Une revue certes d’allure tout à fait clas­sique. Un for­mat A4, une cou­ver­ture qui présente un para­texte qui appar­tient au genre. Les rubriques sont elle aus­si atten­dues, mais quelle richesse, dés l’ouverture, une foi­son d’articles, de rubriques, et, surtout, de poèmes ! 67 auteurs, dont les noms s’égrainent dans la rubrique « Les Créa­tions ». Des noms con­nus ou moins, des poèmes qui se suiv­ent mais qui sont mis ne pages de manière ryth­mée et attractive.

Flo­rilège, revue trimestrielle, n °168,
sep­tem­bre 2017.

A cette manne de textes et de références se mêlent d’autres rubriques, après l’éditorial. Des arti­cles et des « Chroniques et  notes de lec­ture ». Les pages de fin sont con­sacrées à la présen­ta­tion des recueils fraîche­ment parus, à la vie asso­cia­tive, et offre le por­trait d’artistes qui présen­tent suc­cincte­ment leur activité.

Revue trimestrielle oblige, l’épaisseur infor­ma­tion­nelle est au ren­dez-vous. Et étant don­né la mul­ti­plic­ité d’informations et d’auteurs pub­liés, il serait aisé de bas­culer dans la caté­gorie des revues indi­gestes, désor­don­nées, brouillon…Ce n’est pas le cas ici. Tout est plaisant, atti­rant, mis en valeur, et surtout d’une den­sité iné­galée. Un numéro à emporter pour les longs tra­jets, ou bien pour pass­er quelques heures dans cet univers de la pôésie, servie ici par une belle esthé­tique, et un vive intel­li­gence quant au pro­pos retenus.

mm

Carole Mesrobian

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian est poète, cri­tique lit­téraire, revuiste et per­formeuse. Elle pub­lie en 2012 Foulées désul­toires aux Edi­tions du Cygne, puis, en 2013, A Con­tre murailles aux Edi­tions du Lit­téraire, où a paru, au mois de juin 2017, Le Sur­sis en con­séquence. En 2016, La Chou­croute alsa­ci­enne paraît aux Edi­tions L’âne qui butine, et Qomme ques­tions, de et à Jean-Jacques Tachd­jian par Van­i­na Pin­ter, Car­ole Car­ci­lo Mes­ro­bian, Céline Delavaux, Jean-Pierre Duplan, Flo­rence Laly, Chris­tine Tara­nov,  aux Edi­tions La chi­enne Edith. Elle est égale­ment l’au­teure d’Aper­ture du silence (2018) et Onto­genèse des bris (2019), chez PhB Edi­tions. Cette même année 2019 paraît A part l’élan, avec Jean-Jacques Tachd­jian, aux Edi­tions La Chi­enne, et Fem mal avec Wan­da Mihuleac, aux édi­tions Tran­signum ; en 2020 dans la col­lec­tion La Diag­o­nale de l’écrivain, Agence­ment du désert, paru chez Z4 édi­tions, et Octo­bre, un recueil écrit avec Alain Bris­si­aud paru chez PhB édi­tions. Elle par­ticipe aux antholo­gies Dehors (2016,Editions Janus), Appa­raître (2018, Terre à ciel) De l’hu­main pour les migrants (2018, Edi­tions Jacques Fla­mand) Esprit d’ar­bre, (2018, Edi­tions pourquoi viens-tu si tard), Le Chant du cygne, (2020, Edi­tions du cygne), Le Courage des vivants (2020, Jacques André édi­teur), Antholo­gie Dire oui (2020, Terre à ciel), Voix de femmes, antholo­gie de poésie fémi­nine con­tem­po­raine, (2020, Pli­may). Par­al­lèle­ment parais­sent des textes inédits ain­si que des cri­tiques ou entre­tiens sur les sites Recours au Poème, Le Cap­i­tal des mots, Poe­siemuz­icetc., Le Lit­téraire, le Salon Lit­téraire, Décharge, Tex­ture, Sitaud­is, De l’art helvé­tique con­tem­po­rain, Libelle, L’Atelier de l’ag­neau, Décharge, Pas­sage d’en­cres, Test n°17, Créa­tures , For­mules, Cahi­er de la rue Ven­tu­ra, Libr-cri­tique, Sitaud­is, Créa­tures, Gare Mar­itime, Chroniques du ça et là, La vie man­i­feste, Fran­copo­lis, Poésie pre­mière, L’Intranquille., le Ven­tre et l’or­eille, Point con­tem­po­rain. Elle est l’auteure de la qua­trième de cou­ver­ture des Jusqu’au cœur d’Alain Bris­si­aud, et des pré­faces de Mémoire vive des replis de Mar­i­lyne Bertonci­ni et de Femme con­serve de Bluma Finkel­stein. Auprès de Mar­i­lyne bertonci­ni elle co-dirige la revue de poésie en ligne Recours au poème depuis 2016. Elle est secré­taire générale des édi­tions Tran­signum dirigées par Wan­da Mihuleac.