> OSIRIS n°79

OSIRIS n°79

Par | 2018-01-23T00:30:38+00:00 1 mars 2015|Catégories : Revue des revues|

 

Revue bian­nuelle de poé­sie contem­po­raine, Osiris paraît depuis 42 ans. Andrea Moorhead, uni­ver­si­taire, poète, tra­duc­trice et pho­to­graphe (notam­ment  plu­sieurs recueils parus au Noroît, Au loin en 2010, Géocide en 2013), est la maî­tresse d’œuvre de ce bel ouvrage. Elle-même écrit en anglais et en fran­çais, ce qu’elle nomme voyage immo­bile, mais il n’est pour elle qu’une langue : celle de l’autre. On com­pren­dra mieux l’assise d’Osiris : une Babel rayon­nante. Se découvrent en langue ori­gi­nale avec leur tra­duc­tion en anglais, les poèmes de Gustav Munch-Petersen, voix danoise où terre et ciel mêlent leur force : A star sparkles green, in star-tears, star-tear alone/​ In the salt of my childhood’s hot stone (EARLY MORNING),  en langue anglaise, neuf poètes : Frances Presley, Sarah Cave, Steve Barfield, Simon Perchik, Alan Britt, John Sibley Williams (les poèmes HOUSE ON FIRE et NO ANIMAL sont sai­sis­sants), Rob Cook , son poème FEAR gla­ce­rait le sang si ce n’était cette extra­or­di­naire appé­tence de vivre, ces vers  font étran­ge­ment son­ger au tableau de Van Gogh Les Souliers, 1886 :The dogs can alrea­dy smell/​ How my shoes will fail /​ On one of the days missing/​ Between October et December,  suivent les poèmes d’ Andrea Moorhead, et  de Randi Ward. On peut lire en fran­çais les poèmes de Françoise Hàn Serons nous l’après-midi d’été/ de ceux-là venus quand la Terre/​ aura chan­gé son incli­nai­son /​,  d’Yves Broussard et de Céline Zins, en grec, avec  leur tra­duc­tion,  les poèmes de Anna Griva et Spiros Aravanis, en ita­lien ceux de Laura Caccia et en por­tu­gais avec leur tra­duc­tion ceux de Salgado Maranhăo. S’ajoutent la pho­to­gra­phie d’Andrea Moorhead THE MEADOWS et la repro­duc­tion du tableau de Robert Moorhead ARABIC LESSON où la méta­mor­phose du gra­phème arabe s’offre en dire mul­ti­forme, lumière et chants entre­la­cés.

Cette revue est réso­lu­ment moderne, outre offrir un juste pano­ra­ma de la poé­sie contem­po­raine inter­na­tio­nale, dans la diver­si­té des langues don­nées à entendre et à lire, elle fait réson­ner le Verbe : Osiris opère ses pou­voirs.

 

Rédaction : Andrea Moorhead
Le numé­ro 8 euros
ISNN0095-019X
Abonnement à la revue :
OSIRIS
106 Meadow Lane
Greenfield MA 01301 USA

mm

Marie-Christine Masset

Marie-Christine Masset est née à Ruffec en Charente en 1961. Après avoir vécu au Maroc et en Suède, elle a long­temps habi­té près des Cévennes à Saint-Jean-de Buèges. Elle vit à pré­sent à Marseille où elle enseigne les Lettres.

Bibliographie

  • Diaclase de nuit, Hors Jeu Editions, 1994
  • Parole Brûlée, L’arbre à parole, Belgique, 1995
  • L’Embrasée, Editions Jacques Brémond, 1998, prix Ilarie Voronca
  • Le seul oiseau ou le secret des Cévennes, Edition Lacour Ollé, Nîmes, 2005
  • Ile de ma nuit, Encre Vive, 2006
  • Et pour­tant elle tourne, L’Harmattan, 2007
  • Visage de poé­sie, antho­lo­gie, Jacques Basse, Editions Raphaël de Surtis, 2009
  • Yarraan, La Porte, 2012
  • Terre de Femmes, antho­lo­gie poé­tique , Angèle Paoli, Terres de femmes, 2012
  • Une fleur jaune dans la mon­tagne, L’Harmattan, 2012
  • Livres d’artiste avec Joëlle Jourdan, pho­to­graphe et plas­ti­cienne
    • Entre feu et cris, 2007
    • Trêve lumi­neuse, 2008
    • Partage des eaux, Editions Trouvailles, 2008
    • Eau Constellée, 2009
X