Revue des revues

POESIDirecte

La dix-neuvième livraison de la revue POESIEDirecte a pour thème le désir. Née il y a maintenant 12 ans, sous l'impulsion de Florentin Benoît d'Entrevaux, de Gaël de Bouteiller et de Gaëtan de Magneval, le premier numéro, placé sous le signe du silence, a vu le jour en l'an 2000.

La revue Po&sie et la Corée

300 pages consacrées à la poésie coréenne contemporaine, on mesure difficilement l’extraordinaire travail que cela représente pour l’équipe de la revue Po&sie. Ce volume est un monstre. Dans le bon sens du terme, celui qui désigne un ouvrage immédiatement incontournable dans son domaine. Et en effet on ne pourra plus se pencher sur la poésie actuelle de cet endroit du monde sans en passer par ce livre exceptionnel.

L’Imprévue, du côté de Boston

par : Fabien Desur

L’Imprévue est une drôle d’aventure. Revue littéraire et artistique en deux versions (l’une française, l’autre américaine), qui, depuis 2009, a pour vocation de rassembler auteurs et artistes des deux rives de l’Atlantique. Elle est une passerelle, et même le pont le plus long de la planète. Elle est dirigée par Catherine Ribes De Palma, née à Lyon en 1967, et vivant aux Etats-Unis. La revue naît donc régulièrement du côté de Boston.  Le numéro 2 évoquait le dit et le non dit.

Phoenix, volume 5

La revue Phoenix n’en est qu’à son cinquième numéro mais il ne faut pas se fier aux apparences. Elle s’inscrit dans une très longue histoire, celle qui est passée par Sud puis Autre Sud. Phoenix est la descendante directe des deux premières. Chacun des numéros de Phoenix est orchestré autour de la figure d’un poète contemporain. Ainsi, les pages de la revue ont-elles accueilli par exemple Marc Alyn, Bernard Mazo, Henri Bauchau… Ce numéro 5 est consacré à la poésie de Boris Gamaleya.

Népenthès

par : Eze Baoulé

La revue Népenthès en est à sa 4ème livraison. C'est une publication de l'Association Carrefour des Chimères et son maître d'œuvre se nomme Bernard J.Lherbier.

La Traductière a 30 ans

Dirigée par le poète Jacques Rancourt, La Traductière fête ses 30 ans en nous offrant un numéro de toute beauté. La particularité de la revue étant de publier les poètes choisis en français et en anglais, en plus de leur langue d’origine. Au cœur de ce trentième volume, des poètes venus de Singapour. C’est d’ailleurs la première fois qu’une revue ouvre ainsi ses pages à autant de poètes singapouriens, poètes écrivant dans l’une ou plusieurs des quatre langues parlées là : anglais, chinois mandarin, malais et tamoul.

Lectures

EMPREINTES n°19. 48 pages. 8 € le numéro. Abt (4 n°) : 30 €. Rédaction : 102, Boulevard de la Villette, 75019 Paris.

 

Le Journal des Poètes, une aventure inédite dans l’histoire des lettres belges

1931 : une revue parmi tant d’autres

Lorsque paraissent, le 4 avril 1931, dans une presse bruxelloise, quatre feuilles inédites, en format A3, sommairement agrafées et regroupées sous le nom de Journal des Poètes, l’historiographie revuiste ne sait pas encore l’importance de ce nouveau périodique pour la diffusion et la promotion de la poésie, belge ou étrangère.

Les deux récents volumes de la revue Arpa

Dans le mainstream, Arpa a la côte. C’est normal. La revue vient de dépasser les cent numéros, ce qui en ces temps délicats n’est pas une mince affaire. Le bateau navigue sous la direction d’un poète que Recours au Poème apprécie, Gérard Bocholier, et compte quelques noms amis en son comité de rédaction, ainsi Pierre Maubé.

La main millénaire en ses deux premiers numéros

La main millénaire est une belle revue format poche, blanche comme le rivage africain de la Méditerranée, sobre et jolie en même temps. Elle a été créée fin 2011 par le poète Jean-Pierre Védrines, qui fut un des principaux animateurs de la revue Souffles, avant de lancer cette nouvelle aventure. Il convient de saluer toute revue de véritable poésie naissante, c’est à chaque fois un soupçon de vie en sus.

Les trois dernières superbes livraisons de Nunc

Parvenue à son vingt-sixième numéro, Nunc n’est presque plus à présenter. Plus qu’une simple revue de poésie ou de réflexion, Réginald Gaillard et Franck Damour pilotent une des principales aventures intellectuelles en langue française de notre temps.

Le Bateau Fantôme : anniversaire et acte de décès

Une des très belles aventures revuistiques de ces dix dernières années, en poésie, mais pas seulement, qui s’interrompt ; pas de tristesse pourtant. Le Bateau avait prévu son dernier voyage, une sorte de sabordage volontaire dès sa première sortie du port. Telle était la volonté de son directeur et poète talentueux, Mathieu Hilfiger.

Pages