> Jean-Albert Guénégan, Poétique de la terre à la mer

Jean-Albert Guénégan, Poétique de la terre à la mer

Par | 2018-01-29T12:47:50+00:00 15 septembre 2015|Catégories : Critiques, Jean-Albert Guénégan|

A consi­dé­rer l’univers séman­tique pro­po­sé par le titre du recueil, Poétique de la terre à la mer, Jean-Albert Guénégan nous invite à un voyage, mais pas n’importe lequel.

C’est dans le trem­ble­ment du lan­gage que va se pro­duire le dépla­ce­ment. Et dès l’ouverture du recueil les spé­ci­fi­ci­tés struc­tu­relles confirment l’horizon d’attente : sur les pages des pre­mières par­ties s’enchaine un ensemble par­ci­mo­nieux de mots for­mant para­graphes dépour­vus d’encadrement para­tex­tuel. L’aire scrip­to-visuelle ain­si exploi­tée dis­tri­bue des poèmes qui pro­posent au lec­teur de suivre le par­cours de l’auteur, par­cours topo­gra­phique et che­mi­ne­ment per­son­nel qui le mène­ra à l’écriture. Les titres de cha­pitres sont en ce point évo­ca­teurs de ce tra­cé : « Jour de tro Ménez Arrée », « Une ville (Morlaix) par ses toits », « Sous mon toit…L’écriture », « Sous mon toit…Le tra­vail », « Balade mor­lai­sienne », « Balade libre­ment ima­gi­née avec Tristan Corbière », « De la ville à la mer ». Paysages natu­rels et urbains, pré­sence de l’être aimé, autant de per­cep­tions qui pré­parent et motivent l’entrée en écri­ture, ain­si que le confie l’auteur dans ces vers limi­naires :

De ma bouche
les déchi­rures de la vie
ont fait jaillir
le ton­nerre.
Elles m’ont dit que chaque jour,
je n’aurai plus vingt ans.

 

Jean-Albert Guénégan, Poétique de la terre à la mer, Editinter, 127 pages, 16 euros.

Jean-Albert Guénégan, Poétique de la terre à la mer, Editinter, 127 pages, 16 euros.

Ainsi l’expérience comme ter­reau fer­tile et pré­mices de l’aventure d’écrire ten­tée par Jean-Albert Guégégan :

A mes lettres d’amour
lues et relues, je sou­ris.
Dans le dic­tion­naire, je dia­logue
avec l’érudition
et m’élève vers le savoir,
en pen­sant que je mûris
mais c’est tou­jours
sur l’échelle des mots de Richter,

Que je subis
Le séisme le plus fort.

De Brahms à Rimbaud
De Van Gogh à Brancusi
ça com­pose ça poé­tise
ça magni­fie.
Tout est créa­tion
élé­va­tion
allé­gresse.
Sous le toit de mon âme apai­sée,

ça ver­tige.

Cette « poé­tique » annon­cée dans le titre du recueil n’est autre que celle qui est moti­vée par les élé­ments du vécu, par ce socle com­mun à chaque être qui n’est autre que sa sen­si­bi­li­té toute par­ti­cu­lière mais non moins créa­trice. Et si le lexique n’est pas plus bous­cu­lé que la syn­taxe, offrant un emploi récur­rent de la fonc­tion réfé­ren­tielle, c’est qu’il est ques­tion de décrire ce par­cours qui a mené le locu­teur à la Littérature. Mais il s’agit d’une lit­té­ra­ture dont le carac­tère sacré réside en ce qu’elle est l’émanation des indi­vi­dua­li­tés plu­tôt qu’un espace res­treint et réser­vé à quelques uns. Ainsi le sub­stan­tif pré­sent dans le titre revêt à la lec­ture des pages de Poétique de la terre à la mer une accep­tion toute par­ti­cu­lière. Loin de toute théo­rie pré­exis­tante et n’ayant pas pour ambi­tion de mener une étude réflexive ce n’est qu’au fil de la conver­sa­tion fic­tive que le poète entre­tient avec Tristan Corbière, pro­po­sée dans le sixième cha­pitre, que se fait jour cette pen­sée sur l’écriture, emprunte d’intelligence et d’humanisme.

Présentation de l’auteur

Jean-Albert Guénégan

Jean-Albert Guénégan, poète né à Morlaix, a publié :
  • Sans adresse, l’automne en 2012
  • Trois espaces de liber­té en 2011
  • Conversations à voux rom­pues avec Jean-Claude Tardif, édi­tés par Editinter.

Auteur éga­le­ment de livres d’artiste, Matins en 2012 avec Michel Remaud et des récits auto­bio­gra­phiques comme Dimitri et les livres en 2008. Anime des soi­rées poé­sie notam­ment en média­thèques et centres cultu­rels.

Jean-Albert Guénégan

Autres lec­tures

Sans adresse l’automne, Jean-Albert Guénégan

                  Jean-Albert Guénégan  sur la trace des dis­pa­rus       Sous le titre un peu énig­ma­tique Sans adresse, l’automne, Jean-Albert Guénégan publie un nou­veau recueil  [...]

Jean-Albert Guénégan, Poétique de la terre à la mer

A consi­dé­rer l’univers séman­tique pro­po­sé par le titre du recueil, Poétique de la terre à la mer, Jean-Albert Guénégan nous invite à un voyage, mais pas n’importe lequel. C’est dans le trem­ble­ment du [...]

mm

Carole Mesrobian

Carole Carcillo Mesrobian est née à Boulogne le 24 février 1966 et vit en région pari­sienne. Professeur de Lettres clas­siques, elle pour­suit des recherches au sein de l’école doc­to­rale de lit­té­ra­ture de l’université Paris Diderot.

Elle publie en 2012 Foulées désul­toires, aux Editions du Cygne, ain­si que des textes inédits dans la revue Le Capital des mots.

A contre Murailles, Les édi­tions du Littéraire, Paris, octobre 2013

Sommaires