> La poésie de Christopher Okemwa

La poésie de Christopher Okemwa

Par | 2018-05-25T10:54:50+00:00 15 septembre 2014|Catégories : Essais|

Christopher Okemwa est un poète, dra­ma­turge, cri­tique lit­té­raire, et acteur kenyen d’expression anglo­phone. Enseignant en lit­té­ra­ture à l’université de Kisii, il ter­mine un doc­to­rat sur l’étude de la Performance Poetry, soit la pré­sen­ta­tion orale struc­tu­rée de la poé­sie, à l’aide de la danse, la musique, et le théâtre. Il a publié deux receuils de poèmes : Toxic Love et The Gong. Il a éga­le­ment publié trois livres de récits pour les enfants, un volume de récits, une étude sur la poé­sie orale des popu­la­tions Abagusii, et un receuil de leurs pro­verbes. Depuis plus de vingt ans il pré­sente des poèmes par­lés dans les écoles du Kenya et dans de nom­breux fes­ti­vals inter­na­tio­naux.

La poé­sie de Christopher Okemwa est for­te­ment ancrée dans le quo­ti­dien. C’est une poé­sie à l’écoute des grands thèmes qui agitent ou déchirent le monde et la conscience. C’est une poé­sie au verbe souple et dan­sant, écla­tant et envoû­tant, endia­blé de souf­france ou ralen­ti de ten­dresse – c’est la poé­sie de la vie elle-même, la res­pi­ra­tion sac­ca­dée des villes et le rythme pai­sible des savanes. Christopher Okemwa jux­ta­pose les images colo­rées et vibrantes du conti­nent afri­cain et la gri­saille du monde occi­den­tal. Il est très sen­sible à la cruau­té avec laquelle les plaies modernes – drogue, pros­ti­tu­tion, alco­hol – sapent la vie. Sa com­pas­sion pour les humbles, ses chants d’amour pas­sio­né, ses dia­logues avec la femme aimée, se mêlent à la sagesse immé­mo­riale en une admo­ni­tion poé­tique à laquelle nul ne peut res­ter insen­sible.

Un livre numé­rique de son der­nier volume, Purgatorius Ignis, doit paraître chez Recours au Poème édi­teurs d’ici jan­vier 2015. Pour pré­sen­ter son auteur, nous avons choi­si quatre poèmes qui le défi­nissent comme un citoyen du monde, grand voya­geur qui nous invite à par­ta­ger son uni­vers qui intègre les cultures afri­caine et occi­den­tale.

 

mm

Martine Morillon-Carreau

Martine Morillon-Carreau est née à Nantes en 1948. Après des études de droit elle part vivre aux Antilles pen­dant 8 ans. Revenue à Nantes en 1978, elle y a ensei­gné en tant qu’agrégée de lettres jusqu’en 2008. Elle est pré­si­dente de Poésie sur tout et rédac­trice de la revue 7 à dire et col­la­bo­ra­trice des édi­tions Sac à mots.

X