Accueil> Chronique du veilleur (48) : Gustave Roud

Chronique du veilleur (48) : Gustave Roud

Par |2023-01-06T13:22:41+01:00 28 décembre 2022|Catégories : Essais & Chroniques, Gustave Roud|

Les œuvres com­plètes de Gus­tave Roud parais­sent enfin aux édi­tions Zoé, en 4 vol­umes réu­nis­sant les 10 livres d’oeu­vres poé­tiques, les tra­duc­tions, le jour­nal et tous les textes de cri­tique. Les français vont-ils enfin décou­vrir un de nos plus grands écrivains lyriques du XX ème siècle ?

Depuis longtemps, Gus­tave Roud est hon­oré à sa juste dimen­sion dans son pays, la Suisse romande. Né en 1897, il est très vite devenu un acteur cul­turel helvé­tique majeur. Instal­lé avec ses par­ents dans une ferme de Car­rouge, il n’a jamais quit­té sa mai­son, arpen­tant la con­trée, par­tic­i­pant aux travaux des champs, pho­tographi­ant ses amis paysans. Dès 1915, ses pre­miers poèmes ont dit son incur­able soli­tude. « Je serai celui qui va seul au cré­pus­cule / seul ‑en pleu­rant, par les routes du cré­pus­cule… » « Seul à tout jamais », dans la souf­france d’une homo­sex­u­al­ité impos­si­ble à vivre pleinement.

Mais cette soli­tude, nous dit-il, lui « rendait le monde ». Adieu, le pre­mier livre paru en 1927, célébrait avec une fer­veur intense, les vil­lages, les champs, les paysages du Haut Jorat, où chaque marche lui offrait de goûter une véri­ta­ble com­mu­nion. Les notes, con­signées au fil des prom­e­nades et des saisons dans de petits car­nets, recopiées dans le Jour­nal (1916–1976), repris­es sou­vent dans les livres achevés, regor­gent de sur­sauts, de ren­con­tres, d’ad­mi­ra­tions. Et c’est d’abord avec la terre et les plantes que se passe la communion :

Aux haltes, meilleure que l’herbe fraîche à nos pieds en sang, plus douce que l’om­bre où l’on s’al­longe, nous buvions la couleur des feuil­lages, comme iune gorgée d’eau ce vert pro­fond (…) Com­mu­nion, échange, mots insuff­isants, c’est incor­po­ra­tion qu’il faudrait dire… (Feuil­lets)

Gus­tave Roud, Oeu­vres com­plètes, Edi­tions ZOE, 4 vol­umes, 5056 pages, 85 euros.

Les corps des jeunes paysans s’ac­cor­dent au paysage con­tem­plé. Le Jour­nal abonde en désirs inas­sou­vis et en ten­ta­tions. Le désir est comme tran­scendé par « l’in­no­cence sub­lime parce qu’éter­nelle » que Roud perçoit en cha­cun. Pour un moisson­neur, en 1941, célèbre « les moisson­neurs pris dans leur toile blanche comme de grands anges maladroits :

Tu ne dis­ais rien, les lèvres seule­ment entrou­vertes sous le dur crin d’or, une main dans la mienne, l’autre enroulée au manche de ta faux. 

Le poète est ain­si han­té par ces présences frôlées, ces témoins d’un « Par­adis dis­per­sé » selon la vision de Novalis, que Roud étu­di­ait et tradui­sait. Ces présences dev­enues avec le temps de doux fan­tômes, dont la vie n’est pas moins proche et sensible :

                  Où es-tu ?

                   Est-ce que tu ne peux plus enten­dre ce cri ? Est-ce que tu ne peux me dire si tu respires encore, si ton cœur bat, si cette épaule où pos­er ma main, une seule fois encore, m’est refusée ?

                  Le jour où je n’en pour­rai plus d’at­ten­dre, je retourn­erai vers l’oiseau et cette fois, je l’ap­pellerai comme ce soir je t’ap­pelle. Son cœur est plein de pitié (…) Il m’é­coutera. Il écoute ce que les morts lui dis­ent, toutes les paroles des voix sans lèvres. Il porte aux vivants les mes­sages des morts. Il écoutera tout ce que je pour­rai lui dire et il s’en­v­ol­era vers toi. 

Ce sont des instants d’é­ter­nité que saisit Gus­tave Roud, il accède alors, par eux, à une « vie pro­fonde et pure », grâce à l’in­ter­ces­sion de ceux qu’il désire. Il les réu­nit tous en quelque sorte sous le nom d’Aimé, à la fois « homme de chair » et créa­ture « d’une trans­parence de cristal. » Ils appar­ti­en­nent à  un monde voué à la dis­pari­tion, à une Cam­pagne per­due, comme l’évoque le dernier livre paru en 1972, 4 ans avant la mort de Roud. C’é­tait un monde de lenteur et de cadences pais­i­bles, où le poète avait le sen­ti­ment de touch­er là à la « vraie vie ».

Monde défunt, que le regard intérieur, aidé par la mémoire, retient dans ce qu’il a d’essen­tiel et d’éter­nel. Rien n’est per­du, quand la Poésie vient sauver l’éphémère, l’in­stant suprême qu’un cer­tain état extrême de l’âme et du corps a pu con­naître. C’est là toute la foi « ter­restre » de Gus­tave Roud, qui nous con­fie dans Requiem, son livre le plus com­posé (1967), le plus émou­vant sans doute :

Oui, j’ai été cet homme tra­ver­sé. Les doigts noués au mince tronc d’un frêne ado­les­cent (j’en sens encore la lisse fraîcheur à mes paumes), j’ai soutenu de tout mon corps l’ir­rup­tion de l’éter­nel, j’ai subi l’as­saut de l’in­ef­fa­ble, j’ai vu la vraie lumière, la même, baign­er toutes ces choses périss­ables autour de moi, leur infuser une splen­deur de symphonie. 

Présentation de l’auteur

Gustave Roud

Gus­tave Roud est un poète et un pho­tographe suisse romand né le 20 avril 1897 à Saint-Légi­er en can­ton de Vaud et mort le 10 novem­bre 1976 à l’hôpi­tal de Moudon. Il a entretenu de nom­breuses ami­tiés avec des artistes, des poètes, des hommes de let­tres: Charles Fer­di­nand Ramuz, Ernest Anser­met et René Auberjonois

© Crédits pho­tos (sup­primer si inutile)

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Le « roman » du poète Gustave Roud

Gus­tave et Madeleine. Frère et sœur. Tous deux céli­bataires. Ils vivent à la sor­tie d’un vil­lage dans une mai­son dont la façade est cou­verte de vigne-vierge. Nous sommes autour des années 1960, avant […]

Chronique du veilleur (48) : Gustave Roud

Les œuvres com­plètes de Gus­tave Roud parais­sent enfin aux édi­tions Zoé, en 4 vol­umes réu­nis­sant les 10 livres d’oeu­vres poé­tiques, les tra­duc­tions, le jour­nal et tous les textes de cri­tique. Les français vont-ils […]

Gustave Roud, Œuvres complètes

Un cof­fret de 4 vol­umes, 5120 pages, 88 pho­tos couleurs et de très nom­breuses illus­tra­tions en noir et blanc (car Gus­tave Roud était aus­si pho­tographe). Les œuvres com­plètes du grand poète suisse, décédé […]

image_pdfimage_print
mm

Gérard Bocholier

Gérard Bocholi­er est né le 8 sep­tem­bre 1947 à Cler­mont-Fer­rand (France). Il a fait ses études sec­ondaires et supérieures dans cette ville, y a ensuite enseigné la lit­téra­ture française et les let­tres clas­siques en classe de let­tres supérieures. Orig­i­naire d’une famille de vignerons de la plaine de Limagne, il est franc-com­tois par sa famille mater­nelle, à la fron­tière du pays de Vaud en Suisse. Il a passé son enfance et sa jeunesse dans le vil­lage pater­nel de Mon­ton, au sud de Cler­mont-Fer­rand, que les poèmes en prose du Vil­lage et les ombresévo­quent avec ses habi­tants. La lec­ture de Pierre Reverdy, à qui il con­sacre un essai en 1984, Pierre Reverdy lephare obscur,déter­mine en grande par­tie sa voca­tion de poète. En 1971, Mar­cel Arland, directeur de la NRF, lui remet à Paris le prix Paul Valéry, réservé à un jeune poète étu­di­ant.  Son pre­mier grand livre, L’Ordre du silence, est pub­lié en 1975.  En 1976, il par­ticipe à la fon­da­tion de la revue de poésieArpa, avec d’autres poètes auvergnats et bour­bon­nais, dont Pierre Delisle, qui fut un de ses plus proches amis. D’autres ren­con­tres éclairent sa route : celle de Jean Gros­jean à la NRF, puis celle de Jacques Réda, qui lui con­fie une chronique régulière de poésie dans les pages de la célèbre revue à par­tir des années 90, mais aus­si l’amitié affectueuse du poète de Suisse romande, Anne Per­ri­er, dont il pré­face les œuvres com­plètes en 1996. Son activ­ité de cri­tique de poésie ne cesse de se dévelop­per au fil des années, il col­la­bore  au fil des années à de nom­breuses revues, notam­ment à la Revue de Belles Let­tresde Genève, au Nou­veau Recueil, et surtout à Arpa,dont il assure la direc­tion dès 1984. Il donne actuelle­ment des poèmes à Thau­ma,Nunc,Le Jour­naldes poètes. Cer­tains de ses arti­cles sont réu­nis dans le vol­ume Les ombrages fab­uleux,en 2003. A par­tir de 2009, un an avant sa retraite, il se con­sacre prin­ci­pale­ment à l’écriture de psaumes, pub­liés par Ad Solem. Le pre­mier vol­ume est pré­facé par Jean-Pierre Lemaire, son ami proche. Le deux­ième s’ouvre sur un envoi de Philippe Jac­cot­tet. Son essai Le poème exer­ci­ce spir­ituelexplique et illus­tre cette démarche. Il prend la respon­s­abil­ité d’une rubrique de poésie dans l’hebdomadaire La Vieet tient une chronique de lec­tures, « Chronique du veilleur »,  à par­tir de 2012 sur le site inter­net :Recours aupoème. De nom­breux prix lui ont été attribués : Voron­ca (1978), Louis Guil­laume (1987), le Grand Prix de poésie pour la jeunesse en 1991, le prix Paul Ver­laine  de la Mai­son de poésie en 1994, le prix Louise Labé en 2011. L’Académie Française lui a décerné le prix François Cop­pée pourPsaumes de l’espérance en 2013. Son jour­nal intime, Les nuages de l’âme, paraît en 2016, regroupant des frag­ments des années 1996 à 2016. Par­mi ses pub­li­ca­tions poé­tiques récentes : Abîmes cachés(2010) ; Psaumes du bel amour(2010) ; Belles saisons obscures(2012) ; Psaumes de l’espérance(2012) ; Le Vil­lageemporté (2013) ; Pas­sant (2014) ; Les Etreintes invis­i­bles (2016) ; Nuits (2016) ; Tisons(2018) ; Un chardon de bleu pur(2018) ; Depuis tou­jours le chant(2019) A paraître : Ain­si par­lait Georges Bernanos(Arfuyen) ; Psaumes de la Foi vive (Ad Solem) ; J’appelle depuis l’enfance (La Coopéra­tive). En 2019 parais­sent Ain­si par­lait G.Bernanos, Psaumes de la foi vive, Depuis tou­jours le chant ; en 2020 J’ap­pelle depuis l’en­fance (La Coopéra­tive) et Une brûlante usure (Le Silence qui roule).
Aller en haut