William Souny est l’auteur de treize livres, poésie et essais, tous pub­liés chez L’Harmattan. L’une de ses par­tic­u­lar­ités ? Depuis un séjour à Dji­bouti en 1993, cet auteur se pas­sionne pour la Soma­lie, menant des recherch­es sur l’histoire, la cul­ture, les rap­ports com­plex­es entre lit­téra­ture et idéolo­gie, y com­pris au sein de la dias­po­ra, et pas seule­ment sous la forme d’essais et d’articles, puisque la majeure par­tie des pub­li­ca­tions de Souny, con­cerne la créa­tion poétique.

La Soma­lie est située à l’extrémité ori­en­tale de la Corne de l’Afrique. À deux mille kilo­mètres au sud, dans l’Océan Indi­en, dans la par­tie septen­tri­onale du canal du Mozam­bique, au nord-ouest de Mada­gas­car, se trou­ve l’archipel des Comores. William Souny, qui est né en 1970, vit quant à lui, de l’autre côté de la Grande Île des poètes mal­gach­es Rabeariv­elo et Rabe­m­anan­jara : sur l’île de La Réu­nion. Avec la Soma­lie, les Comores est l’autre pays de cœur de Souny. La Soma­lie, Mada­gas­car, May­otte « l’île au lagon »…

Nous « nageons » en plein exo­tisme, dans des paysages de cartes postales. L’Office du tourisme de May­otte en rajoute : « Îlots déserts de sable blanc, dou­ble bar­rière et pass­es à tra­vers les récifs de corail… Un vrai spec­ta­cle de la nature… Des paysages façon­nés par les vol­cans… Une expéri­ence humaine unique dans le sud-ouest de l’océan indi­en, des tra­di­tions métis­sées de tout le bassin aus­tral… Une vraie mosaïque cul­turelle pour ce départe­ment français qui fait émerg­er une nou­velle vague d’artistes maho­rais à tra­vers la langue française… »

 Seule­ment, voilà : l’histoire est plus com­plexe. Sai­sis­sons, grâce au poète, l’occasion de revenir sur des faits, une ques­tion, dont tout le monde ou presque se fout, mais pas William Souny. L’archipel des Comores (com­posé de la Grande Comore, Mohéli, Anjouan et May­otte) est un pro­tec­torat français de 1886 à 1974, année durant laque­lle est organ­isé un référen­dum. Une par­tie de l’archipel opte pour l’indépendance en devenant l’Union des Comores, alors que l’autre, May­otte, fait le choix du main­tien de son statut français. Mais, en réal­ité, nous écrit William Souny : « May­otte ne reste française en 1975 qu’à la faveur d’un décompte dif­féren­cié des votes, île par île, mis en œuvre con­tre toute attente par le gou­verne­ment français de l’époque… Une dis­po­si­tion tac­tique en con­tra­dic­tion avec le principe d’intangibilité des fron­tières colo­niales, appliqué partout ailleurs au moment des Indépen­dances, notam­ment africaines. Depuis lors, l’Assemblée générale de l’ONU, n’a tou­jours pas recon­nu le main­tien de May­otte au sein de la République française, dont le veto neu­tralise les fonde­ments les plus élé­men­taires du droit international. »

Mayotte suicide, L’Harmattan ,70 pages, 10.50€ Malika des vertiges, L’Harmattan, 48 pages, 9€

Mali­ka des ver­tiges, L’Harmattan, 48 pages, 9€

Mayotte suicide, L’Harmattan ,70 pages, 10.50€

May­otte sui­cide, L’Harmattan ‚70 pages, 10.50 €.

Un sec­ond référen­dum est organ­isé unique­ment à May­otte en 1976 : 99 % des Maho­rais sont favor­ables au rat­tache­ment de leur île à la France. Une nou­velle con­sul­ta­tion inter­vient en mars 2009 : le oui l’emporte à plus de 95 %. Deux ans plus tard, en 2011, May­otte devient le 101e départe­ment français, puis, en 2014, une région française ultra­pé­riphérique, de fait mem­bre de l’Union européenne. Mais, le con­flit diplo­ma­tique per­dure. L’assemblée générale de l’ONU, donne rai­son à l’Union des Comores et affirme « la néces­sité de respecter l’unité et l’intégralité de l’archipel des Comores com­posé des îles d’Anjouan, de la Grande-Comore, de May­otte et de Mohéli. » Toutes les organ­i­sa­tions régionales dont l’Union africaine et la Ligue des États arabes con­damnent égale­ment les référen­dums et le scrutin organ­isés par la France pour faire de May­otte un départe­ment français. L’île reste un sujet de reven­di­ca­tion de la part des Comores et une ques­tion qui ressur­git régulière­ment dans le débat poli­tique : l’île de May­otte est comori­enne et doit réin­té­gr­er son giron naturel. 

Naturelle­ment, lorsque nous lisons le poète William Souny, nous sommes loin du par­adis, mais dans un paysage : cloué par les ailes – à la muraille des lagons. En des poèmes forts et con­den­sés, sans aucun mis­éra­bil­isme ni trompe‑l’œil, Souny écrit l’envers de la carte postale (Nous sommes à bout de fable) : sous un soleil de noyés. William Souny n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’avant May­otte sui­cide, il a pub­lié Notes comori­ennes pour un comité de rivages (2002) : « Les îles brû­lent. Inguériss­able et fon­da­trice blessure de la mer sans fin cautérisée au fer des tra­ver­sées… » ; puis, Comores en flammes (2010) : « De May­otte à Moroni, les lunes sont froides comme une lame aux gorges nues de l’avenir. » May­otte sui­cide suivi de Le principe Archipel, parachève une trilo­gie poé­tique qui gag­n­erait à être réu­nie en un seul volume.

Les poèmes de Souny sont incisifs (dans le ciel déman­telé du cri), lap­idaires (sur cet éden empoi­son­né), coupants (sur les poitrines ensanglan­tées – de la morgue pré­fec­torale), à l’instar du drame que vit l’archipel tout entier : Il y a des hommes – qui saig­nent – noir – sous le grand chapiteau des tem­pêtes. Souny n’élude rien et surtout pas le sort réservé aux « migrants ». Car, en effet, pour franchir les 70 km qui sépar­ent May­otte d’Anjouan, l’une des trois îles de l’Union des Comores, les passeurs font pay­er entre 300 et 500 euros pour une tra­ver­sée en kwas­sa, une pirogue à moteur. La départe­men­tal­i­sa­tion de l’île a accen­tué la pres­sion migra­toire. Pen­dant que May­otte pre­nait son essor, les trois autres îles qui com­posent l’Union des Comores étaient sec­ouées par une ving­taine de coups d’État ou de ten­ta­tives avortées en 40 ans d’indépendance. Mais, là aus­si, il est néces­saire, nous écrit Souny, de pré­cis­er pour la vérité his­torique : « Les coups d’État eurent, par le passé, bien sou­vent pour aux­il­i­aire, voire acteur de pre­mier plan, quand ce n’est pas insti­ga­teur, le tris­te­ment célèbre Bob Denard, mer­ce­naire français notoire, qui laisse dans son sil­lage la mort par assas­si­nat de deux Prési­dents comoriens (Ali Soil­i­hi en 1978, Ahmed Abdal­lah en 1989). On se sou­vient du scé­nario très médi­a­tique de sa red­di­tion spec­tac­u­laire, à Moroni, en octo­bre 1995, dans le cadre d’une opéra­tion inter­ar­mées que déclen­cha l’État français afin de neu­tralis­er son servi­teur, au zèle incon­trôlable et par trop encom­brant. » Aux Comores, le pro­duit intérieur brut est de 771 euros par habi­tant. Il est de 7.900 euros à May­otte (31.500 euros en métro­pole). Ce fos­sé trag­ique fab­rique des « clan­des­tins » à la chaîne. May­otte, pour­tant, accu­mule les records. Le taux de chô­mage est de 27,1 %, avec plus de 50 % chez les jeunes ; la pau­vreté : 84 % de la pop­u­la­tion vit avec moins de 900 euros par mois.

 

 

Cette île dev­enue le 101e départe­ment français en 2011 fait face à une crise migra­toire qui dépasse large­ment les chiffres enreg­istrés à Calais ou en Guyane : 41% des Maho­rais sont « étrangers » et plus de la moitié d’entre eux – la plu­part Comoriens — se trou­ve en sit­u­a­tion admin­is­tra­tive irrégulière et vivent dans des con­di­tions épou­vanta­bles. Mais sont-ils vrai­ment des « étrangers » en sit­u­a­tion irrégulière, des « sans-papiers » ? Les Comoriens d’aujourd’hui, nous écrit encore Souny, ne sont en réal­ité, dans l’île de May­otte, ni des « étrangers » ni des « clan­des­tins » : « Ils ne le sont qu’au regard d’une loi française qui balka­nise l’archipel et iden­ti­fie de jure May­otte dans un statut par ailleurs illé­gal du point de vue de l’ONU… » Rap­pelons au pas­sage qu’après des siè­cles de libre cir­cu­la­tion entre les dif­férentes îles qui com­posent l’archipel des Comores, c’est bien le gou­verne­ment d’Édouard Bal­ladur qui a décidé le 18 jan­vi­er 1995, d’instaurer un visa aux con­di­tions dra­coni­ennes pour con­trôler l’entrée des Comoriens sur le ter­ri­toire de May­otte. Si pour l’Union des Comores et l’Union africaine, l’île de May­otte est un ter­ri­toire occupé par une puis­sance étrangère ; pour la France, elle fait en revanche par­tie, depuis le référen­dum de 1976, du ter­ri­toire français. Le « visa Bal­ladur » est venu con­sacr­er encore davan­tage la sépa­ra­tion de l’île du reste de l’archipel. Prin­ci­pale et trag­ique con­séquence : le développe­ment d’une immi­gra­tion dite « illé­gale », qui ne cesse de croître, fauchant la vie de plusieurs mil­liers de Comoriens ayant emprun­té les embar­ca­tions de for­tune que sont les kwas­sa, pour ral­li­er l’île sœur. Un drame humain invis­i­ble en métro­pole, lorsqu’il n’est pas un sujet de rail­lerie, comme en témoigne le Prési­dent Français Emmanuel Macron qui, le 2 juin 2017 lors d’une vis­ite au Cen­tre région­al de sur­veil­lance et de sauve­tage atlan­tique d’Etel (Mor­bi­han), s’est « amusé » à dire que : « le kwas­sa-kwas­sa pêche peu, il amène du Comorien. »

 

Ter­rance Simien & The Zyde­co Experience.

Plus fon­da­men­tale­ment, pré­cise William Souny : « c’est la société maho­raise dans son ensem­ble qui se déman­tèle sous les effets dévas­ta­teurs d’une mys­ti­fi­ca­tion poli­tique : le Départe­ment. La marchan­di­s­a­tion générale de la vie quo­ti­di­enne qui l’accompagne à marche for­cée achève un dou­ble proces­sus de dépen­dance et de dépos­ses­sion. Out­re une expa­tri­a­tion plutôt mas­sive de la jeunesse, diplômée ou pas, vers La Réu­nion et la « Métro­pole », volent égale­ment en éclat les quelques équili­bres anthro­pologiques déjà pré­caires d’une col­lec­tiv­ité de vil­lages sociale­ment reliés, à l’instar des qua­tre îles. S’il est cer­tain que « l’essor » économique de May­otte (somme toute relatif) exerce une force d’attraction sur les trois autres îles, il est non moins évi­dent qu’une forme de cab­o­tage insu­laire se pra­tique depuis des siè­cles dans l’archipel. » Tan­dis que des mesures con­crètes de Paris se font dés­espéré­ment atten­dre sur l’île située à plus de 8.000 km de là, les ten­sions com­mu­nau­taires sont mon­tées d’un cran, notam­ment avec une vague de « décasages ». Il s’agit de raids menés par des col­lec­tifs de vil­la­geois visant à déloger manu mil­i­tari les « migrants » — prin­ci­pale­ment comoriens — de leurs mod­estes logis. Les Comoriens sont accusés de vols et de vio­lences, mais aus­si d’être respon­s­ables de la sat­u­ra­tion inviv­able des écoles et des hôpi­taux de l’île. Les motifs pour lesquels les Syriens, les Irakiens, les Afghans, les Éry­thréens… ou les Comoriens tran­si­tent d’un ter­ri­toire à l’autre sont dif­férents, mais ils sont tous con­fron­tés à une poli­tique migra­toire qui est de fait un mur juridique, poli­tique et social de plus en plus infran­chiss­able. Les process admin­is­trat­ifs pour se déplac­er sont com­plex­es et lourds. La plu­part des Comoriens préfèrent ris­quer leur vie en « voy­ageant » dans des con­di­tions inhu­maines. Tous mes migrants con­nais­sent l’expulsion, le rejet par les pop­u­la­tions des pays qu’ils tra­versent, ain­si que la sépa­ra­tion famil­iale. Le drame des « migrants » comoriens est moins vis­i­ble, voire car­ré­ment invis­i­ble, aux yeux du grand pub­lic et des médias, par rap­port au drame des migrants qui tran­si­tent par la Méditer­ranée. Ce dernier cas con­cerne plus de per­son­nes. Il y a aus­si la Guerre de Syrie, comme en Irak. Mais, le drame de May­otte, bien que de moin­dre échelle, obéit aux mêmes ressorts et aboutit au même résul­tat : la mort de mil­liers de gens et une mis­ère gran­dis­sante. May­otte : un naufrage français !

 

Mali­ka des ver­tiges ; le deux­ième livre que nous recevons de William Souny, est d’une fac­ture tout à fait dif­férente, mais la douleur demeure : comme un soleil retombé der­rière l’épaule. Nous quit­tons l’océan Indi­en, pour gag­n­er la métro­pole, Dunkerque, les plages du Nord et leurs dunes. Mali­ka est une suite de poèmes por­tant sur le ver­tige de l’amour blessé : Un rivage brûlait son couteau ver­sa­tile à l’en­vers des blessures. Parce que ce fut, au bout des môles, un impos­si­ble aimer. La peur de vivre encore au risque des marées. Il reste un sabli­er, celui de l’écriture, à ren­vers­er tou­jours dans l’inachèvement ver­ti­cal des print­emps.

Avec William Souny, nous sommes loin de l’indifférence des uns comme des poèmes de cir­con­stance des autres. Je par­le de ces poèmes écrits en ver­sant des larmes de croc­o­diles devant les images dif­fusées en boucle par les chaines-poubelles de l’information jetable. Le poète fait corps avec un pays, avec un peu­ple et ses drames. Souny dit May­otte et à tra­vers l’île, le monde. Si l’on par­le d’un poète, c’est pour essay­er de partager avec d’autres un vécu poé­tique auquel on croit comme à une richesse pour beau­coup, sinon pour tous. La poésie nous aide à vivre. Gageons, comme l’espérait mon com­pa­tri­ote nor­mand, le lin­guiste Georges Mounin, que la morale du lecteur soit ana­logue à celle du poète : il faut se con­fi­er, tou­jours, à ce qu’on ressent, car ce serait un triste méti­er que de se men­tir et de men­tir aux autres, pour la gloire. Mais cela existe. On peut néan­moins se réjouir que des poèmes, tels que ceux de Souny, ressus­ci­tent ce que nous sommes : des êtres encore vivants et non des robots con­di­tion­nés qua­si totale­ment par les médias et l’environnement ; des êtres lut­tant pour ne pas se laiss­er pos­séder, pour con­tin­uer, pour propager une image de l’espèce humaine à notre image.

  Frères humains qui après nous vivez… 

L’apostrophe de François Vil­lon nous par­le encore.

mm

Christophe Dauphin

Poète, essay­iste et cri­tique lit­téraire, Secré­taire général de l’Académie Mal­lar­mé, Christophe Dauphin (né le 7 août 1968, à Nonan­court, Nor­mandie, en France) est directeur de la revue “Les Hommes sans Epaules” (www.leshommessansepaules.com).

Il est l’auteur de deux anthologies :

  • Les Riverains du feu, une antholo­gie émo­tiviste de la poésie fran­coph­o­ne con­tem­po­raine, Le Nou­v­el Athanor, 2009 ;
  • Riverains des falais­es, édi­tions clarisse, 2011

Il est égale­ment l’au­teur de quinze livres de poèmes, dont récem­ment, aux édi­tions Librairie-Galerie Racine, en 2010 : Totems aux yeux de rasoir, poèmes 2011–2008, et L’Homme est une île ancrée dans ses émo­tions, et de onze essais, dont, Jacques Hérold et le sur­réal­isme (Sil­vana édi­to­ri­ale, 2010) ou Ilar­ie Voron­ca, le poète inté­gral (Editinter/Rafael de Sur­tis, 2011).