« OULIPO ? Qu’est ceci ? Qu’est cela ? Qu’est-ce que OU ? Qu’est-ce que LI ? Qu’est-ce que PO ? OU c’est OUVROIR, un ate­lier. Pour fab­ri­quer quoi ? De la LI. LI c’est la lit­téra­ture, ce qu’on lit et ce qu’on rature. Quelle sorte de LI ? La LIPO.

PO sig­ni­fie poten­tiel. De la lit­téra­ture en quan­tité illim­itée, poten­tielle­ment pro­ductible jusqu’à la fin des temps, en quan­tités énormes, infinies pour toutes fins pra­tiques. » : ain­si le texte lim­i­naire par les émi­nents Mar­cel Bén­abou et Jacques Roubaud présente-t-il leur site oulipo.net entière­ment dévoué à la dif­fu­sion, à la pub­li­ca­tion, au partage des activ­ités de ce groupe, de ce mou­ve­ment lit­téraire qui tra­verse le temps pour faire grandir les poten­tial­ités de la lit­téra­ture par la pra­tique d’exercices sous con­traintes, rap­pelant donc que ce « faire » qui a déjà engen­dré des œuvres remar­quables, par­mi lesquelles celles de Mar­cel Duchamp, Ray­mond Que­neau, Georges Perec, renoue ain­si avec l’étymologie grecque du mot « poésie » : « poiein », « faire », « créer » !

Présen­tant de mul­ti­ples textes en ligne, dans cet espace frater­nel des oulip­i­ens, depuis la réca­pit­u­la­tion au fil des saisons des Jeud­is de l’Oulipo, la dif­fu­sion des pub­li­ca­tions de ses auteurs act­ifs, le partage des faits et dits de cha­cun, la con­fi­dence de mul­ti­ples con­traintes créa­tri­ces, récréa­tives, inspi­rantes, jusqu’à la note bio­bib­li­ographique de ses per­son­nal­ités mar­quantes d’un col­lec­tif qui, non seule­ment à tra­vers ses mem­bres fon­da­teurs mais encore à tra­vers ses fig­ures con­tem­po­raines les plus inno­vantes, est devenu le dia­pa­son d’œuvres aus­si majeures qu’intrigantes, depuis La Dis­pari­tion de Georges Perec jusqu’à Cent mille mil­liards de poèmes de Ray­mond Que­neau, en pas­sant par le récent Goncourt de la poésie 2021 revenu à Jacques Roubaud pour l’ensemble de ses recherch­es, à la croisée du jeu, de la poésie et des math­é­ma­tiques, dont peut-être l’un des écrits les plus intimes, Quelque chose noir, 1986, fait jail­lir la lumière de la plus obscure des épreuves, la perte de l’être aimé…

OULIPO, cat­a­logue de l’exposition du 18 novem­bre 2014 au 15 févri­er 2015, BnF/Gallimard
oulipo.net

Ce site riche tant de son his­toire passée pres­tigieuse que de ses décou­vertes présentes nova­tri­ces, offre un vis­age divers, pluriel, mul­ti­ple, à un groupe de recherche dont la somme dépasse les indi­vid­u­al­ités et dont la quête com­mune essen­tielle fait égale­ment ressor­tir la sin­gu­lar­ité de cha­cun de ses insti­ga­teurs. Dans un souci que l’on pour­rait qual­i­fi­er de péd­a­gogique, l’exploration des chefs d’œuvre de ce mou­ve­ment sans cesse renais­sant, pour ne pas devenir stricte bib­lio­thèque au sens « muséo­graphique » mais au con­traire encore s’avérer un labyrinthe vivant et résol­u­ment créatif, se dou­ble d’une invi­ta­tion à s’approprier les pos­si­bil­ités des con­signes d’écriture, des trou­vailles et autres inven­tions, telles celles pro­posées dans sa rubrique fon­da­trice : Con­traintes

C’est peut-être cette puis­sance éminem­ment poé­tique de l’écriture, vec­trice par les jeux de lan­gage d’une poésie tou­jours à réin­ven­ter, d’un agran­disse­ment des pos­si­bles, « Ouvrant » la « Lit­téra­ture » cachée dans les ratures de cha­cun à la « Poten­tial­ité » des tré­sors de la langue, des langues, à trou­ver entre les lignes de l’OuLiPo, con­fir­ma­tions sous-jacentes d’un grand mou­ve­ment inter­na­tion­al, cos­mopo­lite, uni­versel, à tra­vers lequel cha­cun peut repren­dre le flam­beau et devenir, dans cet espace, un de ses mul­ti­ples « poten­tiels », tous fils et filles de cette grande aven­ture, de cette mys­térieuse épopée, de cet énig­ma­tique réc­it, à la con­quête des pou­voirs mêmes les plus insoupçon­nés d’une poésie jamais défini­tive, tou­jours ouverte…

A lire : un entre­tien avec l’oulip­i­en Ian Monk, oulip­i­en sur Recours au poème => Ian Monk, oulip­i­en dans la forme

mm

Rémy Soual

Rémy Soual, enseignant de let­tres clas­siques et écrivain, ayant con­tribué dans des revues lit­téraires comme Souf­fles, Le Cap­i­tal des Mots, Kahel, Mange Monde, La Main Mil­lé­naire, ayant col­laboré avec des artistes plas­ti­ciens et rédigé des chroniques d’art pour Olé Mag­a­zine, à suiv­re sur son blog d’écri­t­ure : La rive des mots, www.larivedesmots.com Paru­tions : L’esquisse du geste suivi de Linéa­ments, 2013. La nuit sou­veraine, 2014. Par­cours, ouvrage col­lec­tif à la croisée d’artistes plas­ti­ciens, co-édité par l’as­so­ci­a­tion « Les oiseaux de pas­sage », 2017.