Isabelle Lévesque, En découdre

Par |2021-11-06T10:30:35+01:00 31 octobre 2021|Catégories : Critiques, Isabelle Lévesque|

Les amoureux de l’intimité poé­tique trou­veront sans aucun doute de quoi se sat­is­faire avec ce nou­veau recueil d’Isabelle Lévesque où le lecteur entre de plain-pied dans une atmo­sphère hiver­nale, intro­spec­tive, prop­ice à une con­fi­dence faite à soi-même. 

Celle-ci fait écho à une absence qui par­le au silence, une sorte de fan­tôme amoureux qui par­court le blanc de la neige et de la page. C’est une invi­ta­tion au partage d’un temps qui s’inscrit dans un autre temps que le nôtre. Une ode au mys­tère ardent des âmes et du sen­ti­ment. Une empathie pour la vie qui pal­pite, retirée de la con­fu­sion du monde. S’ouvre alors un dia­logue intérieur en équili­bre entre le sou­venir et l’instant présent, voué au poème et à l’indicible, à la dis­so­lu­tion d’une réal­ité dans une autre, beau­coup plus vaste. Un champ où nous sommes sur la ligne fatale, dans une étrange volup­té, celle du manque et du peut-être, et où, À chaque pas, nous risquons / — red­outable aveu — / l’effacement. En d’autres ter­mes, Isabelle Lévesque évolue sur la ligne de partage du temps où, d’un côté, on se retourne pour regarder en arrière, et de l’autre, où l’on fait face à l’inéluctable qui vient, qui est déjà là, peut-être, dans les blancheurs vierges de la page, celle-là même qui ne sera pas écrite. Il faut bien vivre, pour­tant, par­tir à la ren­con­tre des signes qui attes­tent de notre exis­tence et se dérobent, jusqu’à en découdre avec la pierre et la fleur som­bre / du print­emps per­du. Jusqu’au moment de Ren­dre au ciel ce qui fut noir et qui hante le présent. 

Isabelle Lévesque, En découdre, cou­ver­ture et fron­tispice de Fab­rice Rebey­rolle, édi­tions L’Herbe qui trem­ble, 2021, 68p, 14€.

Sans fausse pudeur, Isabelle Lévesque évoque les ardeurs enfuies avec ces audaces de formes très recon­naiss­ables dont elle a le secret, une lib­erté de syn­taxe et de rythme qu’elle revendique de recueil en recueil : C’est le vent nos ser­ments, / le drap nuage / ailleurs. Amoureuse de ce qui se perd et se retrou­ve, au détour des heures neigeuses de l’hiver où, même s’Il manque un signe au ciel et que Chaque nuit chaque rêve / red­outent les let­tres effacées, Isabelle Lévesque fait con­fi­ance à la lumière secrète du sol­stice de la vie.  Sans doute pour que Cesse le temps et que le poème annonce à jamais un nou­veau monde.

 

Présentation de l’auteur

Isabelle Lévesque

 Isabelle Lévesque  a pub­lié en 2011 Or et le jour  (antholo­gie Triages, Tara­buste), Ultime Amer  (Rafael de Sur­tis), Terre ! (éd. de l’Atlantique), Trop l’hiver (Encres vives).

Elle a fait paraître en 2012 : Ossa­t­ure du silence (Les Deux-Siciles), en 2013 : Un peu de ciel ou de matin (Les Deux-Siciles), Va-tout (Éd. des Van­neaux) et Ravin des nuits que tout bous­cule (Éd. Hen­ry). En 2013 égale­ment un livre d’artiste en français et en ital­ien a été édité : Neve, pho­togra­phies de Raf­faele Bon­uo­mo, tra­duc­tion de Mar­co Rota (Edi­zioni Quaderni di Orfeo).  En 2015 : Tes bras seront (poèmes traduits en ital­ien par Mar­co Rota – Edi­zioni Il ragaz­zo innocuo, coll. Scrip­sit Sculp­sit) et Nous le temps l’oubli (Éd. L’herbe qui tremble).

Voltige ! (Éd. L’herbe qui trem­ble) est paru en avril 2017.

Isabelle Lévesque écrit des arti­cles pour plusieurs revues : La Nou­velle Quin­zaine Lit­téraire, Europe, Ter­res de Femmes, Recours au Poème, Terre à ciel, Diérèse, Poezibao …

 

 

Isabelle Lévesque

Autres lec­tures

Isabelle Lévesque, Ossature du silence

Arriv­er aux Andelys, c’est d’abord être cap­té par un panora­ma auquel rien, au cours d’un calme voy­age, n’avait pré­paré. Avant de voir émerg­er les Andelys, rien n’indiquait que nous tombe­ri­ons nez à nez […]

Isabelle Lévesque, Nous le temps l’oubli

Une poésie d’ajour et d’amour Ellipses et trous d’air tis­sent la langue d’Isabelle Lévesque ; volon­té d’épuration de la part de la poète ? Prob­a­ble­ment pas, car il s’agit d’une langue très matérielle dans ses […]

Isabelle Lévesque Voltige ! 

Ce chant d’amour d’Isabelle Lévesque décrit la danse dans laque­lle l’amour nous entraîne, cette sorte de ronde qui met l’amant en mou­ve­ment – ce mou­ve­ment qui lui échappe, qui échappe à la maîtrise […]

Isabelle Levesque, Le Fil de givre

Le Fil de givre d’Isabelle Lévesque : une lec­ture En 2017, Isabelle Lévesque nous offrait Voltige ! (L’Herbe qui trem­ble), un chant d’amour ou une danse amoureuse, qui nous avait entraînés dans une […]

Isabelle Lévesque, En découdre

Un verbe qui appelle au com­bat, trois syl­labes rudes qui ne souf­frent pas la réplique, le titre du nou­veau livre d’Isabelle Lévesque sur­prend aus­sitôt. La mise en page de la cou­ver­ture le met en […]

Isabelle Lévesque, En découdre

Les amoureux de l’intimité poé­tique trou­veront sans aucun doute de quoi se sat­is­faire avec ce nou­veau recueil d’Isabelle Lévesque où le lecteur entre de plain-pied dans une atmo­sphère hiver­nale, intro­spec­tive, prop­ice à une […]

mm

Christophe Mahy

Christophe Mahy est né en 1970 à Charleville-Méz­ières. Il réside actuelle­ment en Touraine, dans le départe­ment du Loir-et-Cher. C’est en 2001 qu’il intè­gre la revue Les Amis de La Grive (lit­téra­ture générale con­tem­po­raine) où il côtoie, entre autres, des auteurs tels que Franz Bartelt, Guy Gof­fette, Alain Bertrand, Alain Dan­tinne, Lam­bert Schlechter, Bertrand Degott et surtout Jean-Claude Pirotte, qui lui fait con­naître l’association des Amis d’André Dhô­tel et la revue La Route incon­nue. Pen­dant plusieurs années, il donne des poèmes, des arti­cles, des chroniques et des notes de lec­ture à ces deux revues puis il col­la­bore à Diérèse (poésie con­tem­po­raine) pour laque­lle il tient le rôle de chroniqueur réguli­er entre 2012 et 2014. Il noue des rela­tions avec plusieurs poètes au sein des édi­tions L’Arbre à Paroles et est invité en 2011 au Fes­ti­val Inter­na­tion­al de Poésie de Namur (Bel­gique). Son tra­vail d’écriture se con­sacre en pri­or­ité à la poésie libre ou en prose, mais aus­si au réc­it, à la chronique, la fic­tion et au spec­ta­cle vivant. Il a pub­lié à ce jour une trentaine d’ouvrages chez divers édi­teurs indépen­dants ou régionaux. Il est égale­ment l’auteur de plusieurs livres d’artistes, en tirages lim­ités ou hors com­merce, de pré­faces et de notices. Il est le lau­réat du prix du poème en prose Louis Guil­laume 2018 pour Paysages du vent, aux édi­tions Noires Terres.
Aller en haut