Giovanni Pascoli, une traduction inédite : Le 10 Août (élégie)

Par |2018-04-09T10:12:09+02:00 6 avril 2018|Catégories : Focus, Giovanni Pascoli|

Jean-Charles Veg­liante nous offre la pre­mière tra­duc­tion française de Pas­coli depuis 1925 (Edi­tions Mimé­sis). Voici une occa­sion unique de revis­iter l’œuvre d’un annon­ci­a­teur de notre moder­nité. Poète du début du vingtième siè­cle, grâce à son tra­vail sur la forme, il offre au lyrisme de nou­velles voies d’expression. Une tra­duc­tion sen­si­ble qui rend compte de la musi­cal­ité de la langue, des emplois syn­tax­iques et du vocab­u­laire pro­pres à Pas­coli. Jean-Charles Veg­liante restitue la par­tic­u­lar­ité de l’œuvre de ce précurseur de la poésie mod­erne, autant pour ce qui con­cerne la forme que la nature des sujets abor­dés. Décou­vrir l’œuvre de ce grand poète et la ver­sion française de ses vers est  aus­si l’occasion de con­sid­ér­er le tra­vail du tra­duc­teur, qui, lorsqu’il s’inspire de l’esprit de l’auteur absorbe la sin­gu­lar­ité de son style et par­ticipe de la créa­tion poétique.

 

 

                    X Agosto

 

San Loren­zo, io lo so per­ché tanto
     di stelle per l’aria tranquilla
arde e cade, per­ché sì gran pianto
     nel con­ca­vo cielo sfavilla.

Ritor­na­va una ron­dine al tetto:
     l’uccisero: cadde tra spini:
ella ave­va nel bec­co un insetto:
     la cena de’ suoi rondinini.

Ora è là, come in croce, che tende
     quel verme a quel cielo lontano;
e il suo nido è nell’ombra, che attende,
     che pigo­la sem­pre più piano.

Anche un uomo tor­na­va al suo nido:
     l’uccisero: disse: Perdono;
e restò negli aper­ti occhi un grido:
     por­ta­va due bam­bole, in dono…

Ora là, nel­la casa romita,
     lo aspet­tano, aspet­tano, in vano:
egli immo­bile, attoni­to, addita
     le bam­bole al cielo lontano.

E tu, Cielo, dall’alto dei mondi
     sereni, infini­to, immortale,
oh! d’un pianto di stelle lo inondi
     quest’atomo opa­co del Male!

 

                                G. Pas­coli, “Elegie”, Myri­cae, 1897    

        

 

                    10 août

 

Saint Lau­rent, moi je sais pourquoi tant
    d’é­toiles par­mi l’air tranquille
brû­lent, tombent, pourquoi pleur si grand
    dans le ciel con­cave étincelle.

Une hiron­delle au toit revenait :
    tuée, tom­ba dans les épines ;
elle avait dans son bec un insecte :
     assez pour que ses petits dînent.

La voilà, comme en croix, or qui tend
    ce ver­mis­seau au ciel lointain ;
et son nid est dans l’om­bre, il attend,
    pépi­ant tou­jours mais pour rien.

Un homme reve­nait à son nid :
    on le tua ; il dit : Pardon ;
dans ses yeux grand ouverts reste un cri 
     il avait deux poupées en don…

Or là, dans la mai­son solitaire,
    on l’at­tend, on l’at­tend en vain ;
droit immo­bile il mon­tre la paire
    de poupées à ce ciel lointain.

Et toi, Ciel, qui sur­plombes les mondes
    sere­ins, infi­ni, immortel,
oh ! d’un pleur d’é­toiles tu l’inondes
    cet opaque atome du Mal !

 

Pas­coli, Myri­cae (éd. 1897, 30 ans après l’as­sas­si­nat de son père)

 

 

 

Tra­duc­tion non com­prise dans L’impensé la poésie, Jean-Charles Veg­liante, éd. Mimé­sis 2018.
Sur l’élégie de Pas­coli, voir aus­si sur Poez­ibao

 

 

Présentation de l’auteur

Giovanni Pascoli

Gio­van­ni Pas­coli (né le 31 décem­bre 1855 à San Mau­ro di Romagna dans la province de For­lì-Cese­­na en Émi­lie-Romagne, Ital­ie — mort le 6 avril 1912 à Bologne) est un poète ital­ien de langue latine et italienne.

Œuvres

  • Myri­cae 1891 (1re édition])
  • Car­men « CORDA FRATRES » (1898)
  • Can­ti di Castelvec­chio (1903)
  • Pri­mi poemet­ti (1904)
  • Poe­mi con­vivi­ali (1904)
  • Odi e inni (1906)
  • Nuovi poemet­ti (1909)
  • Poe­mi del Risorg­i­men­to (1913)

Traductions

  • Poèmes traduits en français par J.Ch. Veg­liante (2009)

Sources Wikipedia

Giovanni Pascoli

© Crédits pho­tos : Wikipé­dia

Autres lec­tures

Giovanni Pascoli, une traduction inédite : Le 10 Août (élégie)

Jean-Charles Veg­liante nous offre la pre­mière tra­duc­tion française de Pas­coli depuis 1925 (Edi­tions Mimé­sis). Voici une occa­sion unique de revis­iter l’œuvre d’un annon­ci­a­teur de notre moder­nité. Poète du début du vingtième siè­cle, grâce à […]

mm

Jean-Charles Vegliante

Né à Rome, Jean-Charles Veg­liante a enseigné à la Sor­bonne N.lle — Paris 3, où il dirige le Cen­tre Inter­dis­ci­plinaire de Recherche sur la Cul­ture des Echanges http://circe.univ-paris3.fr Tra­duc­teur de Dante (prix Halpérine-Kamin­sky 2008) et des baro­ques, il a pub­lié en 1977 une antholo­gie française de la poésie ital­i­enne de la fin du XXe siè­cle (Le Print­emps ital­ien, bilingue) et traduit Leop­ar­di, D’An­nun­zio, Pas­coli, Mon­tale, Sereni, For­ti­ni, Raboni, A. Rossel­li, M. Benedet­ti et d’autres poètes ital­iens. Il a édité les textes ita­lo-français de De Chiri­co, Ungaret­ti, A. Rossel­li, Mag­nel­li. Il est l’au­teur de D’écrire la tra­duc­tion, Paris, PSN, 1996, 2000. Sa poésie paraît en revue (Le nou­veau recueil, Le Bateau Fan­tôme, L’é­trangère, Almanac­co del­lo Spec­chio) et sur le net (Recours au Poème, for­maflu­ens, Le parole e le cose) ; par­mi les titres pub­liés en vol­ume : Rien com­mun (Belin), Nel lut­to del­la luce / Le deuil de lumière (trad. G. Raboni, bilingue Ein­au­di 2004), Itin­er­ario Nord (Vérone, 2008), Urban­ités (Paris, 2014), Où nul ne veut se tenir (Brux­elles, 2016). Il a édité une nou­velle ver­sion de Dante Alighieri (La Comédie, bilingue) dans la col­lec­tion Poésie chez Gal­li­mard.. En 2019, Jean-Chal­res Veg­liante pub­lie Son­nets du petit pays entraîné vers le nord et autres juras­siques (L’ate­lier du grand tétras). 
Aller en haut