Cécile Guivarch, Cent ans au printemps

Par |2022-06-06T10:26:07+02:00 5 juin 2022|Catégories : Cécile Guivarch, Critiques|

C’est presque rien. Pen­dant trente pages, avancer la main dans la main de Dédé Guiv­arch, ou plutôt :

Grand-père marche vers moi
me cueil­lir dans le verger

C’est son sou­venir qui vient cueil­lir Cécile, dev­enue la pomme d’un pom­mi­er, et lui fait dérouler son poème. Il n’y aura pas de grand mot, et pour cause :

Ses mots au quotidien 
très peu de choses

le blaireau sur le lavabo
le tabac à rouler

l’ancre sur sa casquette
ses bleu et ses bottes
une vie entre terre et mer

Cécile Guiv­arch, Cent ans au print­emps, éd. Les Lieux-Dits, coll. Cahiers du Loup bleu, 36 p., 7 €. 

Et Cécile Guiv­arch ajoute en con­tre­point, puisque chaque poème reçoit un écho par­fois ironique par­fois nos­tal­gique, par­fois les deux :

Je caresse ses médailles
(toute une vie)

Donc peu de choses à dire, et c’est tout. Le tout des sen­sa­tions, des images qui revi­en­nent telles quelles, le petit ruis­seau en con­tre­bas, les lap­ins dans les clapiers, les mar­ques de la guerre passée, un vieux poiri­er rede­venu sauvage… 

Il aurait eu cent ans au printemps
vingt ans comme ses années de mer

j’ai une bar­que dans la tête
elle va et vient avec les vagues

La bar­que du grand père a emporté Cécile dans la poésie de l’essentiel. Elle dit qu’il l’était peut-être, poète, avec « un faux air à Thier­ry Metz avec son bleu de travail ». 

On s’étonne : si peu de chose, une telle économie d’écriture, et pour­tant tout est  là. Cécile Guiv­arch est plus qu’une poète, c’est une sor­cière qui d’un coup de sty­lo mag­ique évoque tout avec rien. 

 

Présentation de l’auteur

Cécile Guivarch

Fran­­co-espag­nole, Cécile Guiv­arch est née en 1976 près de Rouen et vit depuis 2003 à Nantes.

Elle ani­me le site terre à ciel.

Publications

  • Terre à ciels, les car­nets du dessert de lune, 2006
  • Planche en bois, Con­tre-Allées, 2007
  • Coups portés, Publie.net, 2009, réédi­tion en 2012
  • Te vis­ite le monde, Les car­nets du dessert de lune, 2009
  • La petite qu’ils dis­aient, Con­tre-Allées, 2011
  • Le cri des mères, La Porte, 2012
  • Du soleil dans les orteils, La Porte, 2013.
  • Un petit peu d’herbes et des bruits d’amour, L’ar­bre à paroles, 2013
  • Vous êtes mes aïeux, Édi­tions Hen­ry, 2013
  • Le bruit des abeilles, La Porte, 2014 (avec Valérie Canat de Chizy)
  • Regarde comme elle est belle, édi­tions du Petit flou, 2014
  • S’il existe des fleurs, édi­tions L’Arbre à Paroles, 2015
  • Renée, en elle, édi­tions Hen­ry, 2015
  • Sans Abue­lo Petite, les car­nets du dessert de lune, 2017
     

En revue

N4728, Décharge, Con­tre-Allées, Ver­so

 

Cécile Guivarch

Autres lec­tures

Cécile Guivarch, Renée en elle

« Renée, mon aïeule », ce sont les pre­miers mots du réc­it boulever­sant que nous livre Cécile Guiv­arch et déjà avec ce titre Renée, en elle, toute la présence puis­sante de cette aïeule dans le corps […]

Le prix Yves Cosson 2017 : Cécile Guivarch

La ren­con­tre de Cécile Guiv­arch avec l’écriture du poète argentin Rober­to Juar­roz a été fon­da­men­tale, ce fut pour elle la décou­verte de la poésie con­tem­po­raine facil­itée ensuite grâce à des sites comme celui […]

Cécile Guivarch, Sans abuelo Petite

Cécile Guiv­arch dans nom­bre de ses recueils creuse la ques­tion de la lignée, des trans­mis­sions d’une généra­tion à la suiv­ante. Com­ment existe-t-on dans ce mou­ve­ment ? Com­ment à par­tir des absences ‚des silences,  des […]

Cécile Guivarch, Cent ans au printemps

Se sou­venir nous met au monde Pour Cécile Guiv­arch Com­ment garder ceux qui par­tent à jamais, si ce n’est en voy­ageant encore avec eux, les invis­i­bles, dans « la bar­que » des […]

Cécile Guivarch, Cent ans au printemps

C’est presque rien. Pen­dant trente pages, avancer la main dans la main de Dédé Guiv­arch, ou plutôt : Grand-père marche vers moi me cueil­lir dans le verg­er C’est son souvenir […]

mm

Mathias Lair

Math­ias Lair Liaudet est écrivain, philosophe et psy­ch­an­a­lyste. Il a pub­lié une trentaine de poèmes, romans et nou­velles, d’essais chez une trentaine d’éditeurs qu’on dit « autres ». On trou­ve ses chroniques dans les revue Décharge et Rumeurs ; égale­ment des notes de lec­ture et cri­tiques dans divers­es revues et divers sites. Sous le nom de Jean-Claude Liaudet, il a pub­lié des ouvrages de psy­ch­analyse, et par­fois de poli­tique, chez L’Archipel, Fayard, Flam­mar­i­on, Albin Michel, Odile Jacob. Depuis qu’il a créé, dans les années 80, le CALCRE (Comité des Auteurs en Lutte Con­tre le Rack­et de Édi­tion) il défend le droit des auteurs. Il est actuelle­ment élu au comité de la SGDL (Société des Gens De Lettres).
Aller en haut