Marie-Josée Christien, Eclats d’obscur et de lumière

Par |2021-10-21T13:28:14+02:00 21 octobre 2021|Catégories : Critiques, Marie-Josée Christien|

Les apho­rismes de Marie-Josée Christien

Faire halte, regarder le monde sans com­plai­sance, mais aus­si savoir s’émerveiller. La poétesse quim­péroise Marie-Josée Christien dis­tille des graines de sagesse sous forme d’aphorismes ou de pen­sées lapidaires.

A la manière de ses précé­dentes Petites notes d’amertume (Les Edi­tions Sauvages), elle met au jour le côté pile et le côté face de nos exis­tences. Ou, comme le sug­gère le titre de son nou­v­el opus, leurs aspects aus­si bien lumineux qu’obscurs.

Pra­ti­quer l’aphorisme, c’est faire le choix d’aborder une grande var­iété de sujets. C’est par­ler de la vie et de la mort, du rap­port aux autres, de l’amitié, de l’amour, des reli­gions, du monde mod­erne et de ses tra­vers, de la comédie humaine, des réseaux soci­aux, de l’écriture, de la poésie…Marie-Josée Christien évoque tout cela dans son livre. Ce qu’elle appré­cie avant tout c’est la sincérité et la loy­auté. Ce qui relève de l’esbroufe sus­cite ses remar­ques les plus acerbes. Ain­si la voit-on inau­gur­er son livre par une série de pro­pos bien sen­tis sur le « cynisme » et les « pau­vres mes­sages » des « usurpa­teurs de l’art con­tem­po­rain ». Même sévérité quand il s’agit d’une « poésie qui se com­plaît dans l’incommunicabilité ».

Marie-Josée Christien, Eclats d’obscur et de lumière, col­lages de Ghis­laine Lejard, Les Edi­tions Sauvages, 2021, 67 pages, 12 euros.

Marie-Josée Christien plaide pour la « sim­plic­ité » qui est, à ses yeux, « l’une des mar­ques du génie poé­tique ». Mais s’il y a créa­tion – y com­pris poé­tique – c’est parce qu’il y a blessures et fêlures, nous dit la poétesse. « L’obscur a des fêlures d’où s’échappe et ray­onne la lumière ».

La fêlure, pour ce qui la con­cerne, trou­ve sans doute sa source dans une pau­vreté orig­inelle dont elle a su, d’une cer­taine manière, en faire un trem­plin. « Mon enfance a été pau­vre mais pas mal­heureuse puisqu’il y avait l’espoir ». C’est l’éducation et la cul­ture qui en seront les vecteurs (Marie-Josée Christien sera pro­fesseure des écoles), ce qui ne l’empêche pas de con­tin­uer à affirmer ses engage­ments en faveur de ceux que le monde laisse au bord de la route. L’occasion pour elle d’évoquer ici sa sym­pa­thie pour le com­bat des Gilets jaunes des ronds-points. Car « écrire c’est man­i­fester notre désac­cord avec la marche con­v­enue du monde ». Mais, dans ses textes comme dans ses poèmes, elle le fait sans esprit mil­i­tant. On la voit même plaider pour les valeurs dites « désuètes » qui ont pour nom « la dis­cré­tion », « la loy­auté », « la solidarité ». 

Dans ce livre d’aphorismes, c’est la femme Marie-Josée Christien qui se pro­file. Forte de ses espoirs, de ses attentes. Forte de son com­bat intime con­tre la mal­adie qu’elle a évo­quée dans un beau précé­dent livre (Affole­ment du sang, Al Man­ar). « J’essaie de vivre en sym­biose avec elle », écrit-elle aujourd’hui.

Enfin pour affron­ter le monde et la vie, elle est grande lec­trice. Cio­ran, Kun­dera, Bachelard, Max Jacob, par­mi beau­coup d’autres, sont sur ses étagères. Elle les cite et elle s’en inspire. « C’est quand on accepte enfin la mort que la vie peut com­mencer », con­fie-t-elle, philosophe.

Présentation de l’auteur

Marie-Josée Christien

Marie-Josée Christien est née en 1957. Elle vit à Quim­per dans le Fin­istère où elle enseigne dans une école mater­nelle. Elle est respon­s­able de la revue annuelle Spered Gouez / L’esprit sauvage qu’elle a fondée en 1991. Elle est l’auteure d’une quin­zaine d’ouvrages dont beau­coup sont épuisés. Elle est mem­bre de la Charte des Auteurs et Illus­tra­teurs Jeunesse et  fait par­tie de l’Association des Ecrivains Bre­tons. Egale­ment cri­tique, elle col­la­bore au mag­a­zine ArMen.
Elle a reçu le Prix Xavier-Grall pour l’ensemble de son œuvre.

Bib­li­ogra­phie

Ouvrages disponibles
Las­caux & autres sanc­tu­aires (Jacques André Edi­teur, 2007)
Le car­net des méta­mor­phoses (Les Edi­tions Sauvages, 2007)
Con­ver­sa­tion de l’arbre et du vent  (Edi­tions Ter­tium, 2008)
Pierre après pierre / Maen goude maen (Edi­tions Les Chemins Bleus, 2008)
Les extraits du temps (pré­face de Guy Allix, Les Edi­tions Sauvages, 2009)
Prix des Bre­tons de Paris
Femmes en lit­téra­ture (Edi­tions Spered Gouez, 2009)
Con­stel­la­tions (tirage lim­ité en typogra­phie, Ate­lier de Grou­tel, 2010)
Aspects du canal (Sac à mots édi­tions, 2010)
Cor­re­spon­dances, recueil à deux voix avec Guy Allix (Les Edi­tions Sauvages, col­lec­tion Dia­logue, 2011)
L’attente du chat (illus­tra­tions de Laëti­­tia-May Le Guélaff, Les Edi­tions Sauvages, 2012)

Pub­li­ca­tion dans les anthologies :
L’Année Poé­tique 2008 (Seghers)
Vis­ages de poésie tome 2, Jacques Basse (Edi­tions Rafaël de Sur­tis, 2009)
Zeit zum Leben/ Le temps de vivre : 21 poètes de Bre­tagne (tra­duc­tion en alle­mand de  Rüdi­ger Fis­ch­er, Edi­tions En Forêt, 2010)
L’Athanor des poètes, Jean-Luc Max­ence et Dan­ny-Marc (Le nou­v­el Athanor, 2011)

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Requiem de Marie-Josée Desvignes

    Com­ment énon­cer la douleur ? Ren­dre compte. Trans­muter pour dire ? Com­ment l’expulser du signe, la restituer dans toute sa puis­sance au fil per­cu­tant des mots ? Tant de ten­ta­tives aux chemins de la […]

Chiendents n° 118, consacré à Marie-Josée CHRISTIEN

Marie-Josée Christien est née en 1957 à Guis­cri­ff en Cornouaille mor­bi­han­naise. Sa poésie est très mar­quée par sa Bre­tagne natale où elle vit. “La poésie pour via­tique” est bien­v­enue. Gérard Cléry, Guy Allix, […]

Marie-Josée Christien, Constante de l’arbre

L’arbre est dans le vent. On l’enlace, c’est bon pour la san­té. On fait une marche en forêt et tout va pour le mieux. Mais le poète  — et pas seule­ment les thérapeutes […]

Marie-Josée Christien, Eclats d’obscur et de lumière

Les apho­rismes de Marie-Josée Christien Faire halte, regarder le monde sans com­plai­sance, mais aus­si savoir s’émerveiller. La poétesse quim­péroise Marie-Josée Christien dis­tille des graines de sagesse sous forme d’aphorismes ou de pen­sées lapidaires. […]

mm

Pierre Tanguy

Pierre Tan­guy est orig­i­naire de Lesn­even dans le Nord-Fin­istère. Ecrivain et jour­nal­iste, il partage sa vie entre Quim­per et Rennes. En 2012, il a obtenu, pour l’ensemble de son œuvre, le prix de poésie attribué par l’Académie lit­téraire de Bre­tagne et des Pays de la Loire. Ses recueils ont, pour la plu­part, été pub­liés aux édi­tions ren­nais­es La Part com­mune. Citons notam­ment “Haïku du chemin en Bre­tagne intérieure” (2002, réédi­tion 2008), “Let­tre à une moni­ale” (2005), “Que la terre te soit légère” (2008), “Fou de Marie” (2009). Dernière paru­tion : “Les heures lentes” (2012), Silence hôpi­tal, Edi­tions La Part com­mune (2017).

Voir la fiche d’auteur

Aller en haut