> Elise TURCOTTE : Dark Menagerie, traduit du français par Andrea Moorhead

Elise TURCOTTE : Dark Menagerie, traduit du français par Andrea Moorhead

Par |2018-01-23T00:29:02+00:00 16 octobre 2016|Catégories : Critiques, Élise Turcotte|

 

La tra­duc­tion faite par Andrea Moorhead trouve ici sa fonc­tion : tra­duire dans la forêt non plus seule­ment des signes, mais des sons et des sens, c’est entrer dans la dif­fé­rence des langues et de leurs har­mo­niques si dis­sem­blables avec le désir de recons­ti­tuer en quelque sorte l’oracle et d’interpréter des paroles (Alain Fabre-Catalan, Voix de la tra­duc­tion). La mélo­die pre­mière d’Elise Turcotte se laisse entendre. Le lec­teur est entraî­né dans un uni­vers âpre, cré­pus­cu­laire. La poé­sie des images est aigui­sée. L’implacabilité est de mise, et si une déses­pé­rance se laisse per­ce­voir en fili­grane ou de façon expli­cite, la force d’Elise Turcotte est d’affronter jusqu’à l’horreur avec l’arme de la grâce :

 

                                                                            War took a pic­ture
                                                                            of its people
                                                                            but des­pair here
                                                                            has no bond
                                                                            it’s fluid
                                                                            per­fect
                                                                            like the song
                                                                            of a shell

 

Le recueil est scin­dé en trois mou­ve­ments amples : Scales/​Scorpions/​ Devotion. Les vers sont brefs, mais le ton n’est pas sac­ca­dé. Dans la pre­mière par­tie, l’univers évo­qué oscille entre réa­li­té crue (la guerre) et oni­risme. L’étrangeté du monde est mise à nu, la poète semble dotée du pou­voir de fran­chir l’autre-côté du miroir, de per­ce­voir jusqu’à l’insaisissable et de lui don­ner force et mou­ve­ment, comme une pré­sence qui serait sau­vée des ténèbres.

 

                                                                     I, on the other side of the wall,
                                                                     cross a dream that’s going down­hill
                                                                     like a long smo­ky town

 

Un voile (brume) (flou) semble la consti­tuer, peau trem­blante, comme un sens autre qui lui per­met­trait d’accéder à ce qui échappe en per­ma­nence. Elle voit les car­casses of angels/​ emp­ty ravens/​ on the snow. On ne sau­rait par­ler d’univers fan­tas­tique tant les images, aux oscil­la­tions sub­tiles, s’incarnent en enti­tés tan­gibles. Le lec­teur, sai­si par la beau­té poé­tique de l’univers évo­qué, ne vit pas un songe. Il n’est pas de dis­tance entre lui et ce qui est écrit. Le pou­voir de l’écriture de Turcotte est là. Scorpions entraîne le lec­teur au cœur d’un monde en appa­rence fan­tas­ma­go­rique. La puis­sance évo­ca­trice des images, là encore, ne laisse pla­ner aucun doute : per­sonne ne rêve ici, ce qui est écrit est, la poé­sie œuvre. L’élément eau omni­pré­sent ajoute à la sen­sa­tion du glis­se­ment et à sa per­ma­nence. La poète rejoint ce lieu où scor­pion colo­nies sleep, elle écrit I’m swim­ming toward a church/​/​ I sink to the bottom/​ in a single night/​/​. La souf­france est paroxis­tique, le poi­son innom­mable d’une bles­sure s’est infil­tré, empê­chant toute séré­ni­té. I’m lost again/​in death/​/​ Your sui­cide-veins resemble an abs­tract painting/​/​. Elle rejoint le monde des morts No one touches me anymore/​/​ I see the white flowers/​ you put on my tomb/​ mais la voix ne se fait pas lamen­to, une dou­ceur l’irrigue et cette connais­sance d’une essen­tielle pure­té I was running/​ fol­lo­wing wolf trails. Eloignée des vivants, la poète regarde vers eux. Elle n’oublie pas la beau­té qui fut :

 

                                                                               I’m thin­king of you
                                                                               f
eet res­ting
                                                                               in the water of a river
                                                                               never deep

 

                                                                               I remem­ber
                                                                               wild poems
                                                                               only a few
                                                                                    (…)
                                                                               I recite them
                                                                               without moving my lips
                                                                               under water

 

Si les souf­frances l’ont plon­gée dans cette eau qui la sépare des vivants, la poète connaît  cet essen­tiel secret qui lui per­met de ne jamais s’abstraire de la poé­sie and loo­ked for the place/​ where it’s darkest/​ whern one would think/​ it’s sno­wing. Dans Devotion, elle semble remon­ter à la sur­face On earth/​ there’s always little/​ladders, a way out/​ even while people/​ die/​/​ We walk inside/​ sacred circles/​/​ It’s snowing/​ I think I understand/​ the nature of paradise/​. La neige est là, ce blanc si dési­ré, lui-même échap­pé des noir­ceurs du monde.

 

*

 

Citations, texte ori­gi­nal, Elise Turcotte, Sombre Ménagerie, Éditions du Noroît, 2002

 

la guerre a pris son peuple
en pho­to
mais le déses­poir ici
n’a plus de lien
il est fluide
par­fait
comme le chant
d’un coquillage

……………………………

Moi, de l’autre côté du mur
je tra­verse un rêve qui décline
tel un long vil­lage enfu­mé

……………………………

Des car­casses d’anges
cor­beaux vides
sur la neige

……………………………

Je nage vers une église

……………………………

Je suis aspi­rée par le fond
en une seule nuit

……………………………

Dans la mort
me voi­ci encore éga­rée
(…)
tes veines de sui­ci­dé
essemblent à un tableau
abs­trait

……………………………

Plus per­sonne ne me touche

……………………………

Je vois les fleurs blanches
que tu poses sur ma tombe

………………………………

je cou­rais
en sui­vant des pistes de loups

……………………………

je pense à toi
les pieds repo­sant
dans l’eau d’une rivière
jamais pro­fonde

………………………………

Je me sou­viens
de poèmes sau­vages
peu nom­breux
(…)
je les récite
sans bou­ger les lèvres
sous l’eau

……………………………

et cher­ché l’endroit
où il fait le plus sombre
où l’on croi­rait
qu’il neige

……………………………

Sur terre
de petites échelles
poussent
tan­dis que s’éteignent
les êtres

……………………………

Nous mar­chons
à l’intérieur
de cercles sacrés

……………………………

Il neige
Je crois com­prendre
la nature du para­dis

……………………………..

 

 

 

mm

Marie-Christine Masset

Marie-Christine Masset est née à Ruffec en Charente en 1961. Après avoir vécu au Maroc et en Suède, elle a long­temps habi­té près des Cévennes à Saint-Jean-de Buèges. Elle vit à pré­sent à Marseille où elle enseigne les Lettres.

Bibliographie

  • Diaclase de nuit, Hors Jeu Editions, 1994
  • Parole Brûlée, L’arbre à parole, Belgique, 1995
  • L’Embrasée, Editions Jacques Brémond, 1998, prix Ilarie Voronca
  • Le seul oiseau ou le secret des Cévennes, Edition Lacour Ollé, Nîmes, 2005
  • Ile de ma nuit, Encre Vive, 2006
  • Et pour­tant elle tourne, L’Harmattan, 2007
  • Visage de poé­sie, antho­lo­gie, Jacques Basse, Editions Raphaël de Surtis, 2009
  • Yarraan, La Porte, 2012
  • Terre de Femmes, antho­lo­gie poé­tique , Angèle Paoli, Terres de femmes, 2012
  • Une fleur jaune dans la mon­tagne, L’Harmattan, 2012
  • Livres d’artiste avec Joëlle Jourdan, pho­to­graphe et plas­ti­cienne
    • Entre feu et cris, 2007
    • Trêve lumi­neuse, 2008
    • Partage des eaux, Editions Trouvailles, 2008
    • Eau Constellée, 2009
X