> Giovanni Pascoli, une traduction inédite : Le 10 Août (élégie)

Giovanni Pascoli, une traduction inédite : Le 10 Août (élégie)

Par |2018-04-09T10:12:09+00:00 6 avril 2018|Catégories : Focus, Giovanni Pascoli|

Jean-Charles Vegliante nous offre la pre­mière tra­duc­tion fran­çaise de Pascoli depuis 1925 (Editions Mimésis). Voici une occa­sion unique de revi­si­ter l’œuvre d’un annon­cia­teur de notre moder­ni­té. Poète du début du ving­tième siècle, grâce à son tra­vail sur la forme, il offre au lyrisme de nou­velles voies d’expression. Une tra­duc­tion sen­sible qui rend compte de la musi­ca­li­té de la langue, des emplois syn­taxiques et du voca­bu­laire propres à Pascoli. Jean-Charles Vegliante res­ti­tue la par­ti­cu­la­ri­té de l’œuvre de ce pré­cur­seur de la poé­sie moderne, autant pour ce qui concerne la forme que la nature des sujets abor­dés. Découvrir l’œuvre de ce grand poète et la ver­sion fran­çaise de ses vers est  aus­si l’occasion de consi­dé­rer le tra­vail du tra­duc­teur, qui, lorsqu’il s’inspire de l’esprit de l’auteur absorbe la sin­gu­la­ri­té de son style et par­ti­cipe de la créa­tion poé­tique.

 

 

                    X Agosto

 

San Lorenzo, io lo so per­ché tan­to
     di stelle per l’aria tran­quilla
arde e cade, per­ché sì gran pian­to
     nel conca­vo cie­lo sfa­villa.

Ritornava una ron­dine al tet­to :
     l’uccisero : cadde tra spi­ni :
ella ave­va nel bec­co un inset­to :
     la cena de’ suoi ron­di­ni­ni.

Ora è là, come in croce, che tende
     quel verme a quel cie­lo lon­ta­no ;
e il suo nido è nell’ombra, che attende,
     che pigo­la sempre più pia­no.

Anche un uomo tor­na­va al suo nido :
     l’uccisero : disse : Perdono ;
e res­tò negli aper­ti occhi un gri­do :
     por­ta­va due bam­bole, in dono…

Ora là, nel­la casa romi­ta,
     lo aspet­ta­no, aspet­ta­no, in vano :
egli immo­bile, atto­ni­to, addi­ta
     le bam­bole al cie­lo lon­ta­no.

E tu, Cielo, dall’alto dei mon­di
     sere­ni, infi­ni­to, immor­tale,
oh ! d’un pian­to di stelle lo inon­di
     quest’atomo opa­co del Male !

 

                                G. Pascoli, “Elegie”, Myricae, 1897    

        

 

                    10 août

 

Saint Laurent, moi je sais pour­quoi tant
    d’étoiles par­mi l’air tran­quille
brûlent, tombent, pour­quoi pleur si grand
    dans le ciel concave étin­celle.

Une hiron­delle au toit reve­nait :
    tuée, tom­ba dans les épines ;
elle avait dans son bec un insecte :
     assez pour que ses petits dînent.

La voi­là, comme en croix, or qui tend
    ce ver­mis­seau au ciel loin­tain ;
et son nid est dans l’ombre, il attend,
    pépiant tou­jours mais pour rien.

Un homme reve­nait à son nid :
    on le tua ; il dit : Pardon ;
dans ses yeux grand ouverts reste un cri
     il avait deux pou­pées en don…

Or là, dans la mai­son soli­taire,
    on l’attend, on l’attend en vain ;
droit immo­bile il montre la paire
    de pou­pées à ce ciel loin­tain.

Et toi, Ciel, qui sur­plombes les mondes
    sereins, infi­ni, immor­tel,
oh ! d’un pleur d’étoiles tu l’inondes
    cet opaque atome du Mal !

 

Pascoli, Myricae (éd. 1897, 30 ans après l’assassinat de son père)

 

 

 

Traduction non com­prise dans L’impensé la poé­sie, Jean-Charles Vegliante, éd. Mimésis 2018.
Sur l’élégie de Pascoli, voir aus­si sur Poezibao

 

 

Présentation de l’auteur

Giovanni Pascoli

Giovanni Pascoli (né le 31 décembre 1855 à San Mauro di Romagna dans la pro­vince de Forlì-Cesena en Émilie-Romagne, Italie – mort le 6 avril 1912 à Bologne) est un poète ita­lien de langue latine et ita­lienne.

Œuvres

  • Myricae 1891 (1re édi­tion])
  • Carmen « CORDA FRATRES » (1898)
  • Canti di Castelvecchio (1903)
  • Primi poe­met­ti (1904)
  • Poemi convi­via­li (1904)
  • Odi e inni (1906)
  • Nuovi poe­met­ti (1909)
  • Poemi del Risorgimento (1913)

Traductions

  • Poèmes tra­duits en fran­çais par J.Ch. Vegliante (2009)

Sources Wikipedia

Giovanni Pascoli

© Crédits pho­tos : Wikipédia

Autres lec­tures

Giovanni Pascoli, une traduction inédite : Le 10 Août (élégie)

Jean-Charles Vegliante nous offre la pre­mière tra­duc­tion fran­çaise de Pascoli depuis 1925 (Editions Mimésis). Voici une occa­sion unique de revi­si­ter l’œuvre d'un annon­cia­teur de notre moder­ni­té. Poète du début du ving­tième siècle, grâce à [...]

mm

Jean-Charles Vegliante

Né à Rome, Jean-Charles Vegliante a ensei­gné à la Sorbonne N.lle – Paris 3, où il dirige le Centre Interdisciplinaire de Recherche sur la Culture des Echanges http://​circe​.univ​-paris3​.fr

Traducteur de Dante (prix Halpérine-Kaminsky 2008) et des baroques, il a publié en 1977 une antho­lo­gie fran­çaise de la poé­sie ita­lienne de la fin du XXe siècle (Le Printemps ita­lien, bilingue) et tra­duit Leopardi, D’Annunzio, Pascoli, Montale, Sereni, Fortini, Raboni, A. Rosselli, M. Benedetti et d’autres poètes ita­liens. Il a édi­té les textes ita­lo-fran­çais de De Chirico, Ungaretti, A. Rosselli, Magnelli.

Il est l’auteur de D’écrire la tra­duc­tion, Paris, PSN, 1996, 2000.

Sa poé­sie paraît en revue (Le nou­veau recueil, Le Bateau Fantôme, L’étrangère, Almanacco del­lo Specchio) et sur le net (Recours au Poème, for­ma­fluens, Le parole e le cose) ; par­mi les titres publiés en volume : Rien com­mun (Belin), Nel lut­to del­la luce /​ Le deuil de lumière (trad. G. Raboni, bilingue Einaudi 2004), Itinerario Nord (Vérone, 2008), Urbanités (Paris, 2014), Où nul ne veut se tenir (Bruxelles, 2016).

Il a édi­té une nou­velle ver­sion de Dante Alighieri (La Comédie, bilingue) dans la col­lec­tion Poésie chez Gallimard.

 

X