Jean-Charles Vegliante, Rue La Bruyère

2018-03-02T16:25:18+01:00

 

Le vent du large, dirait-on, du grand large
fait vibr­er le 6ème étage, mansardes
réu­nies que nous vis­itâmes un jour
(com­bi­en de temps depuis lors, sur nos visages)
et qui oscil­lent dans l’air comme une proue.
Il a plu, il a pleuré là sous les combles
cette nuit, beau­coup, une petite fille :
tu dis, je n’ai pas dor­mi, elle doit être
épuisée. Tu dis : je n’en finis jamais
avec cette fatigue – les murs s’éloignent –
il y a des fleurs qui s’ouvrent dans les larmes.
Il y a des cœurs effrayés en famille
ne mon­trant rien, qui tien­nent comme ils le peuvent
à quelques objets, dans l’or du soleil blet.
 

 

extrait de La forme d’une ville

Présentation de l’auteur

Jean-Charles Vegliante

Né à Rome, Jean-Charles Veg­liante enseigne à la Sor­bonne Nou­velle — Paris 3, où il dirige le Cen­tre Inter­dis­ci­plinaire de Recherche sur la Cul­ture des Echanges

Tra­duc­teur de Dante (prix Halpérine-Kam­in­sky 2008) et des baro­ques, il a pub­lié en 1977 une antholo­gie française de la poésie ital­i­enne de la fin du XXe siè­cle : Le Print­emps ital­ien, (bilingue) et traduit Leop­ar­di, D’An­nun­zio, Pas­coli, Mon­tale, Sereni, For­ti­ni, Raboni, A. Rossel­li, M. Benedet­ti et d’autres poètes ital­iens. Il a édité les textes ita­­lo-français de De Chiri­co, Ungaret­ti, A. Rossel­li, Magnelli.

Il est l’au­teur de D’écrire la tra­duc­tion, Paris, PSN, 1996, 2000.

Jean-Charles Vegliante

Sa poésie paraît en revue (Le nou­veau recueil, Le Bateau Fan­tôme, L’étrangère, Almanac­co del­lo Spec­chio) et sur le net (Recours au Poème, for­maflu­ens, Le parole e le cose) ; par­mi les titres pub­liés en vol­ume : Rien com­mun (Belin), Nel lut­to del­la luce / Le deuil de lumière (trad. G. Raboni, bilingue Ein­au­di 2004), Itin­er­ario Nord (Vérone, 2008), Urban­ités (Paris, 2014), Où nul ne veut se tenir (Brux­elles, 2016).

Il a édité une nou­velle ver­sion de Dante Alighieri (La Comédie, bilingue) dans la col­lec­tion Poésie chez Gallimard.

Autres lec­tures

Amont dévers — une anthologie poétique (5)

Or la poésie ne fait pas tou­jours bon ménage avec un vague dit « poé­tique » et préfère par­fois, au sein de sa langue (tou­jours sou­veraine), avoir affaire prin­ci­pale­ment avec les proces­sus mul­ti­ples du « penser » : […]

Jean-Charles Vegliante, Où nul ne veut se tenir 

L’audace aus­si bien formelle que thé­ma­tique est au coeur de ce nou­veau livre de Jean-Charles Veg­liante. Ce recueil se pose d’emblée comme lieu inhab­it­able. Un essai de haler le bâti­ment après le naufrage, […]

Amont dévers — une anthologie poétique (7)

Quelle qu’en soit l’occasion, fût-elle dis­simulée en amour pla­tonique de l’idée la plus haute (Leop­ar­di, Aspasie), l’expression de l’éros, c’est-à-dire de la vie, est peut-être la seule con­stante de la poésie, son universel […]

Jean-Charles Vegliante, Où nul ne veut se tenir 

Sur l’o­rig­i­nale cou­ver­ture des édi­tions La Lette volée – un fond rouge dont seul le liséré encadre la page de garde d’un livre ouvert (au dos de laque­lle se devi­nent, comme un palimpseste, […]

Lecture de Amont dévers de Jean-Charles Vegliante

L’anthologie poé­tique inti­t­ulée Amont dévers de Jean-Charles Veg­liante, en 13 épisodes, a été régulière­ment pub­liée sur le site Recours au poème, de 2016 à 2019 1. Facile d’accès, grâce à la mise en […]

Aller en haut