> Jacques Ancet, Les livres et la vie

Jacques Ancet, Les livres et la vie

Par |2018-01-03T20:26:41+00:00 4 octobre 2015|Catégories : Critiques|

 

C'est tou­jours avec un vague malaise, un peu super­sti­tieux peut-être, que je lis les auto­bio­gra­phies : leur auteur s'y dévoile comme à la fin d'une vie, pré­sen­tant un bilan qu'il assor­tit géné­ra­le­ment d'un occulte plai­doyer pro-domo. Cependant, lorsque le témoi­gnage se déve­loppe autour d'un thème par­ti­cu­lier (ici lit­té­ra­ture et poé­sie) et plaide avec fran­chise pour l'exposé du lent pro­ces­sus d'évolution d'une pas­sion créa­trice, telle que celle du poète et tra­duc­teur Jacques Ancet pour la poé­sie, j'avoue que la curio­si­té l'emporte. Jacques Ancet dans ce livre décrit et résume un tra­jet d'écrivain depuis son ori­gine jusqu'au pré­sent, avec le charme des mémoires ; de sur­croît pour un lec­teur exté­rieur, il nous ini­tie avec sim­pli­ci­té au che­mi­ne­ment d'un talent créa­teur, à tra­vers les livres et les cir­cons­tances qui ont accom­pa­gné sa matu­ra­tion. L'intérêt du livre est qu'il semble ne rien esqui­ver des joies et des déboires du poète en cours de conquête de son espace poé­tique. Les illu­sions et les dés­illu­sions, les pro­blèmes théo­riques ou pra­tiques qu'il se pose, de la concep­tion de la lit­té­ra­ture et de la poé­sie qu'il se forge, jusqu'à la réso­lu­tion du dif­fi­cile pro­blème pour un poète nou­veau (sur­tout) de trou­ver édi­teur. Ce pro­ces­sus vital est l'occasion de diverses médi­ta­tions, en pas­sant, qui entre­mêlent la vie et la réflexion sur la vie, les livres et la réflexion sur les auteurs et les influences. De sorte que chaque page de ce regard en arrière nour­rit aus­si de ses sur­prises la médi­ta­tion du lec­teur tou­jours avide, comme moi, de connaître par où passent les germes de la créa­tion chez un artiste, poète ou musi­cien, et d'observer quelle sorte de che­mi­ne­ment les déve­loppe et les accom­plit après toutes sortes de méandres laby­rin­thiques ! Il faut sans doute une cer­taine force inté­rieure pour consen­tir à expo­ser les rami­fi­ca­tions intimes qui ont abou­ti à l'oeuvre riche et diverse dont Jacques Ancet peut exci­per aujourd'hui. S'il ne fal­lait ici témoi­gner de cette richesse que par une seule cita­tion, je choi­si­rais ce pas­sage-ci qui me semble d'une jus­tesse, – euh, com­ment dire ? – irré­mé­diable ! Le voi­ci, extrait de la page 71 : « […] Parler – écrire -, ce serait faire réson­ner le monde, en tirer une cer­taine réso­nance. Notre rap­port au monde étant de part en part média­ti­sé, consti­tué, même, par le lan­gage, toute parole véri­table, parce qu'elle est une parole à l'état nais­sant, engendre d'une cer­taine façon un monde qui, lui-aus­si, nous appa­raît à l'état nais­sant. La poé­sie serait donc une parole qui sus­cite un monde. […] » Il me semble qu'une auto­bio­gra­phie lit­té­raire qui nous amène avec une telle sim­pli­ci­té à des idées aus­si ins­pi­rantes, mérite tout à fait d'intéresser au pre­mier chef tous les amis obs­ti­nés de la poé­sie et de la lit­té­ra­ture.

Pour se pro­cu­rer ce livre :

http://​edi​tions​-cen​tri​fuges​.blog​spot​.fr/​2​0​1​5​/​0​6​/​j​a​c​q​u​e​s​-​a​n​c​e​t​-​e​t​-​a​n​d​r​e​-​p​i​e​r​r​e​-​a​r​n​a​l​-​l​e​s​.​h​tml

Pour se pro­cu­rer Petite suite pour jours obs­curs, récent recueil de Jacques Ancet édi­té chez Recours au Poème édi­teurs :

http://​www​.recour​sau​poe​mee​di​teurs​.com/​c​o​n​t​e​m​p​o​r​a​i​n​s​/​p​e​t​i​t​e​-​s​u​i​t​e​-​p​o​u​r​-​j​o​u​r​s​-​o​b​s​c​urs

Pour se pro­cu­rer les deux der­niers livres parus ou réédi­tés de Xavier Bordes :

Le Sans Père à Plume, recueil.

http://​www​.recour​sau​poe​mee​di​teurs​.com/​p​r​e​m​i​e​r​s​-​p​o​e​m​e​s​/​l​e​-​s​a​n​s​-​p​r​e​-​p​l​ume

et

Un poète et le monde, entre­tiens

http://​www​.recour​sau​poe​mee​di​teurs​.com/​e​s​s​a​i​s​/​u​n​-​p​o​t​e​-​e​t​-​l​e​-​m​o​nde

 

 

 

 

 

X