Marie-Josée Christien et Yann Champeau, Marais secrets

Par |2023-01-24T09:04:42+01:00 24 janvier 2023|Catégories : Critiques, Marie-Josée Christien|

Marais secrets

Le marais est une belle matière poé­tique. Monde entre deux mon­des (la terre et l’eau), il con­fine par déf­i­ni­tion au mys­tère au point d’être con­sid­éré, notam­ment du côté des Monts d’Arrée, en Bre­tagne, comme l’une des portes de l’enfer. Les poèmes de Marie-Josée Christien et les pho­togra­phies de Yann Cham­peau se font bril­lam­ment l’écho, dans un superbe album à qua­tre mains, de ce halo de mys­tère qui entoure les marais.


On con­nais­sait les poèmes de Xavier Grall sur les marais de Yeun Elez (où « cri­ent les lan­des à minu­it ») ou ceux de Gérard Le Gouic dans son livre Les marais et les jours par­lant de ces marais qui s’étendent « à perte de mémoire ». Il fau­dra désor­mais ajouter à ce pan­théon poé­tique des marais les textes de Marie-Josée Christien et les images de Yann Cham­peau. C’est l’image qui est pre­mière dans cet album. Le poème vient s’adosser à la pho­togra­phie, la décrypter et sus­citer un écho sous formes d’aphorismes, de cour­tes pen­sées, voire de médi­ta­tions. « Le marais/ est-il le seuil/de la vie/ou de la mort ? », inter­roge la poète.

Dans le viseur du pho­tographe, il y a toutes les facettes du marais, celles scin­til­lantes des reflets d’un soleil couchant, celles som­bres et inquié­tantes de tour­bières encom­brées de branch­es mortes. Dans cet univers de sphaignes, de bruyères, d’aulnes et d’osiers, de joncs ou de genêts, le colvert et la corneille s’ébrouent à l’aise. 

Marie-Josée Christien et Yann Cham­peau, Marais secrets, Les Edi­tions Sauvages, 120 pages, 29 euros.

Dans ses poèmes, Marie-Josée Christien nomme tous ces mots car­ac­térisant le marais que Yann Cham­peau trans­fig­ure dans d’éblouissantes et par­fois énig­ma­tiques pho­togra­phies. Du grand art comme cela était déjà le cas dans Con­stante de l’arbre (Les Edi­tions Sauvages, 2020) et Quand la nuit voit le jour (Ter­tium édi­tions, 2015), deux précé­dents livres des deux auteurs.

Les marais décrits ici sont anonymes même si, sub­rep­tice­ment, nous sommes con­duits vers des lieux emblé­ma­tiques de la Bre­tagne sans qu’ils soient jamais nom­més. « Sur le mont lointain/une vigie se dresse/flèche de lumière/entre terre et nuages//comme une présence/qui mendie l’éternité », écrit Marie-Josée Christien les yeux rivés vers le mont Saint-Michel de Bras­parts et les pieds dans les marais de Yeun Elez. Mais le plus impor­tant demeure la capac­ité à nous éblouir sur des lieux « ordi­naires » qui ne relèvent jamais du cliché de carte postale. « La bruyère s’embrase/la lumière se répand ». Ailleurs, voici un « essaim d’iris », un « monde des molécules » qui « se lit à cœur ouvert » ou encore une tour­bière, « retable humide ».

Dire le beau (en images et en poèmes) à par­tir de réal­ités frustes, c’est le pari réus­si des deux auteurs. Il faut dire que le marais « consent/à de brusques méta­mor­phoses ». On passe ain­si, insen­si­ble­ment, du plus som­bre au plus lumineux, du plus inquié­tant au plus ras­sur­ant, au point que le marais peut même devenir un lieu de trans­fig­u­ra­tion ou, pour le moins, à même de répon­dre à une forme de quête spir­ituelle. « On marche/comme on prie/dans l’apesanteur des sèves/et l’escapade des genêts », écrit Marie-Josée Christien. Le marais ques­tionne. Il peut con­duire le poème à dire l’indicible.




Présentation de l’auteur

Marie-Josée Christien

Marie-Josée Christien, née en 1957 dans la Cornouaille mor­bi­han­naise, vit dans le Finistère à Quim­per. Poète, auteur jeunesse, cri­tique littéraire, col­lag­iste, elle est respon­s­able de la revue annuelle Spered Gouez / l’esprit sauvage qu’elle a fondée en 1991.
En tant que cri­tique, elle col­la­bore régulièrement à la revue bimestrielle
ArMen et occa­sion­nelle­ment au mag­a­zine numérique Uni­divers. Vents d’ouest, sa chronique consacrée aux maisons d’édition, est accueil­lie dans la revue Inter­ven­tions à Haute Voix.

Présente dans une cinquan­taine d’anthologies et d’ouvrages col­lec­tifs, traduite en alle­mand, bul­gare, espag­nol, por­tu­gais et bre­ton, elle a pub­lié une quar­an­taine de livres et col­la­boré à des livres d’artistes.
Deux ouvrages lui sont consacrés :
La poésie pour via­tique (Chien­dents n°118, Edi­tions du Petit Véhicule, 2017) et Marie-Josée Christien passagère du réel et du temps (Ed. Spered Gouez, coll. Par­cours, 2020).

Pour l’ensemble de son œuvre, elle est lauréate du Prix Xavier-Grall et du Grand prix inter­na­tion­al de poésie francophone.

Site : https://mariejoseechristien.monsite-orange.fr

Egale­ment sur wikipédia

Bib­li­ogra­phie

Poésie
Affole­ment du sang
(préface de Jean-François Mathé, encres de André Gue­noun), Al Man­ar, 2019
Aspect du canal, Sac à dos Edi­tions, 2010
Con­stante de l’arbre, avec le pho­tographe Yann Cham­peau, Les Edi­tions Sauvages, coll. Carré de création, 2020
Con­ver­sa­tion de l’arbre et du vent (pho­togra­phies de Jean-Yves Gloaguen), coll. jeunesse A la cime des mots, Ter­tium éditions 2007, Tapabord, 2018, Liste de référence de l’Education Nationale
Cor­re­spon­dances, recueil à deux voix avec Guy Allix, Les Edi­tions Sauvages, coll. Dia­logue, 2011
Las­caux & autres sanc­tu­aires, Jacques André Edi­teur, 2007
Marais secrets, en col­lab­o­ra­tion avec le pho­tographe Yann Cham­peau, Les Edi­tions Sauvages, coll. Carré de création, 2022
Les extraits du temps (préface de Guy Allix), Les Edi­tions Sauvages, coll. Askell, 2009, Prix des Bre­tons de Paris
Temps morts (préface de Pierre Maubé, encres de Denis Heudré), coll. La Pensée Sauvage, Les Edi­tions Sauvages, 2014
Quand la nuit voit le jour (pho­togra­phies de Yann Cham­peau), coll. Jeunesse A la cime des mots, Ter­tium éditions, 2015

Prose
Eclats d’obscur et de lumière
(col­lages de Ghis­laine Lejard), Les Edi­tions Sauvages, coll. La Pensée Sauvage, 2021
Petites notes d’amertume (préface de Claire Fouri­er, land art de Roger Dau­tais), coll. La Pensée Sauvage, Les Edi­tions Sauvages, 2014

Autres lec­tures

Chiendents n° 118, consacré à Marie-Josée CHRISTIEN

Marie-Josée Christien est née en 1957 à Guis­cri­ff en Cornouaille mor­bi­han­naise. Sa poésie est très mar­quée par sa Bre­tagne natale où elle vit. “La poésie pour via­tique” est bien­v­enue. Gérard Cléry, Guy Allix, […]

Marie-Josée Christien, Constante de l’arbre

L’arbre est dans le vent. On l’enlace, c’est bon pour la san­té. On fait une marche en forêt et tout va pour le mieux. Mais le poète  — et pas seule­ment les thérapeutes […]

Marie-Josée Christien, Eclats d’obscur et de lumière

Les apho­rismes de Marie-Josée Christien Faire halte, regarder le monde sans com­plai­sance, mais aus­si savoir s’émerveiller. La poétesse quim­péroise Marie-Josée Christien dis­tille des graines de sagesse sous forme d’aphorismes ou de pen­sées lapidaires. […]

Marie-Josée Christien et Yann Champeau, Marais secrets

Marais secrets Le marais est une belle matière poé­tique. Monde entre deux mon­des (la terre et l’eau), il con­fine par déf­i­ni­tion au mys­tère au point d’être con­sid­éré, notam­ment du côté des Monts d’Arrée, […]

image_pdfimage_print
mm

Pierre Tanguy

Pierre Tan­guy est orig­i­naire de Lesn­even dans le Nord-Fin­istère. Ecrivain et jour­nal­iste, il partage sa vie entre Quim­per et Rennes. En 2012, il a obtenu, pour l’ensemble de son œuvre, le prix de poésie attribué par l’Académie lit­téraire de Bre­tagne et des Pays de la Loire. Ses recueils ont, pour la plu­part, été pub­liés aux édi­tions ren­nais­es La Part com­mune. Citons notam­ment “Haïku du chemin en Bre­tagne intérieure” (2002, réédi­tion 2008), “Let­tre à une moni­ale” (2005), “Que la terre te soit légère” (2008), “Fou de Marie” (2009). Dernière paru­tion : “Les heures lentes” (2012), Silence hôpi­tal, Edi­tions La Part com­mune (2017). Ter­res natales (La Part Com­mune, 2022) Voir la fiche d’auteur
Aller en haut