> Notre songe 26 à 30

Notre songe 26 à 30

Par | 2018-02-19T17:05:57+00:00 30 juin 2016|Catégories : Chroniques|

 

notre Songe

26

 

apres
nos des­ti­nées

fer­mèrent
les portes

qui estaient de métal doré
faict à fueillage

aus­si
per­cé à jour

*

un sou­pir
comme la voulte

et le vuyde
rem­ply de larmes de cris­tal

— —  —  —  —  — –

 

27

 

nostre vie
ren­doit une clair­té
de plu­sieurs diverses coleurs

don­nant ceste lumière à nos bai­sers

*

en l’espace
au des­sus de nostre sou­pir

y avoit un daul­phin
taillé en demy­bosse

de pierre galac­tite
nageant en la mer

por­tant un beau silence
sur son dos

qui s’esbatoit
d’une lyre

— —  —  —  —  —  — -

 

28

 

la vie
et autres choses espan­dues

le long des rives du ruys­seau

*

un silence
mais seul­le­ment

la ver­dure natu­relle
des fueilles enri­chies

de leurs fleurs blanches

— —  —  —  —  —  —  —  — -

 

29

 

 

orenges et citrons

les uns meurs
les autres verdz

un sou­pir esten­dant les aelles

*

l’eau
tum­bant dans un bas­sin d'or

remon­toit par souffles secrets
au mesme lieu

dont elle estoit sor­tie

— —  —  —  —  —  —  —  —  — -

 

30

 

 

les per­son­nages
de nos songes

sont élan­cés
expres­sifs

les plis des robes
tombent avec grâce

*

les oli­viers clair­se­més
au maigre feuillage

font place aux chênes touf­fus
puis­sants et tour­men­tés

dont le savant des­sin
est direc­te­ment

emprun­té
à nos beaux sou­pirs

 

Matthieu Gosztola

 

En hom­mage au deve­nir, parce que pas­sé et pré­sent de la langue sont là en chaque ici et main­te­nant et demain, ces poèmes sont faits – prin­ci­pa­le­ment – de mots ayant trou­vé – beau – domi­cile dans l’ouvrage sui­vant :

Francesco Colonna, Le Songe de Poliphile [tra­duc­tion de Hypnerotomachia Poliphili], pré­sen­té par Albert-Marie Schmidt, Paris, Club des libraires de France, Les libraires asso­ciés, 1963 (repro­duc­tion en fac-simi­lé de l'édition de Paris, J. Kerver, 1546, parue sous le titre Hypnerotomachie ou Discours du songe de Poliphile).

 

 

Sommaires