> Chronique du veilleur (10) – Claude Martingay, Les quatrains du silence

Chronique du veilleur (10) – Claude Martingay, Les quatrains du silence

Par | 2018-01-07T12:30:10+00:00 25 octobre 2013|Catégories : Chroniques, Claude Martingay|Mots-clés : |

Pourquoi ne par­ler que de l’actualité la plus fraîche, des livres à l’encre à peine séchée, alors que des livres parus il y a quelques années ou quelques siècles gardent à jamais la grande effi­cience qu’une grâce d’inspiration et d’écriture leur a don­née ?

Le livre de Claude Martingay, Les qua­trains du silence (Ad Solem) est de ceux-là.

  Claude Martingay est né en 1920 à Genève. A l’âge de 23 ans, il s’est reti­ré dans la char­treuse de La Valsainte, en Suisse. Durant trois années, il a reçu les plus pré­cieuses leçons de Dom Jean-Baptiste Porion, avec qui il a noué une solide ami­tié. C’est lui qui a créé en 1968 la col­lec­tion Ad Solem, une mai­son d’éditions ascé­tiques et mys­tiques, qui a pris par la suite l’envol que l’on sait.

Claude Martingay est lui-même écri­vain et poète, auteur de nom­breux essais comme : Pour la sainte litur­gie, La Mère de Dieu et l’intelligence ou encore La Métaphore bien­heu­reuse. Le livre paru en 2010, Les qua­trains du silence, est sans nul doute un de ces chefs d’œuvre où l’on ne sait qu’admirer le plus : la pure­té de l’écriture, la den­si­té de la pen­sée, l’extrême sen­si­bi­li­té spi­ri­tuelle qui s’y révèle. Le poète, car c’est bien d’un grand poète qu’il s’agit, parle du choix du qua­train comme d’un « enca­dre­ment de fenêtre, entre la mai­son et la fon­taine, entre la rai­son et l’intelligence, entre les idées claires et la vie insai­sis­sable de la véri­té. »  Sur le blanc de la page, dans le silence d’un recueille­ment de tout l’être, reten­tissent des aveux, des émo­tions, des remue­ments de  l’âme :

Claude Martingay, Les quatrains du silence, 96 pages, 21 euros (Ad Solem, 2010)

Claude Martingay, Les qua­trains du silence, 96 pages, 21 euros (Ad Solem, 2010)

Délaissant des idées la pous­sière
Je sors de la mai­son.
Aux grappes de la gly­cine
La réa­li­té m’enivre.

  Toute une vie inté­rieure se lit ici en quelques mots brefs où l’on sent la pré­sence forte, pai­sible, fra­ter­nelle, de l’indicible. L’expérience spi­ri­tuelle si per­son­nelle de l’auteur semble se com­mu­ni­quer à nous, comme si elle nous atti­rait à elle, nous ouvrait des portes jusqu’alors res­tées closes.

Pour trou­ver l’Autre en son lieu
Je par­cou­rais les mon­tagnes.
Sa main sur mon épaule
Il était der­rière moi.

  Claude Martingay invente là, qua­si sans effort visible, un lan­gage nou­veau qui retrouve spon­ta­né­ment les plus beaux accents du lyrisme reli­gieux. La sim­pli­ci­té de ce lan­gage s’allie à une quête pro­fonde et constante où toute l’existence est en jeu. Le poète se voit tel qu’il est, dans ses essais qui ne sont jamais que des ébauches du Verbe-Dieu.

O pauvre, ô pur miroir de l’écriture
Sans lequel je ne sau­rais pas
Que de part et d’autre nous sommes
Le Verbe-Dieu et moi.

Quatrains égre­nés, qu’on désire reprendre encore et encore, pleins des lueurs d’une révé­la­tion qui s’offre et se dérobe à chaque fois. « Le qua­train est croix de misé­ri­corde /​ Sur laquelle s’offre et meurt la véri­té. »

Oui, il est bon de se reti­rer du tumulte des choses éphé­mères, des édi­tions et des agi­ta­tions du moment, pour vivre avec ce magni­fique livre comme avec un com­pa­gnon et un maître, dans l’humble par­tage de la contem­pla­tion sur le seuil de la prière silen­cieuse.

Les pau­pières closes
De la mon­tagne sous la neige
Les mots nichent
Dans l’éternité bleue.

Chronique du veilleur

Retrouvez l’ensemble de la Chronique du veilleur, com­men­cée en 2012 par Gérard Bocholier

mm

Gérard Bocholier

Gérard Bocholier. Né en 1947, habite Clermont-Ferrand.

Directeur de la revue de poé­sie Arpa, col­la­bo­ra­tions à la NRF, au Chemin des livres et à la Revue de Belles Lettres .

Poète, auteur d’une ving­taine de volumes de poèmes.

Dernier paru : Psaumes du bel amour (Ad Solem).

La fiche com­plète de l’auteur.

X