> Notre songe, 5-10

Notre songe, 5-10

Par |2018-10-18T05:11:01+00:00 3 mai 2016|Catégories : Chroniques|

 

 

5

 

il y avoit
mer­veilleuse abon­dance

de por­phyres
jaspes

et ser­pen­tines
de toutes cou­leurs

*

la mer

en la face longue
du cos­té droict                                                                                       (en aimant l’horizon)

estoient entaillées
aucunes figures

d’enfants
dan­sans

qui avoient chas­cun
deux visaiges

l’un riant
et l’autre pleu­rant

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

6

(un rêve)

puis une flamme
de feu

un bas­sin
à laver

un vase
à bibe­ron

un vase
antique

ayant la bouche cou­verte
et deux rameaux

l’un d'olive
et l’autre de palme

*

la mer

ancre
et lampe antique

tenue par un dau­phin

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

7

la mer

un timon de navire
auquel estoit atta­ché

une branche d’olivier

*

la mer

aux deux cos­tez
de nostre silence

estaient
deux petitz enfans

volans

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°


 

8

nostre vie
rap­por­tée

au silence

nostre vie
: tout

le tout
rap­por­té sur une pierre

de la coleur du ciel
quand il est serain

*

la mer
un che­val de mer

(un rêve)

les che­veux com­men­çoient
à prendre forme de rameaux

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

9

 

(un rêve)

tout
des­con­for­té

et mou­rant
de dueil

à cause de sa belle biche
qui estait lar­dée d’une flèche

*

(un rêve)

et son corps
qui se cou­vroit d’escorce

et deve­noit un bel arbre

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

10

 

(un rêve)

ses gra­cieux membres
se conver­tis­soient

en per­pé­tuelle ver­dure

*

et par ain­si
je retour­noie

tout sou­dain
à mon entre­prise

per­sé­vé­rant en la contem­pla­tion

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

En hom­mage au deve­nir, parce que pas­sé et pré­sent de la langue sont là en chaque ici et main­te­nant et demain, ces poèmes sont faits – prin­ci­pa­le­ment – de mots ayant trou­vé – beau – domi­cile dans l’ouvrage sui­vant :

Francesco Colonna, Le Songe de Poliphile [tra­duc­tion de Hypnerotomachia Poliphili], pré­sen­té par Albert-Marie Schmidt, Paris, Club des libraires de France, Les libraires asso­ciés, 1963 (repro­duc­tion en fac-simi­lé de l'édition de Paris, J. Kerver, 1546, parue sous le titre Hypnerotomachie ou Discours du songe de Poliphile).

 

X