Tran­signum, Paris 2011

CLOISON À COULISSE — KULISSENWANDpoèmes all.-frc., Séri­gra­phies: Eva Largo, Edi­tions de la Lune Bleue, Paris 2012

SI LOIN LE RIVAGE – SO FERN DAS UFER – TAN LEJOS LA ORILLApoèmes all.-frc.-esp., traduit avec Max Alhau, gravures: Olga Verme-Mignot, Les Edi­tions Tran­signum, Paris 2014

LA MÉMOIRE DES BRANCHIES – DAS GEDÄCHTNIS DER KIEMENLes Édi­tions Erès, Col­lec­tion PO&PSY, Toulouse 2015

DEBOUT — AUFRECHT — DE PIE poèmes all.-frc.-esp., traduit avec Max Alhau gravures: Olga Verme-Mignot, Les Édi­tions Largo, Paris 2016

AUF OFFENER STRECKE orte-Ver­lag, CH- Schwell­brunn, 2016

LE VOYAGE IMMOBILE – DIE REGUNGSLOSE REISE all.-frc. avec Alain Fab­re-Cata­lan, dessins: Jean-Marie Cartereau, Édi­tions du Petit Véhicule, Nantes 2017

TANT DE VENT NÉGLIGÉ – SO VIEL WIND UNGENUTZTpoèmes all.-frc., traduit avec Max Alhau, Édi­tions Vil­la-Cis­neros, Toulon 2018

INSTANTANÉS poèmes, traduit avec Mar­i­lyne Bertonci­ni, Edi­tions Imprévues, Die 2018

KREISE ZIEHEN – TRACER DES CERCLES  poèmes all.-frc., dessins: Lil­iane Ève-Bren­del, Edi­tions Philonar, Bour­gogne 2018

EFFACEMENTpoèmes all.-frc., traduit avec Max Alhau, gravures: Eva Gal­lizzi, Les Edi­tions Tran­signum, Paris 2018

WIEVIEL BLAU – COMBIEN DE BLEU poèmes all.-frc., traduit avec Max Alhau, gravures: Olga Verme-Mignot, Les Édi­tions Largo, Paris 2019

 

Site : http://www.eva-maria-berg.de