> Revue Florilège

Revue Florilège

Par |2018-10-05T04:11:50+00:00 5 octobre 2018|Catégories : Revue des revues, Revue Florilège|

Une revue certes d’allure tout à fait clas­sique. Un for­mat A4, une cou­ver­ture qui pré­sente un para­texte qui appar­tient au genre. Les rubriques sont elle aus­si atten­dues, mais quelle richesse, dés l’ouverture, une foi­son d’articles, de rubriques, et, sur­tout, de poèmes ! 67 auteurs, dont les noms s’égrainement dans la rubrique « Les Créations ». Des noms connus ou moins, des poèmes qui se suivent mais qui sont mis ne pages de manière ryth­mée et attrac­tive.

Florilège, revue tri­mes­trielle, n °168,
sep­tembre 2017.

A cette manne de textes et de réfé­rences se mêlent d’autres rubriques, après l’éditorial. Des articles et des « Chroniques et  notes de lec­ture ». Les pages de fin sont consa­crées à la pré­sen­ta­tion des recueils fraî­che­ment parus, à la vie asso­cia­tive, et offre le por­trait d’artistes qui pré­sentent suc­cinc­te­ment leur acti­vi­té.

Revue tri­mes­trielle oblige, l’épaisseur infor­ma­tion­nelle est au ren­dez-vous. Et étant don­né la mul­ti­pli­ci­té d’informations et d’auteurs publiés, il serait aisé de bas­cu­ler dans la caté­go­rie des revues indi­gestes, désor­don­nées, brouillon…Ce n’est pas le cas ici. Tout est plai­sant, atti­rant, mis en valeur, et sur­tout d’une den­si­té inéga­lée. Un numé­ro à empor­ter pour les longs tra­jets, ou bien pour pas­ser quelques heures dans cet uni­vers de la pôé­sie, ser­vie ici par une belle esthé­tique, et un vive intel­li­gence quant au pro­pos rete­nus.

mm

Carole Mesrobian

Carole Carcillo Mesrobian est née à Boulogne en 1966. Elle réside en région pari­sienne. Professeure de Lettres Modernes et Classiques, elle pour­suit des recherches au sein de l’école doc­to­rale de lit­té­ra­ture de l’Université Denis Diderot. Elle publie en 2012 Foulées désul­toires aux Editions du Cygne, puis, en 2013, A Contre murailles aux Editions du Littéraire, où a paru, au mois de juin 2017, Le Sursis en consé­quence. En 2016, La Choucroute alsa­cienne paraît aux Editions L’âne qui butine, et Qomme ques­tions, de et à Jean-Jacques Tachdjian par Vanina Pinter, Carole Carcilo Mesrobian, Céline Delavaux, Jean-Pierre Duplan, Florence Laly, Christine Taranov,  aux Editions La chienne Edith. En 2018, elle publie Aperture du silence, chez PhB Editions.

Parallèlement paraissent des textes inédits ain­si que des cri­tiques ou entre­tiens sur les sites Recours au Poème, Le Capital des mots, Poesiemuzicetc., Le Littéraire, le Salon Littéraire, Décharge, Texture, Sitaudis, De l’art hel­vé­tique contem­po­rain. Elle publie des articles ou des textes cri­tiques dans des revues papier telles que Libelle, L’Atelier de l’agneau, Décharge, Passage d’encres, Test n°17, Créatures , Formules, Cahier de la rue Ventura, Libr-cri­tique, Sitaudis, Créatures, Gare Maritime, Chroniques du ça et là, La vie mani­feste et Francopolis.

Elle est l’auteure de la qua­trième de cou­ver­ture des Jusqu’au cœur d’Alain Brissiaud, et de nom­breuses notes de lec­ture, entre­tiens et articles, publiés sur le site Recours au Poème.

X