> Chronique du veilleur (3) – Janine Modlinger

Chronique du veilleur (3) – Janine Modlinger

Par |2018-01-06T16:35:48+00:00 7 septembre 2012|Catégories : Chroniques, Janine Modlinger|Mots-clés : |

La forme du car­net est à l’évidence auto­bio­gra­phique. Mais, par oppo­si­tion avec le jour­nal intime, le car­net retient des impres­sions, des pen­sées que son auteur juge essen­tiel de ne pas perdre. Deux volumes de car­nets, à la fois poé­tiques et spi­ri­tuels, sont abso­lu­ment à lire :

Le men­diant d’infini  (L’Arrière-Pays) recueille des frag­ments d’une reli­gieuse, Françoise Azaïs de Vergeron, entrée au monas­tère de Sainte-Marie-de-Prouilhe dans l’Aude en 1948.  Max de Carvalho a com­po­sé ce flo­ri­lège abso­lu­ment unique où les louanges se suc­cèdent avec une fraî­cheur d’âme qui bou­le­verse le lec­teur. Mais l’auteur dit aus­si sa faim, l’abîme « de pri­va­tion » qu’elle sonde en elle, sa détresse même que seule la Croix peut apai­ser. C’est toute l’étendue des émo­tions et des élans inté­rieurs dont nous sui­vons l’aveu, le chant, l’effusion.

Une lumière à peine : carnets, Janine Modlinger, Ed. de l'Atlantique

Une lumière à peine : car­nets, Janine Modlinger, Ed. de l’Atlantique

 

                       Prière silen­cieuse,
                            mys­té­rieuse,
                        tel­le­ment cachée
                       et enfouie en moi
                      que si Tu ces­sais
                     de me la don­ner
                             je crie­rais
                      que Tu m’arraches
                             le cœur.
 

On rejoint là les textes les plus anciens du Christianisme, les plus clas­siques aus­si, l’expression la plus simple et la plus ardente ne souf­frant aucune alté­ra­tion du temps. Les noces, l’attente de l’Aimé, le ravis­se­ment, tout vient chan­ter ici les notes les plus pures.

                               Ta nuit n’est pas obs­cure,
                  elle est plus lumi­neuse que l’aurore.

                               C’est la nuit de l’aimée
                                unie à son Amant –
                            qui la trans­forme en Lui.

 Les car­nets de Janine Modlinger sont des recueils d’instants de grâce que chaque être humain peut vivre dans la vie de tous les jours, mais que seul un vrai grand poète peut sai­sir dans la force et la jus­tesse de l’écriture. Mais avant toute rédac­tion, il faut savoir regar­der, écou­ter, s’émerveiller. Janine Modlinger a ce don si rare de l’accueil authen­tique et pro­fond. Une lumière à peine (Editions de l’Atlantique) est à chaque phrase ani­mé, éclai­ré, por­té par une quête inlas­sable de la lumière infi­nie.

     La tra­ver­sée du vivant, bénie, louée de jour en jour, cet appren­tis­sage de la louange qui, loin d’être natu­relle, s’apprend et se tisse comme un ouvrage jamais ache­vé.

Janine Modlinger sait com­bien le miracle est proche et fra­gile à la fois. Il peut sur­ve­nir et trans­fi­gu­rer tout l’être pour­vu qu’on l’accueille, qu’on s’incline devant lui, en sachant bien qu’il faut « s’effacer pour lais­ser place à plus grand que soi. » Voilà qui est reli­gieux (le judaïsme dans lequel elle trouve ses racines est d’abord, dit-elle, « ouver­ture à l’ouverture ») et en même temps pro­fon­dé­ment humain. Tout l’humain en effet, corps, esprit et âme, sen­sua­li­té, com­pas­sion, prière, vient s’inscrire dans ces magni­fiques pages. Les mots recon­naissent leurs limites devant la toute puis­sance de l’indicible entre­vu. Le poète sait avouer que l’écriture tisse seule­ment « un fin voile de sens autour de l’énigme. » Mais c’est beau­coup.

                 Seul le silence en soi, le retour au grand silence, ranime en nous une ébauche d’humanité.

Une lumière à peine, un livre qui réchauffe l’âme et qui rayonne !

Présentation de l’auteur

Janine Modlinger

  • Veille   (éd. de l’Harmattan)
  • Bernard Picard, le don d’une pré­sence (éd. Biblieurope)
  • De feu vivant (éd. Eclats d’encre)
  • Une lumière à peine ( éd.. de l’Atlantique)
  • Eblouissements (éd. Ad Solem)

Publication dans les revues :  “La Revue de Belles-Lettres”, “Voix d’encre”, “Multiples”, ” Arpa”…

 

Janine Modlinger

Autres lec­tures

Chronique du veilleur

Retrouvez l’ensemble de la Chronique du veilleur, com­men­cée en 2012 par Gérard Bocholier

mm

Gérard Bocholier

Gérard Bocholier. Né en 1947, habite Clermont-Ferrand.

Directeur de la revue de poé­sie Arpa, col­la­bo­ra­tions à la NRF, au Chemin des livres et à la Revue de Belles Lettres .

Poète, auteur d’une ving­taine de volumes de poèmes.

Dernier paru : Psaumes du bel amour (Ad Solem).

La fiche com­plète de l’auteur.

X