La maternité dans la poésie contemporaine des Indiens d’Amérique

 

I am politi­cized rather than par­a­lyzed by the struggles
(Je suis poli­tisée plutôt que paralysée par les luttes) 

Lin­da Hogan in “The Two Lives”

 

Au con­traire du sys­tème patri­ar­cal occi­den­tal où l’identité d’une per­son­ne est déter­minée par la fig­ure et le nom du père, la survie et la con­ti­nu­ité des cul­tures Indi­ennes est assurée par la fig­ure de la mère. Dire le nom de votre mère per­met aux gens de vous plac­er pré­cisé­ment dans le réseau des rela­tions intra et extra-com­mu­nau­taires. L’identité d’un Indi­en et sa place dans la société vue sous l’angle de ses dimen­sions cul­turelles, spir­ituelles, per­son­nelles et his­toriques, dépend de l’identité de sa mère. Con­naître et avoir des rela­tions har­monieuses avec sa mère est la pre­mière réus­site d’une vie à l’Indienne, ne pas con­naître sa mère sig­ni­fie perte, échec, soli­tude, étrangeté ressen­tie par rap­port à sa pro­pre vie. Le rôle tra­di­tion­nel des femmes au sein des com­mu­nautés Native Amer­i­can est avant tout de con­tribuer à la cohé­sion du tis­su social. Par la trans­mis­sion des savoirs, des chants et des con­tes, mais aus­si au jour le jour en offrant atten­tions, ser­vices et soins à ceux qui en ont besoin.  Les femmes auteures issues de ces com­mu­nautés savent le réseau com­plexe des inter­con­nex­ions. L’inter-connectivité con­stitue à la fois la forme et le con­tenu de la lit­téra­ture des Indi­ens d’Amérique. A sa source les rela­tions entre iden­tité cul­turelle et iden­tité per­son­nelle qui sont inex­tri­ca­ble­ment emmêlées et qui se dif­fusent dans les domaines du spir­ituel et de la nature. La mater­nité pour cer­taines de ces auteures est au cen­tre de ce réseau inter­con­nec­té fait de rela­tions et de rap­ports avec l’identité, la com­mu­nauté, la tra­di­tion, et l’environnement, qu’il soit faune, flo­re, réseau de riv­ières, mon­tagnes, plaines etc. Kim Blaeser (Anishi­naabe) l’exprime très bien dans son poème : « In the womb of your moth­er nation/ heart­beats  sound like drums/ drums like thunder[…]This is the sound /of trees falling in the woods /when they are heard, of red nations falling / when they are remem­bered.  And we turn this sound /over and over again /until it becomes /fertile ground /from which we will build /new nations /upon the ash­es of our ances­tors. Until it becomes /the rat­tle of a new rev­o­lu­tion these fingers/drumming on keys. Dans le ven­tre de votre mère nation/les bat­te­ments du cœur son­nent comme des tambours/les tam­bours comme le ton­nerre […] c’est le son des arbres abat­tus dans la forêt/ quand on les entend/ces rouges nations tomber/quand on s’en sou­vient. Et nous trans­for­mons ce son/ encore et encore/jusqu’à ce qu’il devienne/sol fertile/sur lequel nous bâtirons /de nou­velles nations/sur les cen­dres de nos ancêtres ; jusqu’à ce que cela devienne/le gron­de­ment d’une nou­velle révo­lu­tion ces doigts/frappant le clavier.»

     Je prendrai deux poètes plus par­ti­c­ulière­ment en exem­ple, Deb­o­rah Miran­da (Esse­len) et Diane Glan­cy (Chero­kee) parce que leurs recueils con­cen­trent ces réflex­ions sur la mater­nité, mais je pour­rais égale­ment citer John Trudell (Sioux San­tee) et son poème See the Woman, , ou encore Esther Belin et Luci Tapa­hon­so (toutes deux Nava­jo) ou encore Cheryl Sav­ageau (Abena­ki), et la toute jeune Layli Long Sol­dier (Sioux Lako­ta), mais aus­si le sar­cas­tique et grinçant Sher­man Alex­ie dans son excel­lent receuil de poèmes Old Shirts, New Skins. Dans les recueils de Deb­o­rah Miran­da Indi­an Car­tog­ra­phy et Zen of La Llorona,  dans ceux de Diane Glan­cy (Masks, the Dream of Bro­ken Field),  la voix qui habite le recueil et le hante, est bien la fig­ure mater­nelle qui se trou­ve d’une cer­taine façon dis­tan­ciée, au sens lit­téral comme fig­uré, déplacé, déporté. On devine que la rela­tion mater­nelle a été inter­rompue pour toutes sortes de rai­son his­toriques, et cela fonc­tionne comme la métaphore de la rup­ture-his­torique de la com­mu­nauté avec la tra­di­tion, avec un ter­ri­toire, résul­tat du aux effets de la coloni­sa­tion. Sachant que les auteur(e)s Indi­ens ne font pas de dif­férence fon­da­men­tale entre Poésie et prose, poème et roman, puisqu’ils mêlent sou­vent les deux gen­res dans leurs livres, je voudrais évo­quer égale­ment la fig­ure de la mère sans enfant que Louise Erdrich (Anishi­naabe) nous mon­tre dans Tracks est ensuite rem­placée par la solide, la com­bat­ive, la mère nourri­cière dans Love Med­i­cine. Les deux romans font se pour­suiv­re l’histoire d’une com­mu­nauté Anishi­naabe en nous mon­trant la tran­si­tion essen­tielle depuis un état d’esprit colo­nial jusqu’à post-colo­nial, et ce au tra­vers du rap­port à la reli­gion et à la mater­nité. Mais cela dit, dans ces romans aus­si, le rap­port mère adoptive/fille se développe et enracine les filles dans un lieu tout en ren­forçant leur rela­tion à la terre, tout en éveil­lant leur con­science à leur héritage cul­turel et com­mu­nau­taire. Dans ces romans l’évolution du rap­port mère adoptive/fille appa­raît comme une méth­ode, un procédé grâce auquel les com­mu­nautés Indi­ennes récla­ment leurs ter­res et leurs cul­tures. Chaque roman explore le sym­bole duel de la mater­nité qui simul­tané­ment représente rup­ture et renouveau.

      La per­cep­tion Indi­enne du monde veut que le terme de mater­nité, de mère, fasse référence à la terre, la planète qui héberge et nour­rit tous les êtres vivants. La terre-mère, nat­u­rante, la nature, voilà des notions que les Indi­ens inclu­ent comme des élé­ments indis­pens­ables, insé­para­bles de la société humaine. La coex­is­tence paci­fique des hommes avec la terre et entre eux leur appa­raît comme la con­di­tion de la survie. Les change­ments rad­i­caux qui ont affec­té le social, le poli­tique et l’environnemental exi­gent des Indi­ens un sens de leur iden­tité très ancré et très équili­bré sans quoi ils som­brent. Ce sens est basé sur des rela­tions trans-per­son­nelles avec la com­mu­nauté, avec le milieu naturel, avec les mythes ain­si qu’une adhé­sion aux croy­ances tra­di­tion­nelles qui font du passé, un présent et un futur. Chaque mem­bre de la com­mu­nauté doit con­naître en détail son his­toire per­son­nelle, y com­pris les événe­ments douloureux ou trag­iques subis par des généra­tions antérieures, afin de garder l’équilibre entre les trois temps. La mater­nité telle que présen­tée dans la poésie de Deb­o­rah Miran­da ques­tionne la pos­si­bil­ité d’être maternant(e) et nourri­cière dans un monde vio­lent. Elle dit : « La mater­nité est un monde en soi, chao­tique et imprévis­i­ble. La clé de mes poèmes sont his­toriques, tirés d’événements trau­ma­tiques depuis la coloni­sa­tion bru­tale des peu­ples indigènes de Cal­i­fornie par les Espag­nols jusqu’au 11 sep­tem­bre 2011 et les guer­res en Iraq et en Afghanistan. La ques­tion c’est : com­ment sur­vivre à la destruc­tion sans se détru­ire soi-même ? Com­ment la terre, l’amour, la com­mu­nauté et le tra­vail nour­ris­sent la créa­tion, et trans­met­tent l’espoir. J’utilise la fig­ure mythique de La LLorona dite aus­si The Weep­ing Woman (Femme qui Pleure.) Par dés­espoir, dans un pre­mier temps elle tue ses enfants, et passe le reste de ses jours à les pleur­er.  Mes poèmes veu­lent explor­er la mys­térieuse fas­ci­na­tion que nous entretenons avec le dés­espoir et au tra­vers des poèmes emmen­er le lecteur vers un cen­tre de clarté et de joie. Tout le monde perd quelque chose, et cha­cun doit trou­ver une atti­tude par rap­port à cette perte. La pleureuse dit non-sens, il y a tou­jours quelque chose à per­dre, mais les poèmes dis­ent non, ce quelque chose qui reste doit être préservé, célébré, il est le cœur de notre renais­sance, en tant qu’Indiens, en tant que mères aussi. »

    Cheryl Sav­ageau comme Deb­o­rah Miran­da veu­lent mon­tr­er com­ment une enfant trau­ma­tisée devient adulte et peut devenir une femme forte et aimante. Par­ler de sur­vivance, évo­quer la vie d’une femme Indi­enne depuis sa con­cep­tion jusqu’à la quar­an­taine, regarder les prob­lèmes de vio­lence domes­tique, d’abandon, de racisme, de viol, d’addiction, observ­er com­ment on tombe amoureuse, com­ment on devient mère (au sens biologique et métaphorique) tous ces sujets sont trans­for­més en un chant, devi­en­nent lyrisme dans les recueils de Deb­o­rah Miran­da, devi­en­nent humour grinçant et dig­nité retrou­vée dans les poèmes de Diane Glan­cy. Tous les poèmes des auteur(e)s citées plus haut nous enseignent com­ment sur­vivre aux pires atroc­ités sans devenir les destruc­teurs de nous-mêmes. Mater­nité, ce mot veut exacte­ment sig­ni­fi­er cette atti­tude vis-à-vis de la vie et sa cru­auté : sur­vivre, faire sur­vivre et man­i­fester de l’espoir, ne pas laiss­er per­me­t­tre que l’on puisse se détru­ire soi-même.

John trudell écrit: See the woman-Regardez la femme

She has a young face 
An old face
She car­ries her­self well 
In all ages 
She sur­vives all man has done 

In some tribes she is free […] 
In all instances 
She is sis­ter to earth
In all conditions
She is life bringer
In all life she is our necessity
 

See the woman spirit
Dai­ly serv­ing courage
With laughter
Her breath a dream
And a prayer

 

son vis­age est jeune
et il est vieux

elle a tra­ver­sé le temps saine et sauve
à toutes les époques
elle a survécu à ce que l’homme faisait

Dans  cer­taines tribus elle est libre

Dans tous les cas
Elle est sœur de la terre
Sous toutes les conditions
Elle est por­teuse de vie
Toute notre vie elle est notre nécessité

Voyez l’esprit de la femme
Chaque jour au ser­vice du courage
avec des rires
Son souf­fle est un rêve
Et une prière

 

     Les explo­rations faites par ces poètes nous per­met de visu­alis­er, de com­pren­dre les change­ments vécus au sein des tribus indi­ennes, per­met de mon­tr­er com­ment reli­er leurs expéri­ences passées et présentes avec un ter­ri­toire, des tra­di­tions qui seront trans­mis­es aux futures généra­tions. En quelque sorte la mater­nité est le moyen d’acquérir une sorte de pléni­tude de l’identité Indi­enne. Et bien des auteur(e)s nous présen­tent la mater­nité en tant que sym­bole et de la destruc­tion et de la renais­sance, ain­si que le représen­taient les anci­ennes déess­es prim­i­tives sur tous les con­ti­nents (pour nous en Europe il s’agirait de la fig­ure d’Hécate par exem­ple). De cette façon, tout en nous mon­trant les dégâts faits dans les com­mu­nautés, don­nent à la mater­nité son rôle et son pou­voir spir­ituel de créa­tion, de mise au monde, de réu­ni­fi­ca­tion et faisant cela ils/elles met­tent l’accent sur la renais­sance cul­turelle au sein des com­mu­nautés Indi­ennes ini­tiée depuis le début des années 60. Il faut avoir présent à l’esprit que cer­tains Indi­ens vivent encore leur his­toire et le géno­cide comme une guerre menée par la société blanche patri­ar­cale con­tre des cul­tures matri­ar­cales ou au min­i­mum matril­inéaires. La peur de la gynocratie incon­sciem­ment guidait la poli­tique menée par l’état Améri­cain. Et ce trau­ma est ressen­ti d’autant plus fort que la société blanche et sa course vers le pro­grès, en instal­lant usines et métrop­o­les, con­tin­ue de faire la guerre, cette fois à la terre-mère. Le déman­tèle­ment des cul­tures matri­ar­cales va donc de pair avec la détéri­o­ra­tion de l’environnement, la nature mater­nelle devant se pli­er aux dic­tats économiques, c’est-à-dire la précé­dence du court terme sur le long, de l’avidité sur la sagesse. Réduire l’importance de la mater­nité, détru­ire ses sym­bol­es et ses valeurs, per­me­t­tent ain­si que s’installent les règnes de la vio­lence et de l’injustice, de la honte de soi et de l’iniquité. L’économie trib­ale tra­di­tion­nelle était organ­isée par les femmes, on pour­rait même oser affirmer qu’elles étaient en charge de la gou­ver­nance soci­ologique de la tribu. La poli­tique de coloni­sa­tion qui a fait trem­bler sur ses bases ce sys­tème du passé, s’est dou­blée d’une poli­tique de déplace­ment, de dépor­ta­tion, vécue elle aus­si comme une attaque con­tre les valeurs mater­nelles. Le déracin­e­ment géo­graphique n’a fait qu’augmenter la vitesse avec laque­lle le déman­tèle­ment du sys­tème matri­ar­cal s’opérait, puisqu’une fois relo­cal­isés, les com­man­des de la tribu étaient con­fiées au bureau des affaires Indi­ennes, qui dépendait du min­istère de la guerre, à la tête duquel se trou­vait des agents cor­rom­pus, ne don­nant des postes de « respon­s­abil­ité » (dis­ci­pline, police trib­ale) qu’à des hommes, mem­bres de la tribu mais le plus sou­vent métis, sur qui le gou­verne­ment comp­tait pour « blanchir » les mœurs des Indi­ens. Le par­al­lèle entre destruc­tion de la valeur de la mater­nité et la destruc­tion de l’environnement est évo­qué dans les poèmes de Deb­o­rah Miran­da pour mieux exal­ter le pou­voir de régénéra­tion et de guéri­son que la nature pos­sède, sa bon­té mater­nelle per­met tou­jours à l’humain de revenir sur les « droits chemins ». J’en veux pour preuve ce poème de Deb­o­rah Miran­da: Une marche dans la forêt  

 

Pénètre-moi. Perds-toi en moi. A mesure que le temps passe,
apprends-moi à être sauvage. Aven­ture hors des rails, vie
sur les baies scin­til­lantes que per­son­ne d‘autre n’a goûté.
Glisse à tra­vers les four­rés de fougères,
de salal et de cèdre, ressens le bat­te­ment vert de mon cœur.
Mon souf­fle mur­mure le long de ta joue. Ecoute.
Jour et nuit, je t’entoure de chan­sons passionnées
chan­tées pen­dant la sai­son appropriée.

Ils t’ont dit que cette forêt fut han­tée par  des fantômes
d’un crime qui ne pour­ront jamais trou­ver le repos. Ce n’est pas vrai.
Oui, d’anciennes racines sont ancrées pro­fondes dans la survie,
déjà mon âme se trou­ve  nou­velle­ment feuil­lue : ten­dre, changeante,
s’ouvrant à la lumière. Tu dois saisir ta chance
ici. Reste suff­isam­ment longtemps, bois
au–delà du froid, les eaux du print­emps nourricier.
Tu te trans­formeras en une créature
dont les traces déli­cates ne sont pas propriétaires
mais qui possèdent.

     Il faut aus­si soulign­er que l’interdiction des pra­tiques spir­ituelles édic­tée par les gou­verne­ments Améri­cains sig­nifi­ait une perte de la cohé­sion des com­mu­nautés, divisées en fac­tions, por­tant dif­férents noms et labels selon les influ­ences subies (Epis­co­paliens, Luthériens, Bap­tistes, catholiques, etc.) En effet la pra­tique des rit­uels est dans l’esprit Indi­en relié au mater­nel. Vivre privé des céré­monies tra­di­tion­nelles c’est comme vivre orphe­lin. La vie spir­ituelle était la vie de la tribu en sa glob­al­ité, elle con­sti­tu­ait la vie de la tribu même. S’y atta­quer c’était saper les bases et les valeurs mater­nelles des sociétés Indi­ennes. Dire vie spir­ituelle dans le con­texte Indi­en tra­di­tion­nel, c’est dire ini­ti­a­tion, que les mères don­naient et don­nent encore aux enfants par le biais d’histoires racon­tées : his­toires des ancêtres, his­toires de la tribu afin d’inculquer le sens d’une iden­tité per­son­nelle en rela­tion avec la com­mu­nauté entière, mais aus­si les mythes, et cet ensem­ble représen­tait l’enseignement sacré qu’un enfant était en droit de recevoir pour à son tour trans­met­tre et pour vivre en Indi­en, (le cor­pus des his­toires racon­tées étant l’équivalent de nos ency­clopédies.) Car tous ces réc­its que les mères chantent ou racon­tent aux enfants ont la par­tic­u­lar­ité de cen­tr­er le pro­pos sur le bien-être col­lec­tif. Ils encour­a­gent à la sub­or­di­na­tion de l’individuel aux besoins de la tribu. Voilà aus­si ce que mater­nité sig­ni­fie dans les esprits Indi­ens : le dévoue­ment, le courage, la générosité et la ver­tu du partage, la tolérance et la patience, l’humilité et la sagesse, le goût de faire du bien aux autres, la con­nais­sance fine des ressorts psy­chologiques des êtres humains et le sens de vivre ensem­ble en har­monie. Encore un exem­ple du rap­port mère-fille, mis à mal, mais néan­moins vivant :

 

Nous fûmes réu­nies de nouveau
dans une petite maison.
J’avais ma pro­pre chambre
et devant : un palmi­er géant […] Je me sou­viens des cris constants
des oiseaux morts de faim me réveillant
chaque matin, un bal­let d’ailes et leurs par­ents allaient et venaient
avec de la nour­ri­t­ure. Je courais à la cuisine
y trou­vais tes bras

et le petit déje­uner m’attendait […] Maman, je t’avais retrouvée
et pen­dant des années me suis trou­vée réveillée
par la clameur d’oiseaux
dans les arbres, un cri particulier,
ne sachant pas com­ment le satisfaire,
ce manque, béant besoin,
pour­tant je me sou­viens comment
tu t’y employas.

Dans ce poème Deb­o­rah Miran­da nous mon­tre une mère aimante mais dépassée par le cha­grin que sa fille bien sou­vent éprou­ve. Pour­tant elle ne renonce pas.

     Diane Glan­cy quant à elle nous fait partager une autre expéri­ence : une mère présente, qui n’a jamais dis­parue, mais qui reproche à sa fille d’être la charge qui l’empêche de quit­ter la mai­son et l’état d’Arkansas, autre­fois nom­mé Indi­an Ter­ri­to­ry. « Moth­er of vast lone­li­ness and dis­a­point­ment », vaste comme les plaines her­beuses, coupante comme les herbes sèch­es. Mère dont l’attitude enseigne com­bi­en l’autre, même proche,  peut-être l’étranger et pour­tant cette mère insiste et tient à assumer cette respon­s­abil­ité de mère …”with cords that could be cut, she swept with a broom which was her tongue […] My lan­guage was a suit­case […] For­give me moth­er, I know your sac­ri­fice. Avec des cordes qui pou­vaient être coupées, elle bal­ayait avec le bal­ai de sa langue… mon lan­gage était une valise. Par­donne-moi, mère, je sais ton sac­ri­fice. ” Et plus loin : « je t’ai envoyée au loin, sur un vais­seau, et t’ai vue accoster un ter­ri­toire que je n’atteindrai jamais, mais j’ai récupéré les planch­es du naufrage et m’en suis fait une plage en bois qui ressem­ble presque à ma terre. » cette opéra­tion de résilience n’aurait pas été pos­si­ble sans la fig­ure de la grand-mère pater­nelle, de la com­mu­nauté de ses cousins au sein du peu­ple Chero­kee, envi­ron­nement mater­nant, mère de sub­sti­tu­tion trans­met­tant les valeurs tra­di­tion­nelles asso­ciées à la maternité.

     Il y a aus­si le cas Joy Har­jo (Creek.) Elle est poète-chanteuse-con­teuse et en cela elle est déjà fig­ure mater­nelle. En racon­tant elle obéit aux tra­di­tions orales qui nour­ris­sent la vie indi­vidu­elle et cul­turelle ; les mères trans­met­tent et met­tent dans les mémoires les ger­mes qui per­me­t­tront aux enfants gran­dis­sant de savoir s’adapter et de savoir inter­préter les événe­ments sous l’angle des valeurs cul­turelles de leurs com­mu­nautés. Les mythes eux-mêmes met­tent en scène des femmes telles Grand-Mère-Araignée, Femme-qui-Change, Yel­low-Woman, Thought Woman, et toutes ramè­nent les humains à la vie non pas en les enfan­tant, non pas biologique­ment, mais en chan­tant. La con­cep­tion de la vie indi­vidu­elle Indi­enne trou­ve son orig­ine dans les réc­its, dans les mythes et la cul­ture Indi­enne trou­ve son orig­ine dans les qual­ités pre­mières de ces fig­ures sacrées, on pour­rait presque dire déités. Et au-delà ce rôle assumé (elle a écrit des poèmes pour enfant rassem­blés dans un recueil inti­t­ulé For a Girl Becom­ing-Pour une fille en devenir), Joy Har­jo nous fait aus­si part de son expéri­ence de mère ado­les­cente. Le rôle qu’elle entend der­rière le mot mater­nité sonne aus­si comme guer­rière, comme mil­i­tante, sonne comme tolérance et refus de juger. Et cela veut dire aus­si sur­mon­ter la honte inculquée ou spon­tané­ment acquise qui ronge les com­mu­nautés indi­ennes et les psy­chés. La poète et anthro­plo­giste Karenne Wood(Monacan) écrit ce poème pour Joy Har­jo : In mem­o­ry of Shame

 

Sou­viens-toi, avant de naître
Nous nagions dans une riv­ière de sang.
Blot­ties dans le chant des femmes
Nous pous­sions nos vies vers l’avant
Car nous voulions respir­er l’air.
Nous n’étions coupables de rien alors.

Il nous a fal­lu des années pour en appren­dre chaque
couche, pour les dépli­er délicatement
comme un amant, notre honte
pour trou­ver qu’après tout nous étions celles
qui l’avions incrustée dans nos chairs
qui l’avions aimée et
et à qui nous avions don­né des parts de nous-mêmes
parce que c’était de notre faute et parce que nous n’avions rien fait de mal
parce que nous par­lions et parce que nous n’avions rien à dire
parce que nous étions igno­rantes et parce que nous en savions trop
parce que nous nég­li­gions nos enfants et parce que nous voulions les protéger
parce que nous buvions et parce que nous ces­sions de boire
parce que nous étions indus­trieuses et parce que nous n’avions aucune urgence
parce que nous étions jeunes, vieilles, gross­es, osseuses, avachies, assurées,
égoïstes, sans ego, froides, immorales, coupables

                                        parce nous aimions trop ou pas assez
                                       parce que nous ne pou­vions frire des œufs correctement
                                       parce que nos maisons recélaient de la pous­sière dans les coins
                                      parce que nous restions et que nous partions
                                      parce que nos vis­ages n’étaient pas ceux que l’on attendait

 

ou encore de Deb­o­rah Miranda : 

 

Honte est la sorte d’enfant
que les femmes met­tent au monde et dont
elles veu­lent se débarrasser,
elles prient secrète­ment : Seigneur, grandis,
démé­nage, change de nom ![…]

Je veux écrire ce poème pour Honte,
une déli­cate ten­dresse […] Je veux embrass­er ses poings serrés
lui dire
qu’elle a de belles mains.

 

La mater­nité dans les poèmes de Diane Glan­cy, de Deb­o­rah Miran­da et d’autres, est l’expérience la plus douloureuse de la poli­tique d’acculturation menée par la société blanche dom­i­nante et qu’ont subi les com­mu­nautés Indi­ennes. Mais d’un autre côté l’expérience de la mater­nité englobe la croy­ance panin­di­enne qu’elle est spir­ituelle­ment reliée à la terre, qu’elle est la con­tin­u­a­tion et la con­di­tion de la survie de la cul­ture. La mater­nité est donc essen­tielle à la notion et au sen­ti­ment d’identité indi­vidu­elle comme com­mu­nau­taire. Mais les auteur(e)s  se gar­dent bien d’avoir une vision roman­tique sur la mater­nité, de même ils/elles ne se com­plaisent pas dans la descrip­tion de la souf­france due à la perte des repères cul­turels et com­mu­nau­taires dont on est le témoin sur les réserves aujourd’hui. Elles intè­grent ces deux sig­ni­fi­ca­tions pour uni­fi­er leur con­cep­tion de la mater­nité. Dans leurs écrits, elles explorent sous le rap­port de la mater­nité, la con­tin­uelle exploita­tion des Indi­ens et de l’environnement. Mais cette mater­nité qui n’est pas que biologique, est le moyen grâce auquel les indi­vidus s’adaptent au nou­veau monde des com­mu­nautés Indi­ennes et reviv­i­fient, régénèrent leur iden­tité cul­turelle. Les poèmes (mais aus­si les romans) d’une cer­taine façon témoignent, d’un point de vue plus com­préhen­sif, sur la mater­nité comme ils restent en phase avec les valeurs Indi­ennes holis­tiques tra­di­tion­nelles. Les auteures, mères biologiques et adop­tives elles-mêmes, nous présen­tent l’adoption comme une force néces­saire d’intégration des indi­vidus et des iden­tités com­mu­nau­taires qui ancre les Indi­ens et leur don­nent le sens du lieu et du passé comme indis­so­cia­bles l’un de l’autre.

     Les auteur(e)s Indi­ens sont très conscient(e)s de représen­ter une alter­na­tive aux tech­niques lit­téraires occi­den­tales comme aux attentes des lecteurs. Ils savent qu’ils met­tent en place une var­iété de straté­gies de résis­tance con­tre les vues impéri­al­istes glob­al­isantes, ils célèbrent les valeurs Indi­ennes que la con­ver­sion for­cée au chris­tian­isme aurait voulu éradi­quer. Paula Gunn Allen en 1986 écrivait : « la déval­u­a­tion du rôle des femmes a accom­pa­g­né les ten­ta­tives de chris­tian­i­sa­tion et d’occidentalisation des pop­u­la­tions Indi­ennes.» Le fait qu’ait été imposée une édu­ca­tion à l’occidentale pour les enfants Indi­ens a causé des change­ments, des dis­tor­sions dans les modes de vie des com­mu­nautés Indi­ennes. Les mou­ve­ments fémin­istes des Indi­ennes ont été pris au piège de l’A.I.M. (Amer­i­can Indi­an move­ment) dirigé par des hommes qui voy­aient cer­taines luttes plus essen­tielles et plus urgentes que d’améliorer le sort des femmes au sein de leurs com­mu­nautés. Piège aus­si pour ces hommes, qui au nom de l’égalité eth­nique s’alignaient sur le sys­tème patri­ar­cal insti­tu­tion­nal­isé afin d’avoir le même statut que tout homme blanc. Au début des années 70, les Indi­ennes se sont trou­vées pressées de choisir entre se bat­tre con­tre l’oppression raciste ou bien l’oppression mas­cu­line. Elles n’ont jamais cessé de se référ­er aux rôles tra­di­tion­nels des femmes Indi­ennes afin que leur approche du fémin­isme coïn­cide avec le mil­i­tan­tisme Indi­en con­tre la société dom­i­nante. Si le fémin­isme des occi­den­tales récla­mait de se défaire du fardeau de la mater­nité, les Indi­ennes au con­traire mil­i­taient pour l’acquisition d’une lib­erté per­son­nelle et la récupéra­tion d’une iden­tité pleine­ment Indi­enne, qui passe oblig­a­toire­ment par l’expérience de la maternité.

     La cohé­sion des tribus s’est trou­vée mise à mal lorsque l’équilibre reposant sur les rela­tions entre femmes dans la com­mu­nauté a été affaib­li. Les cul­tures Indi­ennes croy­aient en la ver­tu de l’harmonie. La femme était au cen­tre du réseau com­plexe des rela­tions qui con­stru­i­sait l’équilibre et procu­rait l’harmonie, en par­ti­c­uli­er les « aînées ». Les femmes Indi­ennes et les auteures par­mi elles veu­lent faire val­oir leur ancien sys­tème égal­i­taire, dit matri­ar­cal ou gynar­chique, selon des tra­di­tions con­sid­érées comme sacrées. Les auteures Indi­ennes en témoignant, en évo­quant, en faisant vivre des per­son­nages féminins imprégnés de ces tra­di­tions mili­tent pour la com­plé­men­tar­ité des gen­res en deman­dant que soit recon­nue la dig­nité et le pou­voir bien­faisant des mères au sein des com­mu­nautés. En mon­trant des per­son­nal­ités féminines fortes dont les vies et les expéri­ences sont au ser­vice de la com­mu­nauté elles revendiquent pour les femmes qu’on les grat­i­fie en retour d’un grand respect et d’une forme d’autorité.

 

 

mm

Béatrice Machet

Vit entre le sud de la France et les Etats Unis. Auteure de dix recueils de poésie en français et deux en Anglais, tra­duc­trice des auteurs Indi­ens d’Amérique du nord. Per­forme, donne des réc­i­tals poé­tiques en col­lab­o­ra­tion avec des danseurs, com­pos­i­teurs et musi­ciens. Pub­liée entre autres chez l’Amourier (Muer), VOIX (DER de DRE), pour les ouvrages bilingues ASM Press (For Uni­ty, 2015) Pour les tra­duc­tions : L’Attente(cartographie Chero­kee), ASM Press (Trick­ster Clan, antholo­gie, 24 poètes Indi­ens)… Elle est mem­bre du col­lec­tif de poètes sonores et per­for­mat­ifs Ecrits- Stu­dio. Par ailleurs elle réalise et ani­me chaque deux­ième ven­dre­di du mois une émis­sion de 40 min­utes con­sacrée à la poésie con­tem­po­raine sur les ondes de radio Ago­ra à Grasse.. En 2019, elle pub­lie Tirage(s) de Tête(s) aux édi­tions Les lieux dits.