Xavier Grall – Georges Perros, Regards croisés

Par |2021-11-23T10:48:07+01:00 21 novembre 2021|Catégories : Critiques, Georges Perros, Xavier Grall|

Ils étaient faits pour se ren­con­tr­er. Xavier Grall (1930–1981) et Georges Per­ros (1923– 1978), pour­tant si dif­férents dans leur approche du monde et de la vie, ont très vite eu des atom­es crochus. L’amour de la Bre­tagne les réu­nis­sait mais encore plus leur « clau­di­ca­tion com­mune » comme le dit si juste­ment  Ronan Nédélec dans un livre où il rend compte des liens qui unis­saient ces deux poètes. Livre pub­lié à l’occasion des quar­ante ans de la dis­pari­tion de Xavier Grall.

Ces liens se sont tis­sés par une cor­re­spon­dance et des ren­con­tres. La pre­mière de ces ren­con­tres date du 20 juil­let 1969 à Tréhu­bert en Tré­gunc où Georges Per­ros s’est déplacé depuis Douarnenez (sur sa mythique moto) pour ren­con­tr­er Xavier Grall. D’autres ren­con­tres suiv­ront, par­fois sous le regard de Nicole Collereau, hôtelière et restau­ra­trice à Pont-Aven (une fameuse pho­togra­phie de Michel Ther­siquel les immor­talise tous les trois). Grall se ren­dra aus­si à Douarnenez.

Leur cor­re­spon­dance n’est pas très fournie. Rien à voir, par exem­ple, avec la cor­re­spon­dance que Per­ros a entretenu avec Lorand Gas­par. Sim­ple­ment 20 let­tres (13 de Grall, 7 de Per­ros) écrites entre 1969 et 1978. Grall écrit pour la pre­mière fois à Per­ros parce qu’il pré­pare un arti­cle sur les écrivains de Bre­tagne pour la revue Le Cri du monde. La dernière let­tre est de Per­ros, le 18 jan­vi­er 1978, soit 5 jours avant sa 2e opéra­tion à l’hôpital Laën­nec à Paris (il décède le 24 janvier).

Xavier Grall – Georges Per­ros, Regards croisés, La Part Com­mune, 242 pages, 15 euros.

Dans leur cor­re­spon­dance, les deux hommes par­lent de leurs livres, évo­quent des arti­cles de jour­naux, par­lent du temps qu’il fait et du temps qui passe. Pas de grandes con­sid­éra­tions. Plutôt des signes d’amitié ou de con­nivence, des « coucous » chaleureux. Une fra­ter­nité entre les lignes en somme. « J’ai été très heureux de te revoir ici. Raid un peu bref toute­fois. Faut revenir nizon­ner » (let­tre de Grall du 26 décem­bre 1974 dans sa cam­pagne de Nizon). « Mer­ci de ta carte signe de ten­dresse. Mais je ne suis plus capa­ble de faire de signes. Juste­ment puisqu’on m’a coupé de sif­flet (let­tre de Per­ros, Laryn­gec­tomisé, de fin avril 1976). Ronan Nédélec, qui réu­nit aujourd’hui toutes ces let­tres qu’il a pu retrou­ver, le note avec justesse : « Ils avaient tous les deux un sens aigüe de la chose lit­téraire et c’est aus­si cette acuité qui les fai­sait boîter par­fois à la même fréquence ».

Quand Georges Per­ros mour­ra, Xavier Grall (qui s’était déplacé à ses obsèques par une journée ven­teuse et plu­vieuse au cimetière marin de Tréboul) lui ren­dra un hom­mage vibrant dans un long poème pub­lié pour la pre­mière fois dans la revue Le Fou par­le. « Je me sou­viens de Georges Perros/Je ne fus pas de ses intimes/C’était entre nous les rimes/De deux poètes dingues/De ren­con­tres et de frairies/Humains trop humains/Il nous suff­i­sait de l’être/Nous avions rompu avec Paris/Les mêmes rives nous étaient familières/Nous étions de ces frères pudiques/Qui ne sont graves/Que dans les let­tres et cartes postales ». Grall pub­liera aus­si deux chroniques dans Le Monde où il évo­quera avec chaleur celui qu’il appelait « le moineau de la grève-aux-dames » (par allu­sion à l’appartement de Per­ros à Douarnenez qui dom­i­nait cette grève).

Les regards croisés de ces deux poètes ne s’arrêtent pas là. Ronan Nédélec réu­nit ici les appré­ci­a­tions qu’ils por­taient, l’un comme l’autre, sur les œuvres d’Armand Robin et de Yves Elléou­et. Il y ajoute cette pas­sion com­mune des îles (Irlande, Sein…) que Grall ou Per­ros ont exprimée dans des arti­cles ou des poèmes dis­per­sés dans leurs œuvres respec­tives. Ronan Nédélec entend pro­pos­er, comme il le dit lui-même, « une approche sen­si­ble aux écrits et aux thèmes qui les auront fait boîter ensem­ble ». C’est le grand mérite de ce livre qui a néces­sité une belle inves­ti­ga­tion pour ren­dre ain­si acces­si­ble des textes peu con­nus, ou pas con­nus du tout, de ces deux grands auteurs de Bretagne.

Présentation de l’auteur

Xavier Grall

Xavier Grall est né à Lan­di­visi­au (Fin­istère) , le 22/06/1930 et est décédé le 11/12/1981 à  Quim­per­lé (Fin­istère). Xavier Grall est un jour­nal­iste, poète et écrivain breton.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Xavier Grall, Les Billets d’Olivier réédités

Relire Xavier Grall : l’écrivain, le poète, le jour­nal­iste. Mais aus­si le chroniqueur. Pen­dant plus de dix ans (de 1972 à 1981), il a livré chaque semaine de courts textes à l’hebdomadaire « La Vie […]

Xavier Grall – Georges Perros, Regards croisés

Ils étaient faits pour se ren­con­tr­er. Xavier Grall (1930–1981) et Georges Per­ros (1923– 1978), pour­tant si dif­férents dans leur approche du monde et de la vie, ont très vite eu des atom­es crochus. […]

Présentation de l’auteur

Georges Perros

Georges Per­ros était un poète, écrivain et comé­di­en français. Il pub­lie ses pre­mièrs textes dans ‘La Nou­velle Revue française’ en 1953 et traduit la même année des pièces de Tchekhov et de Strindberg.
En 1961, il pub­lie chez Gal­li­mard son pre­mier vol­ume de Papiers col­lés, notes et études sur la lit­téra­ture  (Kaf­ka, Rim­baud, Hölder­lin, et Kierkegaard). Per­ros est aus­si l’au­teur dans la NRF de notes de cri­tiques lit­téraires et télévisuelles.
Georges Per­ros est mort d’un can­cer du lar­ynx le 24 jan­vi­er 1978 à l’hôpi­tal Laen­nec de Paris.

  • Poèmes bleus, Gal­li­mard, 1962, rééd. « Poésie », avec une pré­face de Bernard Noël, 2019
  • Papiers col­lés, Gal­li­mard, 1960, rééd. « L’Imag­i­naire », 1986
  • Une vie ordi­naire, Gal­li­mard, 1967, rééd. « Poésie », 1988
  • Papiers col­lés II, Gal­li­mard, 1973, rééd. « L’Imag­i­naire », 1989, Prix Bre­tagne 1974
  • Huit poèmes, Lau­sanne, Alfred Eibel, 1974, rééd. 1978
  • Notes d’en­fance, Quim­per, Cal­ligrammes, 1977
  • Échan­crures, Quim­per, Cal­ligrammes, 1977
  • L’Ar­doise mag­ique, Charleville-Méz­ières, Givre, 1978. Réédi­tion avec un poème lim­i­naire de Michel Butor et une post­face de Bernard Noël, L’œil ébloui [archive], 2014
  • Papiers col­lés III, Gal­li­mard, 1978
  • Huit poèmes, Lau­sanne, Alfred Eibel, 1978
  • Lex­ique, Quim­per, Cal­ligrammes, 1981
  • Lec­tures, Cognac, Le temps qu’il fait, 1981
  • Les Yeux de la tête, Le Nou­veau Com­merce, 1983
  • Je suis tou­jours ce que je vais devenir, coédi­tion Calligrammes/Bretagnes, 1983. Entre­tiens avec Michel Kerni­non. Réédi­tion aux édi­tions Dia­logues, Brest, 2016.
  • Dessins, Le Nou­veau Com­merce, 1983. 11 cartes postales dess­inées par l’artiste
  • Télé-Notes, Rennes, Ubacs, 1992
  • L’Oc­cu­pa­tion et autres textes, Nantes, Joseph K, 1996
  • Lec­tures pour Jean Vilar, Cognac, Le temps qu’il fait, 1999
  • Pour ain­si dire, Fini­tude, 2004
  • Dessin­er ce qu’on a envie d’écrire, recueil d’œu­vres graphiques, Fini­tude, 2005
  • J’habite près de mon silence, poèmes, Fini­tude, 2006
  • La Pointe du Raz dans quelques-uns de ses états, coédi­tion Fini­tude & Fario, 2010
  • Œuvres, sous la direc­tion de Thier­ry Gilly­bœuf, Paris, Gal­li­mard, coll. « Quar­to », 2017.
  • Cor­re­spon­dance Jean Gre­nier / Georges Per­ros, 1950–1971, Quim­per, Cal­ligrammes, 1980
  • Let­tres de Georges Per­ros à Jean Roudaut (1968–1978) in Faut aimer la vie, Paris, Eibel / Fan­lac, 1981
  • Jean Paul­han / Georges Per­ros, 1953–1967, Quim­per, Cal­ligrammes, 1982 ; réédi­tion établie, annotée et intro­duite par Thier­ry Gilly­boeuf, édi­tions Claire Paul­han, 2009.
  • Let­tres à Michel Butor, tome 1 (1956–1967), tome 2 (1968–1978), éd. Ubacs 1982–1983 Nantes, Joseph K, 1996
  • Bernard Noël / Georges Per­ros, Cor­re­spon­dances, Draguig­nan, Édi­tions Unes, 1998
  • Let­tres à Carl-Gustaf Bjurström (1958–1976), éd. La Part com­mune, 1999
  • Cor­re­spon­dance de Georges Per­ros et Brice Parain (1960–1971), Gal­li­mard, 1999
  • Georges Per­ros / Lorand Gas­par, Cor­re­spon­dance 1966–1978, Rennes, La Part Com­mune, 2001
  • L’autre région, let­tres à Maxime Caron, Fini­tude, 2002.
  • Georges Per­ros / Anne et Gérard Philipe, Cor­re­spon­dance 1946–1978, pré­face de Jérôme Garcin, éd. Fini­tude, 2008
  • Georges Per­ros / Hen­ri Thomas, Cor­re­spon­dance 1960–1978, édi­tion établie et annotée par Thier­ry Bouchard, pré­face et post­faces de Jean Roudaut, éd. Fario, col­lec­tion Théodore Bal­moral, 2017.
  • Dossier M., dans Théodore Bal­moral, no 71, 2013. (texte de Georges Per­ros précédé de Marc Le Gros, Monique ou Le Dernier Mot (Sur Georges Per­ros), et suivi de Jean Pierre Ned­elec, Let­tre à Marceau Vasseur, de Jean Roudaut, M. (Glose), et de Roland Séné­ca, Mes amis sont morts.)
  • « Le promeneur de Douarnenez » de Michel Kerni­non, Hopala !, no 55,

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Xavier Grall – Georges Perros, Regards croisés

Ils étaient faits pour se ren­con­tr­er. Xavier Grall (1930–1981) et Georges Per­ros (1923– 1978), pour­tant si dif­férents dans leur approche du monde et de la vie, ont très vite eu des atom­es crochus. […]

mm

Pierre Tanguy

Pierre Tan­guy est orig­i­naire de Lesn­even dans le Nord-Fin­istère. Ecrivain et jour­nal­iste, il partage sa vie entre Quim­per et Rennes. En 2012, il a obtenu, pour l’ensemble de son œuvre, le prix de poésie attribué par l’Académie lit­téraire de Bre­tagne et des Pays de la Loire. Ses recueils ont, pour la plu­part, été pub­liés aux édi­tions ren­nais­es La Part com­mune. Citons notam­ment “Haïku du chemin en Bre­tagne intérieure” (2002, réédi­tion 2008), “Let­tre à une moni­ale” (2005), “Que la terre te soit légère” (2008), “Fou de Marie” (2009). Dernière paru­tion : “Les heures lentes” (2012), Silence hôpi­tal, Edi­tions La Part com­mune (2017).

Voir la fiche d’auteur

Aller en haut