Denis Langlois, Le voyage de Nerval

Par |2021-11-06T10:49:23+01:00 6 novembre 2021|Catégories : Critiques, Denis Langlois|

En Ori­ent, plusieurs fois, Gérard a cru la retrou­ver. En Égypte, au Liban… C’est parce qu’il l’avait per­due qu’il était par­ti en voy­age. N’a‑t-il pas tout dit dans son poème Artémis :

La Treiz­ième revient… C’est encor la première
Et c’est tou­jours la seule, ou c’est le seul moment

Peu de temps aupar­a­vant, alors que tout était fini avec Jen­ny, l’actrice, son impos­si­ble grand amour, après s’être ruiné pour elle, il avait cru la retrou­ver au ciel, suiv­ant son étoile, nu dans les rues – ce qui l’avait con­duit à séjourn­er chez le doc­teur Blanche, psychiatre. 

Séjour­nant pour un temps au Liban, Denis Lan­glois recherche les traces de Gérard de Ner­val, en vain. Les collines boisées, les jardins de Bey­routh ont été béton­nés. Il n’y a que les guer­res pour con­tin­uer encore. Et les livres pour retrou­ver le poète : dans le Voy­age en Ori­ent, 945 pages, de quoi occu­per notre auteur… 

Ain­si s’instaure un dia­logue par delà la mort et les siè­cles entre Lan­glois et Ner­val – ce qui n’aurait éton­né en rien notre Gérard. Ou, plutôt qu’un dia­logue, une adresse où se mêlent reproches et admi­ra­tion. Denis suit Gérard du Caire à Constantinople. 

Denis Lan­glois, Le Voy­age de Ner­val, La Dévi­a­tion, 2021, 232 pages, 18 €.

Ton voy­age en Ori­ent, lui dit Lan­glois en sub­stance, tu l’as trou­vé dans les livres que tu as pil­lés autant que sur le ter­rain, on ne saura jamais départager ce qui fut vrai, vécu, de ce que tu as com­pilé… mais du moment qu’on a l’ivresse, n’est-ce pas, et tu la cul­tives jusqu’à plus soif, du moment  que le pub­lic lit avec avid­ité ton voy­age dans la Revue des deux mon­des et que tu touch­es quelques droits d’auteur…

En con­nais­seur, Denis Lan­glois décrit les péripéties édi­to­ri­ales de Ner­val, de son retour à Paris en 1844 à sa mort en 1855. Elles ne sont pas tout à fait les mêmes que celles vécues par notre auteur, mais non plus tout à fait autres…  au XIXème siè­cle, c’est le théâtre et les feuil­letons qui font vivre son auteur. Plus ou moins. Par néces­sité, Gérard est devenu prosa­teur, il nég­lige ses poèmes. Alors qu’en douze son­nets de Chimères, pas un de plus, celui qui écriv­it « je suis l’autre » au bas de son por­trait, bien avant Rim­baud, mar­qua à jamais la poésie. 

Ain­si, Denis suit Gérard de sa trente-troisième à sa quar­ante-sep­tième année, de 1841 à 1855, ave ten­dresse et lucid­ité. Il nous livre sur sa vie bien des détails passés inaperçus. Pas d’effusion dithyra­m­bique mais un beau respect pour le col­lègue… et pour la vérité ! 

Sa fin, Gérard l’avait sig­nifiée par avance, dans Artémis toujours :

Celle que j’aimai seul m’aime encor tendrement :
C’est la Mort – ou la Morte… Ô délice ! ô tourment !

Il n’avait pas con­nu sa mère, son corps dis­paru quelque part en terre alle­mande, sans même laiss­er une pho­togra­phie… Allait-il la retrou­ver ? La tête cou­verte de son cha­peau, plutôt haut de forme, il fut un pen­du bien respectable, rue de la Vieille-Lanterne.

 

Présentation de l’auteur

Denis Langlois

Denis Lan­glois, écrivain et avo­cat. Il  a nour­ri son écri­t­ure de son engage­ments paci­fiste. Ancien con­seiller juridique de la Ligue des droits de l’homme il fut aus­si, en 1990–1991, le porte-parole de L’Appel des 75 con­tre la Guerre du Golfe. Ses livres témoignent de son engage­ment. Le pre­mier, Le Cachot, est écrit depuis la prison où l’a con­duit son refus du ser­vice mil­i­taire. Puis Les Dossiers noirs de la Police, le Guide du Mil­i­tant, l’Affaire Seznec (prix des droits de l’homme 1989) puis l’Affaire Saint-Aubin, mais aus­si Le Déplacé, La Mort du Grand Meaulnes, l’Aboyeuse de Dji­bouti, la Mai­son de Marie Bel­land

© Crédits pho­tos DR.

Bib­li­ogra­phie (sup­primer si inutile)

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Denis Langlois, Le voyage de Nerval

En Ori­ent, plusieurs fois, Gérard a cru la retrou­ver. En Égypte, au Liban… C’est parce qu’il l’avait per­due qu’il était par­ti en voy­age. N’a‑t‑il pas tout dit dans son poème Artémis : La Treizième […]

mm

Mathias Lair

Math­ias Lair Liaudet est écrivain, philosophe et psy­ch­an­a­lyste. Il a pub­lié une trentaine de poèmes, romans et nou­velles, d’essais chez une trentaine d’éditeurs qu’on dit « autres ». On trou­ve ses chroniques dans les revue Décharge et Rumeurs ; égale­ment des notes de lec­ture et cri­tiques dans divers­es revues et divers sites. Sous le nom de Jean-Claude Liaudet, il a pub­lié des ouvrages de psy­ch­analyse, et par­fois de poli­tique, chez L’Archipel, Fayard, Flam­mar­i­on, Albin Michel, Odile Jacob. Depuis qu’il a créé, dans les années 80, le CALCRE (Comité des Auteurs en Lutte Con­tre le Rack­et de Édi­tion) il défend le droit des auteurs. Il est actuelle­ment élu au comité de la SGDL (Société des Gens De Lettres).
Aller en haut