Yvon Le Men, Les Epiphaniques

Par |2022-04-21T19:01:09+02:00 20 avril 2022|Catégories : Critiques, Yvon Le Men|

On con­nais­sait Les Epipha­nies aux accents lib­er­taires d’Henri Pichette. Voici Les Epiphaniques d’Yvon Le Men, un livre qui nous ren­voie, plus qu’à la fête religieuse bien con­nue,  à la racine grecque du mot. Epiphanie, autrement dit révéla­tion, apparition. 

Voici, en effet des hommes et des femmes « invis­i­bles » sor­tis de l’ombre, mis sous la lumière par la grâce d’une écri­t­ure poé­tique qui se met au ser­vice de leurs réc­its de vie. Ils et elles vivent dans la marge, cassés voire broyés par la vie. Le poète bre­ton les a écoutés et il racon­te à la fois leurs itinéraires et leurs espoirs.

Pour Yvon Le Men tout démarre par une rési­dence d’auteur à Rennes. Comme il l’avait fait pour Les rumeurs de Babel (Dia­logues, 2016 ) dans le cadre d’une autre rési­dence au cœur du quarti­er pop­u­laire de Mau­repas, le poète va ren­con­tr­er des hommes et des femmes, jeunes ou moins jeunes. Ils s’appellent Mick­aël, Louna, Thomas, Tia­go, Myr­i­am… La vie les a sec­oués. Ils sont tous dans la marge, par­fois après des enfances de mis­ère (« La goutte de gnole dans le biberon pour m’endormir », racon­te l’un) ou l’expérience de lourds drames famil­i­aux (le sui­cide d’une mère, con­fie un autre).  Anne-Lau­re, elle, racon­te : « Mes ancêtres étaient des tueurs de loups / du Loup / mes arrière-grands-par­ents / des tueurs d’Arabes ». Pour Asma, la Soma­li­enne, c’est de l’emprise du père qu’il faut se libér­er. « Il faut que l’on soit comme mon père/veut qu’on soit ».

Yvon Le Men, Les Epiphaniques, Edi­tions Bruno Doucey, 2022, 160 pages, 16 €.

Le poète écoute, met en vers leurs réc­its, ennoblit leurs des­tins de déclassés. Mais il établit aus­si des cor­re­spon­dances avec sa pro­pre vie. Quand cette fille-mère de 40 ans évoque sa vie dans une yourte, Yvon Le Men ne peut pas man­quer de penser à son « amie  qui est morte au bord de ses quar­ante ans » ou encore à sa mère « qui a per­du son amour le jour de ses quar­ante ans ». Quand tel ou tel évoque sa révolte, Yvon Le Men rap­pelle qu’il fut aus­si, à un moment de sa vie, ce « jeune révo­lu­tion­naire ». Mais un révolté qui estime que « la fin ne jus­ti­fie jamais les moyens ».

C’est le Le Men de En espoir de cause (édi­tions PJ Oswald, 1975) et de Vie (L’harmattan, 1977) qui resur­git au détour d’un vers. C’est le jeune homme épris de jus­tice et de fra­ter­nité qui regarde aujourd’hui avec sym­pa­thie ceux qui « marchent vers les ronds-points / main sur l’épaule », ceux qui « parta­gent sur les ronds-points / nuit et jour leurs nuits et leurs jours ».

C’est aus­si son itinéraire per­son­nel de poète qui refait sur­face lors d’une ren­con­tre avec ce jeune qui fut orphe­lin très tôt et qui rêve aus­si de devenir poète. Alors ce jeune lui  pose la ques­tion : « Tu crois / que l’on peut vivre / en poésie / de poésie ? ». La réponse est lumineuse : « En poésie / oui / il suf­fit d’y tra­vailler / de poésie / c’est autre chose ». Et alors revi­en­nent sous sa plume, comme une évi­dence, ces affir­ma­tions toute sim­ples qui ont fondé sa pro­pre aven­ture poé­tique. « Le bruit court qu’on peut être heureux » et « Il fait un temps de poème ». Les mots sont de  Jean Mal­rieu, un poète  qui a tant comp­té pour Le Men. Et l’on se pose la ques­tion : Le Men pour­rait-il devenir le Mal­rieu de ce jeune qui se dit « pressé » et « déjà plus vieux que Rimbaud/quand il a com­mencé » ? Le poète répond en tout cas à ce jeune qui rêve de poésie : « C’est pos­si­ble / pour toi / car ce le fut pour moi //  il suf­fit de croire en ceux qui étaient sur la route avant toi / et t’attendent ». C’est ce qu’on appelle sans doute une épiphanie.

∗∗∗

Le texte de ce livre  (illus­tré par Bernard Lou­vet) a été porté sur la scène du Théâtre nation­al de Bre­tagne à Rennes, en mars 2022, par le met­teur en scène Mas­si­mo Dean, sous le titre « La Rance n’est pas un fleuve ».

 

Présentation de l’auteur

Yvon Le Men

Textes

Yvon Le Men est l’auteur d’une œuvre poé­tique impor­tante, de qua­tre réc­its et deux romans. A Lan­nion où il vit, il a créé, en 1992, les ren­con­tres inti­t­ulées « Il fait un temps de poème ». En 1997, il y crée un espace poésie. De 2006 à 2008, il a pub­lié une chronique heb­do­madaire dans le jour­nal Ouest-France : « Le tour du monde en 80 poèmes ». Ses textes, livres ou antholo­gies, sont traduits dans une douzaine de langues. Il tra­vaille aus­si depuis de nom­breuses années dans les écoles, avec les enfants pour lesquels il a écrit. Il reçoit en 2012 le Prix Théophile Gau­thi­er de l’A­cadémie Française pour son recueil “A louer cham­bre vide pour per­son­ne seul” (Rougerie).

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Rezâ Sâdeghpour, Yvon Le Men, Marc Baron

                 Rezâ Sâdegh­pour : « Le bris lent des bouteilles »   Il est Iranien. Il a trente-qua­tre ans et il est déjà recon­nu dans son pays comme un très grand poète. Rezâ Sâdegh­pour – avo­cat dans […]

Yvon Le Men : un poète à plein temps

          Prix Goncourt 2019 de poésie Yvon Le Men : un poète à plein temps   Il est une excep­tion dans le paysage poé­tique français. Yvon Le Men vit de la poésie […]

Yvon Le Men et Simone Massi, Les mains de ma mère

Les poèmes racon­­tent-ils des his­toires ? Oui, à coup sûr, sous la plume d’Yvon Le Men. Surtout quand ces poèmes par­lent de l’enfance et racon­tent des aven­tures famil­ières. Le poète bre­ton s’associe pour le […]

Yvon Le Men, Les Epiphaniques

On con­nais­sait Les Epipha­nies aux accents lib­er­taires d’Henri Pichette. Voici Les Epiphaniques d’Yvon Le Men, un livre qui nous ren­voie, plus qu’à la fête religieuse bien con­nue,  à la racine grecque du mot. […]

mm

Pierre Tanguy

Pierre Tan­guy est orig­i­naire de Lesn­even dans le Nord-Fin­istère. Ecrivain et jour­nal­iste, il partage sa vie entre Quim­per et Rennes. En 2012, il a obtenu, pour l’ensemble de son œuvre, le prix de poésie attribué par l’Académie lit­téraire de Bre­tagne et des Pays de la Loire. Ses recueils ont, pour la plu­part, été pub­liés aux édi­tions ren­nais­es La Part com­mune. Citons notam­ment “Haïku du chemin en Bre­tagne intérieure” (2002, réédi­tion 2008), “Let­tre à une moni­ale” (2005), “Que la terre te soit légère” (2008), “Fou de Marie” (2009). Dernière paru­tion : “Les heures lentes” (2012), Silence hôpi­tal, Edi­tions La Part com­mune (2017).

Voir la fiche d’auteur

Aller en haut