Miche Talon, Dans les agates

Par |2021-04-08T11:27:29+02:00 5 avril 2021|Catégories : Critiques, Michel Talon|

Avec Dans les agates Michel Talon nous pro­pose un nou­veau recueil  accom­pa­g­né de ses pro­pres illus­tra­tions (pho­tos, col­lages…) dans lequel on entre comme dans un gre­nier : le regard mys­térieuse­ment sur­pris par le bric-à-brac col­oré de la cou­ver­ture où s’entremêlent des vis­ages, la voil­ure blanche d’une goélette en mod­èle réduit, un bal­ai, le dos d’un vio­lon, l’avant d’une bicy­clette, d’étranges arabesques noires, un énorme livre aux pages tournées par une main invis­i­ble, frag­ments hétéro­clites d’une mémoire prête à se dis­tiller au fil des poèmes dans des images aus­si inat­ten­dues que secrètes car « On a tous l’histoire qu’on ne racon­te pas. » écrit l’auteur.

Le poète qui « tire les cartes au désir » tout en sachant que « les ros­es ne mentent pas » a sur le cœur « quelque chose de gris ». Restent « les mots à réchauffer/chemin de croix des étoiles filantes » mais « mal­adroit à ouvrir les secrets » il nous livre des bribes énig­ma­tiques, ful­gu­rances poé­tiques qui affleurent sur la page dans l’isolement des mots « Mor­sures, brouil­lard, orties » qui peu à peu se lient à d’autres et se dévoilent dans des vers par­cou­rus de sil­hou­ettes de chats, de rouges-gorges, de jeunes filles, de sons de vio­lons, de bruits de trains…

À chaque page, Michel Talon nous donne ren­dez-vous avec l’insolite : dans la forme, par l’utilisation de points d’interrogation à la fin de phras­es affir­ma­tives ou néga­tives (fauss­es ques­tions ? Fusion de deux atti­tudes au sein d’un même vers ?), « Je ne sais qui frappe à la porte ? », dans le fond aus­si : quelqu’un s’endort au moin­dre bruit, le chant est un « silence subtil » …

Michel talon, Dans les agates, Édi­tions le Cit­ron Gare 2020, 92 pages, 10 euros.

Nous sommes emportés bien au-delà des mots : « Une pizze­ria pit­toresque gon­fle la voil­ure », « la lune con­sulte les marabouts pour une sor­tie hon­nête », dans un imag­i­naire empreint par­fois d’une douce mélan­col­ie comme ce « point bleu » qui « se laisse mourir », la tristesse du jour où s’incline « une arabesque aux/ épaules vides », ou encore ces bancs du jardin qui vieil­lis­sent ensem­ble.  Dans les agates est aus­si un livre par­cou­ru de sensualité : 

« Rouge/L’amour chair » « Le sucre des silences », « […] Le soleil touche à tout me/ racon­te le chu­chote­ment de la fille en jeans qui/ cou­vre tous les autres bruits. Étin­celle », « Soirée sous la lune. Peau libre. »

Nous sommes à Vichy, la ville où vit l’auteur, mais aus­si à Paris et à Com­men­try. Le poète, quant à lui, écrit : « Je ne suis pas là », « Je suis nulle part ». Les lieux se mélan­gent ain­si que les saisons et la couleur des sou­venirs se strat­i­fie comme au cœur des agates, pier­res aux­quelles l’on prête la ver­tu d’harmoniser le corps et l’esprit et qui aideraient à la révéla­tion des choses cachées. Per­cep­tions fugi­tives qui ren­dent le dérisoire grandiose et les émo­tions avouables dans l’espace pro­tégé du poème.

Les belles rencontres
défient le feu
enla­cent le loin­tain du regard.

C’est assuré­ment à une bien « belle ren­con­tre » que nous con­vie l’auteur à tra­vers les poèmes de Dans les agates.

Présentation de l’auteur

Michel Talon

Michel Talon est né à Vichy en 1949 et a passé son enfance à Commentry.

Il a par­ticipé à des lec­tures à la Mai­son de la Poésie de Paris en 1991 et pen­dant la sai­son 95/96.

Il a pub­lié dans les revues : Frois­sart, Laudes, Jalons, Le Cerf-Volant, Vents et Marées, Poésie I, Diérèse, Mul­ti­ples, Le Cri d’Os, Trac­­tion-bra­bant, Poésie sur Seine.

Il est inter­venant cul­turel en milieu sco­laire (DRAC).

-La nuit verte, Mai­son Rho­dani­enne de Poésie 1977

-Désir sans mémoire, Guy Cham­bel­land 1985- Prix Charles Vil­drac de la SGDL

-Haute voie, Guy Cham­bel­land 1989

-Saisons Man­u­scrit. Prix du Jury Amélie Murat 1994

-Le Guet­teur, La Bar­tavelle 1997

-Par défaut, La Bar­tavelle 2005

-Fièvres du mys­tère Abatos 2009

-Émo­tions Grin­ta 2018 — traduit en roumain par Marcela Hadarig.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Miche Talon, Dans les agates

Avec Dans les agates Michel Talon nous pro­pose un nou­veau recueil  accom­pa­g­né de ses pro­pres illus­tra­tions (pho­tos, col­lages…) dans lequel on entre comme dans un gre­nier : le regard mys­térieuse­ment sur­pris par le […]

mm

Irène Duboeuf

Irène Duboeuf est née et vit à Saint-Eti­enne. Elle a pub­lié dans de nom­breuses revues et antholo­gies et est l’auteure des recueils Le pas de l’ombre, Encres vives 2008, La trace silen­cieuse, Voix d’encre 2010, (prix Amélie Murat, prix Marie Noël, prix Georges Riguet 2011) Trip­tyque de l’aube, Voix d’encre 2013, (Grand Prix de poésie de la Ville de Béziers) Roma, Encres vives 2015, Cen­dre lis­sée de vent, Unic­ité 2017, (final­iste du Prix des Trou­vères), Efface­ment des seuils, Unic­ité 2019, et de livres pau­vres pour la col­lec­tion Daniel Leuw­ers. Tra­duc­trice d’auteurs ital­iens, elle pub­lie Neige pen­sée, (Neve pen­sa­ta) du poète, philosophe et cri­tique d’art Amedeo Anel­li (directeur de la revue inter­na­tionale Kamen’) aux édi­tions Ticinum (Ital­ie) en mars 2020 et L’Alphabet du monde aux édi­tions du Cygne (France) en juin 2020. Elle col­la­bore avec les revues français­es « Terre à ciel », « Ter­res de femmes », « Recours au poème » et pub­lie des arti­cles en Ital­ie dans les revues Cor­so Italia 7 et l’EstroVerso. On peut l’entendre lire un de ses poèmes sur le site Poet­ry Sound Library de Gio­van­na Iorio https://poetrysoundlibrary.weebly.com/poets.html et des extraits de ses tra­duc­tions et de ses pro­pres pub­li­ca­tions sur la chaîne Youtube du Pic­co­lo Pre­sidio Poet­i­co enreg­istrés lors du col­loque « La tra­duc­tion, hos­pi­tal­ité lin­guis­tique et dia­logue de cul­ture » (Tavaz­zano, le 24 octo­bre 2020) https://www.youtube.com/channel/UCs_qs3Z7lv-E8OwL6MsDUZg Site de l’auteur : http://www.irene-duboeuf.jimdofree.com
Aller en haut