La tra­duc­tion faite par Andrea Moor­head trou­ve ici sa fonc­tion : traduire dans la forêt non plus seule­ment des signes, mais des sons et des sens, c’est entr­er dans la dif­férence des langues et de leurs har­moniques si dis­sem­blables avec le désir de recon­stituer en quelque sorte l’oracle et d’interpréter des paroles (Alain Fab­re-Cata­lan, Voix de la tra­duc­tion). La mélodie pre­mière d’Elise Tur­cotte se laisse enten­dre. Le lecteur est entraîné dans un univers âpre, cré­pus­cu­laire. La poésie des images est aigu­isée. L’implacabilité est de mise, et si une dés­espérance se laisse percevoir en fil­igrane ou de façon explicite, la force d’Elise Tur­cotte est d’affronter jusqu’à l’horreur avec l’arme de la grâce :

 

                                                                            War took a picture
                                                                            of its people
                                                                            but despair here
                                                                            has no bond
                                                                            it’s fluid
                                                                            perfect
                                                                            like the song
                                                                            of a shell

 

Le recueil est scindé en trois mou­ve­ments amples : Scales/Scorpions/ Devo­tion. Les vers sont brefs, mais le ton n’est pas sac­cadé. Dans la pre­mière par­tie, l’univers évo­qué oscille entre réal­ité crue (la guerre) et onirisme. L’étrangeté du monde est mise à nu, la poète sem­ble dotée du pou­voir de franchir l’autre-côté du miroir, de percevoir jusqu’à l’insaisissable et de lui don­ner force et mou­ve­ment, comme une présence qui serait sauvée des ténèbres.

 

                                                                     I, on the oth­er side of the wall,
                                                                     cross a dream that’s going downhill
                                                                     like a long smoky town

 

Un voile (brume) (flou) sem­ble la con­stituer, peau trem­blante, comme un sens autre qui lui per­me­t­trait d’accéder à ce qui échappe en per­ma­nence. Elle voit les car­cass­es of angels/ emp­ty ravens/ on the snow. On ne saurait par­ler d’univers fan­tas­tique tant les images, aux oscil­la­tions sub­tiles, s’incarnent en entités tan­gi­bles. Le lecteur, saisi par la beauté poé­tique de l’univers évo­qué, ne vit pas un songe. Il n’est pas de dis­tance entre lui et ce qui est écrit. Le pou­voir de l’écriture de Tur­cotte est là. Scor­pi­ons entraîne le lecteur au cœur d’un monde en apparence fan­tas­magorique. La puis­sance évo­ca­trice des images, là encore, ne laisse plan­er aucun doute : per­son­ne ne rêve ici, ce qui est écrit est, la poésie œuvre. L’élément eau omniprésent ajoute à la sen­sa­tion du glisse­ment et à sa per­ma­nence. La poète rejoint ce lieu où scor­pi­on colonies sleep, elle écrit I’m swim­ming toward a church// I sink to the bottom/ in a sin­gle night//. La souf­france est parox­is­tique, le poi­son innom­ma­ble d’une blessure s’est infil­tré, empêchant toute sérénité. I’m lost again/in death// Your sui­cide-veins resem­ble an abstract painting//. Elle rejoint le monde des morts No one touch­es me anymore// I see the white flowers/ you put on my tomb/ mais la voix ne se fait pas lamen­to, une douceur l’irrigue et cette con­nais­sance d’une essen­tielle pureté I was running/ fol­low­ing wolf trails. Eloignée des vivants, la poète regarde vers eux. Elle n’oublie pas la beauté qui fut :

 

                                                                               I’m think­ing of you
                                                                               f
eet rest­ing
                                                                               in the water of a river
                                                                               nev­er deep

 

                                                                               I remember
                                                                               wild poems
                                                                               only a few
                                                                                    (…)
                                                                               I recite them
                                                                               with­out mov­ing my lips
                                                                               under water

 

Si les souf­frances l’ont plongée dans cette eau qui la sépare des vivants, la poète con­naît  cet essen­tiel secret qui lui per­met de ne jamais s’abstraire de la poésie and looked for the place/ where it’s darkest/ whern one would think/ it’s snow­ing. Dans Devo­tion, elle sem­ble remon­ter à la sur­face On earth/ there’s always little/ladders, a way out/ even while people/ die// We walk inside/ sacred circles// It’s snowing/ I think I understand/ the nature of paradise/. La neige est là, ce blanc si désiré, lui-même échap­pé des noirceurs du monde.

 

*

 

Cita­tions, texte orig­i­nal, Elise Tur­cotte, Som­bre Ménagerie, Édi­tions du Noroît, 2002

 

la guerre a pris son peuple
en pho­to
mais le dés­espoir ici
n’a plus de lien
il est fluide
par­fait
comme le chant
d’un coquil­lage

……………………………

Moi, de l’autre côté du mur
je tra­verse un rêve qui décline
tel un long vil­lage enfumé

……………………………

Des car­cass­es d’anges
cor­beaux vides
sur la neige

……………………………

Je nage vers une église

……………………………

Je suis aspirée par le fond
en une seule nuit

……………………………

Dans la mort
me voici encore égarée
(…)
tes veines de suicidé
essem­blent à un tableau
abstrait

……………………………

Plus per­son­ne ne me touche

……………………………

Je vois les fleurs blanches
que tu pos­es sur ma tombe

………………………………

je courais
en suiv­ant des pistes de loups

……………………………

je pense à toi
les pieds reposant
dans l’eau d’une rivière
jamais pro­fonde

………………………………

Je me souviens
de poèmes sauvages
peu nom­breux
(…)
je les récite
sans bouger les lèvres
sous l’eau

……………………………

et cher­ché l’endroit
où il fait le plus sombre
où l’on croirait
qu’il neige

……………………………

Sur terre
de petites échelles
poussent
tan­dis que s’éteignent
les êtres

……………………………

Nous mar­chons
à l’intérieur
de cer­cles sacrés

……………………………

Il neige
Je crois comprendre
la nature du paradis

……………………………..

 

 

 

mm

Marie-Christine Masset

Marie-Chris­tine Mas­set est née à Ruf­fec en Char­ente en 1961. Après avoir vécu au Maroc et en Suède, elle a longtemps habité près des Cévennes à Saint-Jean-de Buèges. Elle vit à présent à Mar­seille où elle enseigne les Lettres.

Bibliographie

  • Dia­clase de nuit, Hors Jeu Edi­tions, 1994
  • Parole Brûlée, L’arbre à parole, Bel­gique, 1995
  • L’Embrasée, Edi­tions Jacques Bré­mond, 1998, prix Ilar­ie Voronca
  • Le seul oiseau ou le secret des Cévennes, Edi­tion Lacour Ollé, Nîmes, 2005
  • Ile de ma nuit, Encre Vive, 2006
  • Et pour­tant elle tourne, L’Harmattan, 2007
  • Vis­age de poésie, antholo­gie, Jacques Basse, Edi­tions Raphaël de Sur­tis, 2009
  • Yarraan, La Porte, 2012
  • Terre de Femmes, antholo­gie poé­tique , Angèle Paoli, Ter­res de femmes, 2012
  • Une fleur jaune dans la mon­tagne, L’Harmattan, 2012
  • Livres d’artiste avec Joëlle Jour­dan, pho­tographe et plasticienne 
    • Entre feu et cris, 2007
    • Trêve lumineuse, 2008
    • Partage des eaux, Edi­tions Trou­vailles, 2008
    • Eau Con­stel­lée, 2009