Estelle Fenzy, La minute bleue de l’aube

Par |2019-11-21T11:54:13+01:00 21 novembre 2019|Catégories : Critiques, Estelle Fenzy|

Pen­sées, apho­rismes, frag­ments, poèmes courts : il y a de tout cela dans la poésie d’Estelle Fen­zy. Elle a l’art de capter à l’aube des instants minus­cules pour en tir­er des leçons de vie.

Lisant La minute bleue de l’aube d’Estelle Fen­zy, com­ment ne pas d’abord penser à Georges Hal­das, autre écrivain de l’aube pour qui il fal­lait – quoi qu’il en coûte – savoir « témoign­er des min­utes noires comme des min­utes heureuses ».C’est cet état par­ti­c­uli­er de poésie que Estelle Fen­zy partage en réal­ité avec le poète suisse, dans cette façon, comme il le dis­ait lui-même, « d’être le plus présent à soi-même » et de témoign­er du « prodigieux mys­tère de la vie » (Pollen du temps, édi­tions L’Age d’homme, 1999).

Estelle Fen­zy, donc, main­tient ses sens en éveil. Même la nuit. Elle nous par­le d’un pays qui n’est pas nom­mé même si l’on repère ici une vigne et si, ailleurs, on entend souf­fler le mistral.

 

Estelle Fen­zy, La minute bleue de l’aube,
La Part Com­mune, 120 pages, 13 euros.

Nous sommes dans le sud, mais l’important est ailleurs. Car la nuit et l’aube ont, au fond, partout la même couleur « Au mitan de la nuit / même les oiseaux dor­ment // Seuls les chats savent /où est caché le ciel ». Mais, note ailleurs le poète : « Le jour tarde à se lever / il a dû pass­er une nuit blanche ». 

Les micro-poèmes d’Estelle Fen­zy nous font aus­si penser à ces poèmes courts coréens « écrits au creux de la main ». Elle le dit explicite­ment elle-même : « Sou­vent / mes poèmes / tien­nent dans une main / human­ité / de paume ouverte  // un fruit et son noy­au ». Pas éton­nant, donc, que ses poèmes puis­sent flirter avec le haïku. « Devin­er / sur quelle fleur / le papil­lon se posera ». Ou encore ceci : « Le vent tourne / les pages du livre / à l’envers ». Sans oubli­er les traits d’humour : « Avec mon mètre / à peine soix­ante / je  ne serai jamais / une grande personne ». 

Pointe aus­si, sou­vent, sous un appar­ent détache­ment, une forme de douleur. « Le plus dif­fi­cile / ce n’est pas la soli­tude // le plus dif­fi­cile / c’est l’absence ». Douleur avivée par la vision, à dis­tance, des mal­heurs du monde : « Alep // Il est ter­ri­ble le regard de l’enfant / il sait qu’il sera le pre­mier // à mourir ». Alors, nous dit Estelle Fen­zy, il faut « écrire / pour empêch­er / que tout tombe » et « alert­er le jardin » car « le soleil est par­fois cru­el ». Pour l’auteur, dans ces con­di­tions, « un seul pays natal / une seule langue mater­nelle / le poème ».

 

Présentation de l’auteur

Estelle Fenzy

 Estelle Fen­zy est née en 1969. Après avoir vécu près de Lille puis à Brest, elle habite Arles où elle enseigne. Elle écrit depuis 2013, des poèmes et des textes courts.

Pub­li­ca­tions en revues : Europe, Sec­ousse, Remue.net, Ce qui Reste, Écrits du Nord (édi­tions Hen­ry), Microbe, Les Car­nets d’Eucharis, Terre à Ciel, Recours au Poème, Décharge, Pos­si­bles, FPM, Revu, Teste.

Publications

  • CHUT (le mon­stre dort) aux édi­tions La Part Com­mune (2015)
  • SANS aux édi­tions La Porte (2015)
  • ROUGE VIVE aux édi­tions Al Man­ar (2016)
  • JUSTE APRÈS aux édi­tions La Porte (2016)
  • L’ENTAILLE et LA COUTURE aux édi­tions Hen­ry (2016)
  • PAPILLON aux édi­tions Le Petit Flou (2017)
  • MÈRE aux édi­tions La Boucherie Lit­téraire (2017)
© photo Isabelle Poinloup

Anthologies

  • SAXIFRAGE, dans Terre à Ciel, ini­tiée par Sabine Huynh
  • MARLÈNE TISSOT & CO, édi­tions mgv2>publishing
  • DEHORS, édi­tions Janus (juin 2016)
  • LESSIVES ÉTENDUES, dans Terre à Ciel, ini­tiée par Rose­lyne Sibille

Livre d’artiste

  • PETITE MANHATTAN, dans Le Monde des Villes, Brest 2, avec André Jolivet, édi­tions Volti­je

Revue d’artiste

  • CONNIVENCES 6, édi­tions de La Marg­eride, avec aus­si des poèmes d’Alain Freixe, des pho­togra­phies de Rémy Fen­zy et des pein­tures de Robert Lobet

Poèmes choi­sis

 

Autres lec­tures

 

Feuilletons : Ecritures Féminines (1)

  Y a‑t‑un genre à l’écri­t­ure du poème ? Ques­tion sans doute aus­si vaine que les polémiques passées autour du sexe des anges ! Il y a évidem­ment des thèmes, des points de vue qui ne peuvent […]

Estelle Fenzy, La Minute bleue de l’aube

J’aime les pre­miers émois de l’aurore : les trèfles se tour­nent vers la lumière, les feuilles déploient un sub­til ver­so ombré, les pétales des pâquerettes s’entrouvrent avec dis­cré­tion,  le rossig­nol lance une pre­mière trille glo­rieuse. L’aurore appartient […]

Estelle Fenzy, La minute bleue de l’aube

Pen­sées, apho­rismes, frag­ments, poèmes courts : il y a de tout cela dans la poésie d’Estelle Fen­zy. Elle a l’art de capter à l’aube des instants minus­cules pour en tir­er des leçons de vie. […]

Estelle Fenzy, Gueule noire

Gueule noire nous tient sous le charme du con­te. On con­naît l’attirance et la prox­im­ité de l’écriture d’Estelle Fen­zy pour ce genre si proche où la poésie éclate dans le fan­tas­tique et s’en nourrit. […]

Estelle Fenzy, Coda (Ostinato)

Le titre dit assez la com­po­si­tion musi­cale de cet ensem­ble de 45 courts poèmes, où tout est reprise, mou­ve­ment entre deux mots qui ouvrent et fer­ment chaque frag­ment : « fin » et « monde », répétés obstiné­ment, rythmiquement. […]

Estelle Fenzy, Le Chant de la femme source

Il man­quait une hiron­delle pour écrire notre his­toire   C’é­tait ça donc ! Grisé j’é­tais, sur le dos de l’hi­ron­delle depuis le début de ma lec­ture ! J’avais bien sen­ti le vent […]

mm

Pierre Tanguy

Pierre Tan­guy est orig­i­naire de Lesn­even dans le Nord-Fin­istère. Ecrivain et jour­nal­iste, il partage sa vie entre Quim­per et Rennes. En 2012, il a obtenu, pour l’ensemble de son œuvre, le prix de poésie attribué par l’Académie lit­téraire de Bre­tagne et des Pays de la Loire. Ses recueils ont, pour la plu­part, été pub­liés aux édi­tions ren­nais­es La Part com­mune. Citons notam­ment “Haïku du chemin en Bre­tagne intérieure” (2002, réédi­tion 2008), “Let­tre à une moni­ale” (2005), “Que la terre te soit légère” (2008), “Fou de Marie” (2009). Dernière paru­tion : “Les heures lentes” (2012), Silence hôpi­tal, Edi­tions La Part com­mune (2017).

Voir la fiche d’auteur

Aller en haut