> Saïdeh Pakravan

Saïdeh Pakravan

Par |2018-08-15T11:38:14+00:00 16 juin 2013|Catégories : Chroniques|

Le matin, je cours. Dans la rue, au Luxembourg, sur les bou­le­vards autour de chez moi, je croise des pas­sants ou j’en dépasse, qui vont par paires ou à plu­sieurs. D’autres sont seuls mais sou­vent au télé­phone. J’attrape ain­si au vol des phrases ou des bribes de phrase. Certaines m’intriguent, m’amusent, m’interpellent ou évoquent des images. Elles me donnent par­fois envie de pour­suivre ce qu’elles ont déclen­ché. Je me laisse aller au gré des mots, je me retrouve avec un poème, puis d’autres, nés de ce que j’ai enten­du ce matin.

Donc, pour chaque poème, la phrase en ita­liques est celle que j’ai enten­due, la suite ce qui s’en ins­pire. Une ou deux fois, le poème raconte plu­tôt le dérou­le­ment de la scène sui­vant la phrase.

Saïdeh Pakravan

Par |2018-08-15T11:38:15+00:00 16 juin 2013|Catégories : Blog|

Saïdeh Pakravan, née en Iran, est de culture fran­çaise mais éga­le­ment ira­nienne et anglo-saxonne. Ses nou­velles et poèmes ont été publiés dans divers maga­zines lit­té­raires anglais et amé­ri­cains. Un pre­mier roman paru en feuille­ton, Celle qui rêvait, a été sui­vi de plu­sieurs ouvrages en anglais : un recueil de nou­velles (The Arrest of Hoveyda : Stories of the Iranian Revolution), le roman Azadi, Protest in the Streets of Téhéran (dont la tra­duc­tion fran­çaise cherche un édi­teur et la tra­duc­tion per­sane paraît sur un blog) et tout récem­ment le roman Truce. Elle est lau­réate de plu­sieurs récom­penses, dont le prix F. Scott Fitzgerald Award, et de nomi­na­tions pour Best American Essays and le prix Pushcart. En tant que cri­tique de films, elle col­la­bore au site screen​comment​.com et tient la rubrique de lit­té­ra­ture étran­gère sur le site ecrits​-vains​.com

X