Eva-Maria Berg, poète alle­mande fran­cophile, signe sa troisième col­lab­o­ra­tion en trois ans avec les édi­tions L’Atelier des Noy­ers. Il s’agit d’un ouvrage divisé en cinq par­ties dont la cinquième donne son titre au livre et dont la liste des titres con­stitue déjà, à elle seule, un poème.  Le livre est bilingue, la ver­sion française est le fruit du tra­vail de l’auteure mêlé à celui de Max Alhau et d’Olivier Delbard.

Le pre­mier poème nous plonge d’emblée dans l’univers bien recon­naiss­able d’Eva-Maria Berg, elle dont le regard fait tou­jours le lien entre un con­texte par­ti­c­uli­er don­né et des ques­tions méta­physiques plus générales. « Comme si un matin / n’était que le com­mence­ment / » écrit-elle. Et tout tient dans le comme si, car en fin de compte ce qu’elle décrit est un début de la fin, un automne, des corps morts jon­chant une plage, cadavres de migrants, nom­més « coureurs des vagues »,  chas­sés de leurs pays comme les feuilles sont chas­sées des arbres après l’été.

Le deux­ième court poème saisit en huit vers la con­di­tion aus­si bien humaine qu’animale dans un con­texte citadin : pour les humains les parcs, pour les oiseaux les toits, et pour tous une fois la mort arrivée, les plus ou moins grandes pro­fondeurs de la terre, sym­bole d’oubli. Et c’est sur l’oubli que rebon­dit et s’attarde l’auteure dans le troisième poème en évo­quant cette con­science humaine ayant la capac­ité de s’étendre aux dimen­sions de la planète, prév­enue qu’elle est des drames et des con­flits, de la diver­sité men­acée, et tout cela se passe sous un ciel nuageux. Ciel qui avec la com­plic­ité du soleil, mais aus­si du vent, à l’en croire le qua­trième et cinquième poème, n’est peut-être pas aus­si inno­cent qu’on veut bien le penser. Là encore on retrou­ve la touche et la palette d’Eva-Maria Berg, celle qui égalise et uni­ver­salise, celle qui fait des humains des frères et sœurs aux rêves équiv­a­lents et dont les peaux, ain­si que le veut le mélange des couleurs, se décli­nent « dans toutes les nuances de gris ».

Eva-Maria Berg, Étour­di de soleil, œuvres plas­tiques Yan­nick Bon­vin Rey, L’atelier des Noy­ers, hors col­lec­tion, 113 pages, 15 euros.

Grâce à la justesse de son regard, rel­a­tivisant l’échelle du temps, Eva-Maria Berg nous invite à une mise à dis­tance cos­mique, elle forge pour nous une forme de sagesse qui per­met d’écrire :

Comme le sommet
de l’iceberg
la plus haute sculpture
de la ville brille
sous le soleil
peut-être un jour
son or
fon­dra aus­si 

Poésie sans majus­cule, sans ponc­tu­a­tion, poésie ver­ti­cale dont nous sommes, lecteurs, les témoins ; poésie ver­ti­cale au sens de Rober­to Juar­roz, à pro­pos de laque­lle le poète Philippe Jac­cot­tet écrivait : “Dès les pre­miers vers, on entend une voix autre, décidée, tran­chante et rigoureuse. L’homme… médite avec hardiesse sur le lieu qu’il occupe, les rap­ports du dedans et du dehors, du cen­tre et de la périphérie, de la parole et du silence, de l’ab­sence et de la présence. »  C’est bien entre ces pôles que le regard de la poétesse, tout au long du recueil, nav­igue, en décrivant des tours du monde à sa façon.

« oubli­er veut dire aus­si / se rap­pel­er / l’essentiel / qui est absent » écrit Eva-Maria comme pour répon­dre à Rober­to Juar­roz qui lui affirmait :

« Et en faisant l’appel / il s’agit de ne pas se tromper : / aucune chose ne peut en nom­mer une autre. / Rien ne doit rem­plac­er ce qui est absent »

Eva-Maria Berg nous offre une poésie de l’intérieur nour­rie par l’extérieur, qui sans apprêt, sans fior­i­t­ure, tranche certes mais sans cru­auté, nous expose la con­di­tion dérisoire non seule­ment humaine (exils, épreuves, soli­tude, extrême pau­vreté, espoirs et rêves), mais aus­si con­di­tion de tout ce qui est vivant et sur lequel l’impact des activ­ités humaines est hélas, mal­gré quelques héros exem­plaires, le plus sou­vent néfaste, nuis­i­ble. L’œil du poète, puis celui du lecteur, est à la fois impuis­sant et salvateur :

« qui cherche la pluie / dans un poème écoute / les innom­brables gouttes / qui arrê­tent une mon­tre / avant l’expiration / de sa garantie / il recueille les miettes / du pain mouil­lé / afin de les séch­er / pour l’estomac / sen­si­ble d’un pigeon »

S’il est une vérité qui saute aux yeux en par­courant le livre, c’est bien, et c’est un lieu com­mun, Emer­son et Wittgen­stein l’ayant mieux exprimé, mais le redire encore, com­bi­en l’humain en se faisant acteur et respon­s­able de son lan­gage, définit la rela­tion qu’il établit avec le monde et la réal­ité. Eva-Maria Berg fait plus que mon­tr­er, elle dit son expéri­ence de vie, toutes antennes déployées elle sait assez du monde pour que, même les yeux fer­més, elle puisse ressen­tir ce qu’elle ne voit pas. Dans son «  Sein und Zeit » à elle, elle cor­ro­bore par l’expérience l’idée que le Dasein se tem­po­ralise par son être au monde. Et quand lan­gage et silence, quand jour et nuit coïn­ci­dent, le mot s’accorde au souf­fle et cela ouvre un espace qui fait sor­tir du quo­ti­di­en, propulse vers un avant du futur nour­ri par le passé.

Paysages aqua­tiques, ou bien feuilles dans le vent, les œuvres de Yan­nick Bon­vin Rey, artiste Suisse, sont venues accom­pa­g­n­er le texte d’Eva-Maria après écri­t­ure, comme pour illus­tr­er ce poème de la page 36 qui ouvre la deux­ième par­tie : « un jour / sans sty­lo / la lumière / écrit / toute seule / ». Teintes de petits jours ou cré­pus­cu­laires, elles sai­sis­sent bien le ton grave et ten­dre de l’auteure, le con­traste entre fin et com­mence­ment qui se pour­suiv­ent, se rat­trapent, se rejoignent et font des cycles de la vie comme du recueil, une boucle « bouclée » sur les lignes de crête et les lignes de partage pro­posées par Eva-Maria Berg.  

Le par­al­lèle avec Poésie ver­ti­cale qui m’est venu très vite à la lec­ture d’Étour­di de soleil, con­clu­ra mes pro­pos. Rober­to Juar­roz écrit ceci :

Mais toute perte est le pré­texte d’une rencontre.
Les mes­sages perdus
inven­tent tou­jours qui doit les trou­ver.
 

(In Poésie ver­ti­cale, traduit par Roger Munier, Édi­tions Fayard, 1989)

Je crois que c’est exacte­ment le rôle qu’Eva-Maria Berg donne aux lecteurs-tri­ces, qu’ils-elles trou­vent ses mes­sages per­dus, et par là ren­con­trent la poète à la lisière de son regard, là où ses mots s’accordent à son souf­fle et se jouent des antag­o­nismes, des con­tra­dic­tions, des con­trastes, pour les vis­iter dans la richesse de tous leurs replis, qu’ils soient heureux ou mal­heureux, banals ou extraordinaires.

mm

Béatrice Machet

Vit entre le sud de la France et les Etats Unis. Auteure de dix recueils de poésie en français et deux en Anglais, tra­duc­trice des auteurs Indi­ens d’Amérique du nord. Per­forme, donne des réc­i­tals poé­tiques en col­lab­o­ra­tion avec des danseurs, com­pos­i­teurs et musi­ciens. Pub­liée entre autres chez l’Amourier (Muer), VOIX (DER de DRE), pour les ouvrages bilingues ASM Press (For Uni­ty, 2015) Pour les tra­duc­tions : L’Attente(cartographie Chero­kee), ASM Press (Trick­ster Clan, antholo­gie, 24 poètes Indi­ens)… Elle est mem­bre du col­lec­tif de poètes sonores et per­for­mat­ifs Ecrits — Stu­dio. Par ailleurs elle réalise et ani­me chaque deux­ième mer­cre­di du mois à par­tir de 19h une émis­sion de 55 min­utes con­sacrée à la poésie con­tem­po­raine sur les ondes de radio Ago­ra à Grasse. En 2019, elle pub­lie Tirage(s) de Tête(s) aux édi­tions Les lieux dits, et Plough­ing a Self of One’s Own, paru en 2021 aux édi­tions Danc­ing Girl Press, (Chica­go).