> La poésie de Silvia Pio

La poésie de Silvia Pio

Par | 2018-01-30T22:51:15+00:00 14 juin 2015|Catégories : Essais|

 

Quelques réflexions qui me sont venues en tra­dui­sant la poé­sie de Silvia Pio

 

Ce qui m’a plu dans la poé­sie de Silvia Pio, c’est l’atmosphère feu­trée qui s’en dégage, la soli­tude en sour­dine (elle colore ses textes, les baigne), la tona­li­té (et le cœur) tran­quille qui semble venir d’une cer­taine accep­ta­tion des remous de la vie. Sous le calme, la pro­fon­deur, et une cer­taine mélan­co­lie aus­si, pas du tout mor­bide, plu­tôt réflexive, sur ce qui est, et ce qui n’est plus. On se pose quand on lit Silvia Pio, le temps s’arrête, on est trans­po­sé dans une inti­mi­té sereine, le charme s’opère à tra­vers l’ouverture sub­tile au lecteur/​à l’autre, dans la sim­pli­ci­té (sin­cé­ri­té) d’un lan­gage (qui n’est pas for­cé­ment facile à tra­duire).

Silvia Pio écrit en ita­lien et en anglais. Dans la langue de Shakespeare, elle ré-écrit ses poèmes ori­gi­nel­le­ment écrits dans celle de Dante. Comme on peut le voir dans les textes sui­vants, les ver­sions anglaises ne sont pas des tra­duc­tions de l’italien, cer­taines sont plus expli­cites, plus pré­cises, l’on y sent une recherche, une fouille, comme si le retour sur le texte déjà écrit entraî­nait un dévoi­le­ment plus grand, le désir d’en dire plus. Cette tra­duc­tion/­ré-écri­ture est en fait une reprise du texte en ita­lien, pour en faire autre chose en anglais. Les ver­sions ita­liennes et anglaises doivent être lues ensemble, elles font par­tie du conti­nuum de l’écriture de Silvia Pio. « Poi eleg­go tut­to ques­to a poe­sia »,  « et j’appelle cela poé­sie », écrit-elle, nous aus­si.

(Sabine Huynh)

Sabine Huynh a publié Avec vous ce jour-là/Lettre au poète Allen Ginsberg chez Recours au Poème édi­teurs

 

 

Una vol­ta ho det­to che l’albicocco era la mia casa 
per­ché pre­fe­ri­vo le sue foglie chias­sose 
al silen­zio che face­va risuo­nare i vec­chi muri.
Quando l’autunno inizia­va a confi­nar­mi all’interno 
guar­da­vo all’albero come si guar­da alla riva
alla fine di un viag­gio per mare,
al sole da un luo­go squas­sa­to dal­la piog­gia.  

Ora che l’albero è mor­to, sono rimas­ta sen­za casa ?
Avrei dovu­to sce­gliere una quer­cia, un cas­ta­gno sel­vag­gio 
ma anch’essi pos­so­no morire, pur­trop­po.
E c’era un albi­coc­co davan­ti alla casa, comunque.

Una vol­ta ho det­to che l’albicocco era la mia casa  
e ora in queste stanze 
piene di buon­sen­so, vuote di sen­so 
mi tro­vo a vagare.

(Passaggio in Arabia, Marco Del Bucchia Editore, 2012)

 

 

I once said the apri­cot tree was my home
because I pre­fer­red its cla­mo­rous leaves
to the silence soun­ding the old walls.
When autumn began to confine me inside
I would look to the tree as one looks to a shore
at the end of a tra­vel by sea,
to the sun from a place ran­sa­cked by rain.

Now that the tree has died, am I home­less ?
I should have cho­sen oak, chest­nut from wild­ness
but they can die, too, I’m afraid.
And it was an apri­cot tree which stood by the house,
any­way.

I once said the apri­cot tree was my home
and now in these rooms
full of sani­ty, emp­ty of sense
I am left to roam.

(trans­la­ted from Italian by Silvia Pio)

 

Il m’est arri­vé de dire que l’abricotier était ma mai­son
je pré­fé­rais le bruit de ses feuilles
au silence qui réson­nait contre les vieux murs.
Quand l’automne me bou­clait à l’intérieur
je fixais l’arbre comme l’on fixe un rivage
au bout d’un voyage en mer
ou le soleil depuis un lieu dévas­té par la pluie.

Maintenant que l’arbre est mort, suis-je sans demeure ?
J’aurais dû élire un chêne, un châ­tai­gnier sau­vage
mais mor­tels ils le sont aus­si, j’en ai bien peur.
Quoi qu’il en soit, un abri­co­tier se tenait devant la mai­son.

Il m’est arri­vé de dire que l’abricotier était ma mai­son
à pré­sent dans ces pièces
rem­plies de bon sens, vides de sens
je me sur­prends à errer.

(tra­duit de l’italien par Sabine Huynh)

 

***

Inverno

Paesaggio rac­col­to si spie­ga
sul cri­nale di ques­ta luce in atte­sa
virile come patriar­ca e sag­gio
Distesa di neve per guan­ciale
file di rami sfio­ra­no il confine
del bian­co e dell’umano
Sfuma la neb­bia sos­pe­sa
sve­lan­do pro­fi­li in ascol­to
e la visione del cie­lo è pre­ghie­ra
Spiraglio di ven­to rive­la il retag­gio del suo­lo
immo­bile il momen­to conduce
ver­so la schie­ra dei mon­ti
che cus­to­di stan­no di tem­po sepol­to
Inverno sovra­no ritor­ni
ripor­ti duo­lo e sgo­men­to
inten­to lon­ta­no
rac­con­ti di manie­ra
e oriz­zon­ti già di fem­mi­nea pri­ma­ve­ra

(Passaggio in Arabia, Marco Del Bucchia Editore, 2012)

 

Winter

The land­scape unfolds
virile like a patriarch, and sage.
On the ridge of this light on hold,
snow for pillow,
rows of branches brush the boun­da­ry
of the wil­der­ness white and the human toil. 
Hanging fog sof­tens,
dis­closes lis­te­ning pro­files,
and the vision of the sky is prayer.
A breath of wind reveals the strength of soil,
this motion­less moment leads
to the rank of the moun­tains,
kee­pers of buried time.
Winter, you come back sove­rei­gn,
bring grief and dis­may,
sto­ries of habits,
far away inten­tion,
and hori­zons of spring.

(trans­la­ted from Italian by Silvia Pio)

 

Hiver

Le pay­sage en boule se déploie
sur la crête de cette lumière en attente
aus­si viril qu’un patriarche, et sage.
Étendue de neige pour oreiller
un cor­tège de branches effleure la lisière
entre le blanc et l’humain.
Le brouillard sus­pen­du s’alanguit
dévoi­lant des pro­fils à l’écoute
et la vue du ciel est une prière.
Un filet de vent révèle l’héritage du sol
cet ins­tant immo­bile mène
à la ran­gée de monts
gar­diens du temps inhu­mé.
Hiver, tu reviens sou­ve­rain
rame­nant cha­grin et désar­roi
un but loin­tain
des his­toires de manière
et déjà des hori­zons de prin­temps fémi­nin.

(tra­duit de l’italien par Sabine Huynh)

 

***

Scrivo di notte dal let­to
tac­cheg­gio i frut­ti del buio
per scam­biar­li con monete del dire
e dicen­do accom­pa­gno le ore
le rac­col­go in fas­cio scom­pos­to
le depon­go sul­la pira di ricor­di
e varo nell’oceano del tem­po
Poi eleg­go tut­to ques­to a poe­sia

(Da terre a terre, Ël Pèilo, 2013)

 

 

At night I write from the bed
and plun­der the fruits of dark­ness
to exchange for coins made of words.

While her­ding words I gather the hours
in unseem­ly bundles
to place on the pyre of recol­lec­tion.

Or launch into the ocean of time.

Then I name all this poe­try.

(trans­la­ted from Italian by Silvia Pio)
(Da terre a terre, Ël Pèilo, 2013. Twinning bet­ween the Margutte poets from Mondovì and The Red Shed poets from Wakefield)

 

 

La nuit j’écris au lit
je vole les fruits de l’obscurité à l’étalage
pour les échan­ger contre la mon­naie du dire
et ce disant j’accompagne les heures
s’échevelant dans la gerbe que j’assemble
et que je dépose sur le bûcher des sou­ve­nirs

les voi­là lan­cées dans l’océan du temps

et j’appelle cela poé­sie.

(tra­duit de l’italien par Sabine Huynh)
(Da terre a terre, Ël Pèilo, 2013. Livre résul­tant de l’échange entre des poètes de Margutte à Mondovì et les poètes Red Shed de Wakefield)

 

***

 

Nella glo­ria del merig­gio ario­so
come ron­dine che pla­na
tra­spor­ta­ta dal­la vita
la luce ha un’ombra sor­nio­na

Nella sta­si del cre­pus­co­lo
sos­pe­so tra mon­do inco­nos­ci­bile e cie­lo
l’azzurro è sfon­do d’icona

Nel giu­bi­lo degli inset­ti ubria­chi
di fio­ri e fol­lia
nel tem­po del rac­col­to
non si miete che pena e pian­to

(Da terre a terre, Ël Pèilo, 2013)

 

 

In the glo­ry of the airy noon
like a swal­low gli­ding
in the fast lane,
this light has a sly sha­dow.

In the stil­l­ness of the dusk
bet­ween the unk­no­wable and the sky :
an icon’s blue back­ground.

In the jubi­la­tion of the but­ter­flies
hea­dy with flo­wers and fol­ly,
in this har­vest time
we reap but trouble and torment

(trans­la­ted from Italian by Silvia Pio)
(Da terre a terre, Ël Pèilo, 2013. Twinning bet­ween the Margutte poets from Mondovì and The Red Shed poets from Wakefield)

 

Dans la gloire d’un midi aéré
telle une hiron­delle qui plane
por­tée par la vie
cette lumière ren­ferme une ombre sour­noise

Dans la stag­na­tion du cré­pus­cule
sus­pen­du entre le monde impé­né­trable et le ciel
l’azur est un fond d’icône

Dans la jubi­la­tion des insectes ivres
de fleurs et de folie
en ce temps de mois­son
on ne récolte que la peine et les larmes

 

(tra­duit de l’italien par Sabine Huynh)
(Da terre a terre, Ël Pèilo, 2013. Livre résul­tant de l’échange entre des poètes de Margutte à Mondovì et les poètes Red Shed de Wakefield)

 

***

In un tar­do mat­ti­no in Belvedere
insieme arri­via­mo anco­ra
a por­tare un gra­no di ricor­do
E tor­ne­re­mo a cer­car­ci
nel sel­cia­to pie­tro­so e nel bos­so
del­la tua infan­zia
del­la mia tem­pia bian­ca
Segni las­cia­mo cadere invi­si­bi­li
per ritro­var­li allo­ra nel dise­gno
dei ciot­to­li di viale
nei mat­to­ni del­la torre
e nell’orizzonte
che di noi mol­to avrà sapu­to
e conser­va­to
Come seme che tor­na a fio­rire
come frut­to a matu­rare
e resi­duo a mar­cire
ques­ta sto­ria un sen­so
avrà tenu­to stret­to
a ridos­so del ven­to

(Da terre a terre, Ël Pèilo, 2013)

 

 

In Belvedere

In a late hour toge­ther
we arrive once more with a grain of memo­ry.
And again we’ll be hun­ting for one ano­ther
on the sto­ny pave­ment of your child­hood,
in the sap­py bush of my temples grey.
Invisible we’ll be drop­ping pebbles
and fin­ding our way in the cobble desi­gn
which lead to the tower :
we’ll be rea­ding the book of its bricks.
The view from here has dis­clo­sed
the desires beneath our rinds.
Like seed bloo­ming, fruit ripe­ning and rot­ting
this sto­ry of ours
has grab­bed some sense
shel­te­ring it from the winds.

(trans­la­ted from Italian by Silvia Pio)
(Da terre a terre, Ël Pèilo, 2013. Twinning bet­ween the Margutte poets from Mondovì and The Red Shed poets from Wakefield)

 

Fin de mati­née à Belvedere
nous arri­vons encore à por­ter
ensemble un grain de sou­ve­nir
et tou­jours nous nous cher­che­rons
dans les rues pier­reuses et dans le buis
de ton enfance
de ma tempe grise.
Nous semons des signes invi­sibles
pour les retou­ver dans le des­sin
des cailloux de l’allée
dans les briques de la tour
et dans l’horizon
qui aura su et conser­vé
beau­coup de nous.
Telle la graine qui fleu­rit
tel le fruit qui mûrit
et les restes qui pour­rissent
cette his­toire aura tenu
ser­ré contre elle un sens
à l’abri du vent.

(tra­duit de l’italien par Sabine Huynh)
(Da terre a terre, Ël Pèilo, 2013. Livre résul­tant de l’échange entre des poètes de Margutte à Mondovì et les poètes Red Shed de Wakefield)

 

***

Silvia Pio è inse­gnante di lin­gua inglese, tra­dut­trice e inter­prete. Di tan­to in tan­to orga­niz­za labo­ra­to­ri di scrit­tu­ra crea­ti­va. Le sue poe­sie sono state pub­bli­cate in nume­rose riviste in Italia e rac­colte in due libri, uno dei qua­li ha una sezione di liriche in lin­gua inglese. Ha vin­to il pre­mio let­te­ra­rio “Cesare Pavese” per poe­sie inedite. È tra i fon­da­to­ri di Margutte, un sito web di let­te­ra­tu­ra (e altro), e si occu­pa del­la pagi­na di poe­sia. Margutte orga­niz­za rego­lar­mente let­ture pub­bliche e altre atti­vi­tà legate alla poe­sia nel­la cit­tà di Mondovì, situa­ta nell’Italia nord occi­den­tale, dove vivo­no mol­ti dei fon­da­to­ri.

Silvia Pio is an Italian tea­cher of English as a Foreign Language, a trans­la­tor and inter­pre­ter. She also occa­sio­nal­ly teaches crea­tive wri­ting. She has writ­ten poe­try that has been publi­shed in a num­ber of maga­zines in Italy and has had two poe­try books publi­shed. One of the books has a sec­tion of poems in English. She has won the “Cesare Pavese” prize for unpu­bli­shed poe­try. She is a foun­der of Margutte, an online lite­ra­ry maga­zine, and is invol­ved in the poe­try page. Margutte regu­lar­ly orga­nize public rea­dings and other acti­vi­ties lin­ked to poe­try in Mondovì, the town in north-west Italy where many of the foun­ders live.

Silvia Pio enseigne l’anglais langue étran­gère, elle est aus­si tra­duc­trice et inter­prète. Il lui arrive éga­le­ment d’animer des ate­liers d’écriture. Sa poé­sie a été publiée dans des revues ita­liennes et dans deux recueils, l’un d’entre eux contient des poèmes en anglais. Elle a reçu le Prix Cesare Pavese de la poé­sie inédite. Elle co-anime la revue de poé­sie en ligne Margutte, dont les édi­teurs orga­nisent régu­liè­re­ment des lec­tures publiques et des acti­vi­tés poé­tiques à Mondovì, leur ville de rési­dence, au nord-ouest de l’Italie.
 

mm

Sabine Huynh

Sabine Huynh est née à Saïgon en 1972 et a gran­di à Lyon, avant de par­tir vivre en Angleterre, aux États-Unis, en Israël et au Canada. Elle vit aujourd’hui à Tel Aviv. Après avoir été pro­fes­seur de langues et de lit­té­ra­ture fran­çaise, et avoir fait des études en sciences de l’éducation et en lit­té­ra­ture et lin­guis­tique anglaises, un doc­to­rat en lin­guis­tique à l’Université Hébraïque de Jérusalem (où elle a ensei­gné de 2002 à 2008), et un post-doc­to­rat en socio­lin­guis­tique à l’Université d’Ottawa, elle décide de se consa­crer entiè­re­ment à l’écriture (en anglais et en fran­çais) et à la tra­duc­tion lit­té­raire (prin­ci­pa­le­ment de l’anglais, l’hébreu et l’italien vers le fran­çais ; et poé­sie et textes en rap­port avec la Shoah – elle a tra­duit six livres, dont Des liens invi­sibles, ten­du /​ Taut, invi­sible threads, de Dara Barnat, publié en 2014 par Recours au poème édi­teurs, col­lec­tion Ailleur(s)). Son tra­vail a été publié dans de nom­breuses revues et antho­lo­gies.

Elle est co-auteure de l’anthologie poé­tique pas d’ici, pas d’ailleurs (avec Angèle Paoli, Aurélie Tourniaire et Andrée Lacelle, édi­tions Voix d’encre, 2012). 2013 voit la paru­tion de son roman La Mer et l’enfant (Galaade édi­tions), de son recueil de poèmes Les Colibris à recu­lons (contri­bu­tion gra­phique : Christine Delbecq, Eds. Voix d’encre), d’un recueil de poèmes écrit à quatre mains avec Roselyne Sibille, La Migration des papillons (Eds. La Porte), et du récit En taxi dans Jérusalem (édi­tions publie​.net, avec des pho­to­gra­phies d’Anne Collongues). En 2014 paraissent Tel Aviv/​ville infirme/​corps infi­ni, (édi­tions Voltije, poé­sie, avec des pein­tures d’André Jolivet. Texte seul repu­blié en 2014 aux édi­tions La Porte), et Avec vous ce jour-là/Lettre au poète Allen Ginsberg (Recours au poème édi­teurs, col­lec­tion L’Atelier du poème). En 2015 les édi­tions E-frac­tions publient son jour­nal La Sirène à la pou­belle, et les édi­tions Æncrages and Co. son recueil de poèmes Kvar lo (avec des encres de Caroline François-Rubino).

Collaboratrice régu­lière de la revue Recours au poème, (rubriques Chroniques – De mots à vous –, Essais et Revue des revues), elle contri­bue aus­si ou a contri­bué régu­liè­re­ment à la revue de poé­sie contem­po­raine Terre à ciel (diri­gée par Cécile Guivarch), à la revue de poé­sie et cri­tique lit­té­raire Terres de femmes (diri­gée par Angèle Paoli), à la revue inter­na­tio­nale de tra­duc­tion poé­tique TraduzioneTradizione (diri­gée par Claudia Azzola), à la revue de créa­tion lit­té­raire numé­rique d’ici là (diri­gée par Pierre Ménard), au jour­nal Jerusalem Post, et à la revue d’art contem­po­rain Inferno, pour laquelle elle s’occupait de la rubrique « Carnets de Tel Aviv », en tant que cor­res­pon­dante étran­gère (arts et spec­tacles).

Son site : presque dire

X